Aller au contenu principal

JA43
L'installation : transmission au cœur des préoccupations de JA

Julien Gibert du canton de Vorey est en charge du dossier Installation au sein du Bureau de Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Entretien…

Julien Gibert est en charge  du dossier installation chez Jeunes Agriculteurs Haute-Loire.

Quel est le bilan de ces dernières années en matière d'installation en Haute-Loire ? et quelle est la tendance pour l'avenir ?
Julien Gibert : En 2020, 61 jeunes se sont installés. Cette année, on compte 10 installations de plus que l'an dernier à cette même époque. Néanmoins, on manque d'installations par rapport au nombre de départs à la retraite chaque année. Quant aux profils des jeunes qui s'installent, ils sont variés. Ils s'installent en individuel comme en société. Les productions principales sur le département, vaches laitières et vaches allaitantes, sont majoritaires, mais on a de plus en plus de jeunes qui optent pour du maraîchage, des petits fruits ou encore pour l'apiculture.

Quels sont les principaux freins à l'installation identifiés sur le département ?
J.G. : Le principal frein, c'est la valeur de la reprise d'exploitation. Quand on a 22 ou 25 ans, et que l'on doit sortir 400 000 euros pour reprendre une exploitation, ça fait réfléchir… voire ça refroidit. Tout le monde s'est modernisé dans les bâtiments comme dans le matériel. Et tout cela a un coup, mais pour un jeune qui démarre c'est trop lourd. Autre frein dans certains secteurs du département, c'est la pression foncière, avec une concurrence importante entre l'installation et l'agrandissement.
Par ailleurs, certains candidats à l'installation peuvent s'interroger sur la viabilité de leur projet au vu des prix des produits agricoles Du lait à 32 cts, c'est pas très encourageant, surtout si l'investissement de départ est conséquent…
Enfin, certaines installations sont compliquées, mais pas impossibles, quand le repreneur souhaite changer de production, alors que les structures existantes ne sont pas forcément adaptées.
Quant à l'agribashing, même si ça n'incite pas des jeunes hors milieu agricole à s'installer, je ne pense pas que cela arrête quelqu'un qui est réellement attiré par le métier.

Il y a pourtant des places à prendre en agriculture en Haute-Loire. Qu'est-ce qui, selon vous, pourrait inciter les jeunes à franchir le pas ? Aujourd'hui, quels sont l'enjeu et les problématiques de la transmission ?
J.G. : Comme je l'ai dit, le problème du capital à la reprise est important. Il faut donc trouver des solutions pour limiter l'investissement du jeune sans léser le cédant. On peut envisager une location des terres comme des bâtiments lors de l'installation, avec une vente différée quand l'exploitation sera bien assise. Pour la problématique de la pression foncière, nous ne pouvons qu'inciter les cédants à favoriser l'installation plutôt que l'agrandissement.
Une installation, ça s'anticipe, ça se prépare. Il est faux de dire qu'on peut s'installer en quelques
mois ; il faut compter une année. C'est faux et ce n'est pas souhaitable. Au fil des mois, au cours du dispositif à l'installation, on mûrit son projet, on l'affine. Et ça c'est très important. Et de même qu'il faut préparer son installation, il faut anticiper la transmission de son exploitation. C'est là un enjeu essentiel…

L'installation/transmission est la préoccupation majeure de Jeunes Agriculteurs. Alors que fait JA43 pour favoriser l'installation ? 
J.G. : C'est vrai que l'installation et la transmission sont au cœur des préoccupations de Jeunes Agriculteurs. Pour cela, nous faisons beaucoup de promotion du métier dans les écoles, collèges et lycées pour susciter des vocations, à travers des événements phares pour rencontrer le grand public…
Je souligne aussi que notre réseau, et notamment son échelon cantonal, est un véritable lien social sur le territoire. Moi-même, je suis entré à JA par connaissances et aujourd'hui je suis au Bureau. J'invite les jeunes ruraux à nous rejoindre pour partager des moments conviviaux autour d'événements festifs comme nos cantonales de labours par exemple. C'est un lieu où l'on échange autour du métier mais pas seulement, avec pour mots d'ordre la convivialité et le partage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne