Aller au contenu principal

L’ONF expérimente la vente de bois en ligne

L’office national des forêts a décidé de généraliser en 2020 la vente de bois en ligne. La région Sud Massif central a fait le choix de tester le nouveau dispositif. Une des premières ventes de ce type était organisée la semaine dernière au Massegros, en Lozère.

L’office national des forêts a décidé de généraliser en 2020 la vente de bois en ligne.

Fournisseur de 40 % du bois commercialisé chaque année en France, l’office national des forêts (ONF) organise tous les ans au printemps et à l’automne entre 150 et 170 ventes. Si depuis plusieurs années, le système de vente a été informatisé, l’organisme a décidé de «faire sa révolution digitale» en permettant la vente en ligne. Développée par l’ONF, en concertation avec la fédération nationale des communes forestières (FNCofor) et la fédération nationale du bois (FNB), une plateforme web généralisera ces ventes à partir de janvier 2020.
Une première régionale au Massegros
Avant cette date, une dizaine de ventes du genre ont été programmées cet automne partout en France. Sur la zone Sud Massif central, la première a eu lieu le 22 octobre dernier au Massegros. «Nous avions besoin d’une salle disposant du haut débit pour faire la vente et celle du Massegros a très bien convenu», confie Daniel Seven, directeur de l’agence territoriale ONF Lozère.
Sur place, une centaine de personnes a participé à la vente via la plateforme web. «De nombreux acheteurs ont voulu faire le déplacement pour cette première, explique le responsable. Sur place, nous avons pu leur expliquer le fonctionnement et les accompagner». Deux acheteurs avaient, quant à eux, fait le choix de ne pas venir mais de participer à la vente en ligne à distance. «C’est là tout l’intérêt de la démarche, continue Daniel Seven. On peut participer à la vente en se trouvant partout en France et même à l’étranger».
Un outil complémentaire des ventes en salle
Un atout pour la zone Sud Massif central de l’ONF qui attire des acheteurs d’Alès, Clermont-Ferrand, Castres… «Pour se connecter à la plateforme, les acheteurs doivent être reconnus comme tel par l’ONF», précise le directeur.
Pour les autres et pour ceux qui ne veulent pas participer à la vente, le dispositif prévoit une connexion possible en tant que visiteurs. «C’est aussi un atout pour les acheteurs qui peuvent ainsi suivre des marchés sur d’autres zones et se tenir ainsi informés», complète Daniel Seven. Un système qui se veut complémentaire des ventes physiques mais qui ne devrait pas les remplacer. «Nous ferons toujours des ventes en salle chaque année, elles seront par contre ouvertes en ligne pour les gens qui ne peuvent pas se déplacer», ajoute le forestier qui qualifie la vente du Massegros comme «un essai concluant».
Le marché du bois touché par la crise des scolytes
Si le fonctionnement de la vente de la semaine dernière a convaincu, la vente en elle-même a pourtant été plus en berne. En cause : la crise des scolytes qui touche actuellement l’Allemagne et l’Est de la France. «Des millions de mètres cubes de bois arrivent actuellement sur le marché, explique Daniel Seven. Cela a un impact important sur toute la filière, ce bois entrant en concurrence avec les scieries locales qui prennent du coup moins de risque lors des achats». Une situation problématique que le responsable lozérien compare à la tempête de 1999 «en termes de volumes de bois arrivant d’un coup sur le marché». Des crises qui touchent régulièrement le monde du bois et auxquelles le système de vente en ligne pourrait être un nouvel outil car pour Daniel Seven : «Ce nouveau système pourrait nous permettre dans ce cas d’organiser en plus des ventes en salle, des ventes ponctuelles en ligne».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne