Aller au contenu principal

L’intelligence artificielle appliquée au secteur agricole

Bilberry, une jeune start-up française teste grandeur nature un système de caméras embarquées reliées à un ordinateur de bord pour identifier les mauvaises herbes et cibler la pulvérisation.

Caméras et ordinateur de bord pour traquer les mauvaises herbes.

Réduire l’utilisation d’herbicides sur les cultures, tel est le postulat de départ pour une start-up française, Bilberry (myrtille en français) créée en 2016 par 3 jeunes ingénieurs, Guillaume Jourdain, Hugo Serrat et Jules
Bequerie. Après un an de recherches, d’études sur le terrain et de rencontres avec des exploitants et des coopératives, le problème des adventices est apparu comme un problème majeur tant sur le pan économique qu’écologique.
Bilberry a alors développé une solution à base d’intelligence artificielle appliquée au secteur agricole. C’est un système qui, à l’aide de caméras embarquées installées sur un pulvérisateur reliées à un ordinateur de bord, scanne le terrain, identifie en temps réel les plantes et contrôle la pulvérisation. Le désherbant n’est distribué que si et là où c’est nécessaire. Selon les concepteurs, ce dispositif basé sur des algorithmes de deep learning permet de réaliser une économie de l’ordre de 80% en moyenne voire plus de 90% sur sol nu. «Notre système, explique l’un des associé Jules Beguerie, est en phase de test grandeur nature, en Australie notamment, sur plusieurs dizaines de milliers d’hectares. Et maintenant aussi en Europe, Pays-Bas, Bulgarie, Allemagne… En France, c’est un peu plus compliqué ; le marché n’est pas tout à fait prêt».
En réalité, le système fonctionne ou peut fonctionner partout, mais son coût actuel reste élevé. Il est donc adapté à de très grandes surfaces. Pierre-Olivier Ombret, jeune ingénieur altiligérien qui a travaillé au développement du système en Australie témoigne de son intérêt, suite aux essais conduits sur «des sols nus dans des parcelles de milliers d’hectares sans arbres, où l’on trace droit sur 5 km…». Les résultats sont très prometteurs.
En plein développement
Le système, qui n’a pas encore de nom même s’il est protégé par un brevet, montre un intérêt certain, mais continue à être testé dans différentes conditions : sur sol nu ou sur cultures, selon différentes techniques culturales, de nuit…
Jules Beguerie précise : «Notre concept est en plein développement. Il y a encore à faire notamment pour la reconnaissance de certaines espèces, tant pour les mauvaises herbes que pour les plantes cultivées». En effet,  la collecte constante de nouvelles données de terrain provenant de fermes d’un peu partout dans le monde permet d’améliorer continuellement la précision du système et d’ajouter de nouveaux types de mauvaises herbes à la bibliothèque, pour une efficacité plus grande.
Bilberry ne travaille pas que pour l’agriculture. Il a conçu un système similaire adaptable pour le ferroviaire, avec des rampes installées directement sur les trains ou sur des quads de désherbage. Autre dispositif en développement, un système destiné à analyser la récolte de pomme de terre au champ et à trier les déchets et pierres sur le tapis ; tâche aujourd’hui effectuée par des saisonniers.
Bilberry, jeune entreprise française, connaît une croissance rapide notamment à l’international, en apportant des solutions à des problématiques agricoles économiques et environnementales. À suivre…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Jean-Luc Chauvel aux côtés d’Hugues Pichard, qui vient de lui succéder à la présidence de Races de France.
La génétique au service de l’économie des territoires
Avant de passer la main, Jean-Luc Chauvel, président de l’organisme de sélection races ovines des Massif (Rom Sélection), est…
Paysage rural près de St Paulien avecparcelles labourées.
La future PAC s’écrit à deux plumes, européenne et nationale
Les membres des Bureaux FDSEA et JA de Haute-Loire étaient réunis la semaine dernière pour une présentation des grandes lignes de…
«L’agriculture, un métier qui fait vivre des hommes et des femmes…»
La présidente des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, Laurine Rousset, analyse à chaud les propos du Ministre de l’Agriculture…
Julien Denormandie Ministre de l'Agriculture
« J’appelle les agriculteurs à prendre part massivement au recensement agricole »
Une nouvelle campagne de recensement agricole va démarrer le 1er octobre. Interrogé par Agra Presse et un pool de journalistes de…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Les producteurs de fromage aux artisous se lancent sur la route vers l'AOP.
Le fromage aux artisous en route pour l'AOP
Les producteurs de fromages aux artisous avancent dans leur démarche pour l'obtention de l'AOP. Ils ont désormais toutes les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne