Aller au contenu principal

Portrait
Lionel Guy, syndicaliste convaincu et fier de l'être

 Rencontre avec Lionel Guy, délégué cantonal à la FDSEA sur le canton de Saugues. Un syndicaliste convaincu qui œuvre pour le collectif et pour la profession.

À Thoras, dans le village du Cheylot, Lionel Guy, 52 ans, est installé en Gaec avec son épouse Marie-Christine depuis 1994. Ce producteur de lait (380 000 L - 55 montbéliardes) et de porcs (post sevreur - engraisseur) occupe les responsabilités de délégué cantonal depuis 1 an au sein du syndicat agricole FDSEA. Le canton de Saugues étant très vaste, Lionel Guy, qui a en charge la partie sud du canton, est accompagné de Noël Eymard, délégué cantonal sur la partie nord du canton.

Si Lionel occupe cette responsabilité depuis peu, cela fait bien longtemps qu'il adhère au réseau FDSEA-JA. "J'ai adhéré aux JA avant de m'installer ; j'ai même présidé les JA du canton de 1993 à 1999 avant d'intégrer la FDSEA par la suite. Je suis membre de la section laitière depuis 5 ans et responsable lait sur le canton de Saugues. Je représente également la FDSEA au sein du GDS et je suis délégué cantonal depuis 1 an" explique-t-il. Lionel est véritablement ce que l'on peut appeler un syndicaliste convaincu. Convaincu de l'intérêt de jouer la carte du collectif au sein de la FDSEA, pour faire avancer le métier d'agriculteur, et convaincu de la nécessité de se regrouper pour être plus fort et confiant en l'avenir.

"Je me retrouve dans ce syndicat"

Pour Lionel Guy, adhérer à la FDSEA représente un lien social indispensable dans une société où l'individualisme et les réseaux sociaux conduisent à un isolement plus ou moins profond. "Mes responsabilités syndicales me permettent de sortir de ma ferme, d'échanger avec d'autres agriculteurs et de travailler autour d'idées communes et ainsi faire avancer les dossiers. Et puis, j'ai des convictions syndicales qui rejoignent complètement celles portées par la FDSEA. Je me retrouve dans ce syndicat".

En tant que délégué cantonal, il fait remonter les problématiques qui se posent sur son territoire, lors des conseils d'administration de la FDSEA et communique les propositions ou les solutions qui émergent à l'échelle départementale, régionale ou nationale. Cette mission l'amène à rester en contact fréquent avec les agriculteurs du territoire, que ce soit par téléphone ou en se déplaçant sur les lieux.

Ainsi, en pleine crise de sécheresse, il a fait le tour de son canton afin d'évaluer les pertes de fourrages qu'il a ensuite communiquées auprès du bureau de la FDSEA ; la transmission rapide de ces données auprès de l'échelon national a permis d'obtenir la reconnaissance anticipée de la totalité du département en calamité agricole.

Même schéma lorsque des agriculteurs de son secteur ont été victimes de la prédation du loup : "Je m'informe auprès des éleveurs concernés et des maires et je fais remonter l'information auprès de la FDSEA. Et suite au travail syndical accompli, fin août j'ai pu annoncer aux éleveurs que l'on avait obtenu des tirs de prélèvements. Ce ne sont pas des solutions miracles, mais ce sont des avancées !"

" Le délégué cantonal c'est la base de notre réseau"

Pour Lionel Guy, "le délégué cantonal c'est la base de notre réseau. Il est sur le terrain, il connait le territoire, les gens qui y vivent. C'est important qu'il soit là pour relayer les informations".

En tant que délégué cantonal, il se charge aussi de la relance syndicale. "J'encourage mes collègues à prendre leur cotisation à la FDSEA en leur parlant des avancées concrètes obtenues par son action, à l'image de la revalorisation des 52 premiers hectares et de l'ICHN ou encore du dégrèvement de la TICPE ; ce sont de belles victoires syndicales !".

Sur le plan personnel, les responsabilités de délégué cantonal lui apportent beaucoup. "Quand je vais en réunion au Puy, je m'aperçois que les autres ont les mêmes problèmes que moi. On discute, on cherche ensemble des solutions à nos problèmes ; ça permet de progresser et c'est d'autant plus motivant lorsque l'on se retrouve sur nos exploitations. C'est toujours riches d'idées, on apprend beaucoup de choses qui nous sont personnellement utiles ; ainsi en suivant les pratiques d'autres agriculteurs, j'ai été amené à faire évoluer mes rations ou à renégocier mes contrats d'assurance...". Et d'ajouter :  "En tant que responsable professionnel, on fait avancer le collectif mais on avance aussi individuellement (sur sa propre personne et son exploitation)".

Lionel Guy attache beaucoup d'importance au contact humain et dans cette société des réseaux sociaux qui tend au tout numérique, il mise sur les réunions physiques. "Si on veut que notre métier se perpétue, il faudra à nouveau pouvoir rassembler les agriculteurs via des groupes d'échanges locaux au sein du syndicat".

"J'aime participer à la vie syndicale et écouter ce qui se dit au niveau national dans les instances de la FNSEA, cela permet d'obtenir des informations nouvelles sur des dossiers importants. Ainsi, on se rend compte que le réseau FNSEA est puissant et qu'il a une grande influence sur le Ministère de l'Agriculture et surtout que les agriculteurs ne sont pas seuls !".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne