Aller au contenu principal

L’herbe fraîche : l’aliment idéal, si elle est consommée au bon stade !

Dans nos régions de montagne, l’herbe, qui pousse en abondance, est une ressource précieuse qui permet d’alimenter les troupeaux de ruminants à moindre coût.

L’herbe est un fourrage équilibré en énergie comme en azote.

L’herbe pâturée est l’aliment le moins coûteux et disponible dans la plupart des exploitations de moyennes montagnes. L’utilisation de l’herbe consommée en vert via la pratique du pâturage ou bien sèche après récolte, permet de réduire au maximum les charges alimentaires.

Consommer une herbe jeune
Mais encore faut-il que cette herbe soit de bonne qualité. “L’herbe est un fourrage équilibré en énergie comme en azote, c’est un aliment idéal aussi bien pour la production de lait que de viande. Toutefois pour que sa qualité soit optimale, elle doit être récoltée au bon stade, c’est à dire précoce” précise Patrice Mounier, conseiller spécialisé fourrages à la Chambre d’agriculture de Haute-Loire. 
Pour obtenir une herbe de qualité, la conduite à tenir ne sera pas la même selon le type de prairies : “sur des prairies permanentes, pour gagner en qualité, il faut jouer sur la fauche, la pâture et la fertilisation. Sur une prairie temporaire, la qualité dépendra beaucoup des espèces implantées. On sait par exemple que les légumineuses sont riches en azote et pauvres en énergie. Quant aux graminées, pour préserver leur qualité, elles doivent être récoltées ou consommées avant l’épiaison”.


Maîtriser la technique du pâturage
“La qualité de l’herbe dépend aussi de la bonne maîtrise du pâturage par l’éleveur. La mise à l’herbe doit s’effectuer tôt au printemps, dès le départ en végétation. Il faut ensuite tourner rapidement et revenir sur les parcelles assez vite pour bénéficier au maximum d’une herbe feuillue et de qualité. Avec une surface pâturable de l’ordre de 30 ares/vache, lâcher la nuit dès que possible. En pâturage à volonté, jour et nuit, la production permise par de l’herbe jeune est de  20 à 24 litres de lait. Il est inutile de complémenter les animaux en dessous de ce niveau. La pâture de qualité permet souvent de supprimer la complémentation azotée” indique le conseiller.
“Avec une surface pâturable inférieure à 30 ares/vache ou avec une pousse insuffisante,  un complément fourrager à l’auge est nécessaire” ajoute-t-il.
En été, la conduite du pâturage est plus délicate en raison de la météo plus sèche ; dans notre région, le pâturage d’été se pratique surtout au dessus de 700 mètres d’altitude où un minimum de fraicheur peut permettre la pousse et le maintien de l’herbe.
“La surface disponible pour un pâturage couvrant 7-8 kg de MS  devra être de l’ordre de 50 ares/VL, le pâturage de nuit sera à privilégier pour protéger les animaux des fortes chaleurs”.
À partir de septembre, la croissance de l’herbe est garantie, il suffit de la faire consommer quand elle pousse.
“Les repousses d’automne sont riches en azote, jusqu’à 20 % de MAT (Matière Azotée Totale), à condition que les parcelles aient été correctement fertilisées ou soient biens pourvues en légumineuses. On peut facilement économiser un kilo de tourteau, notamment lorsqu’on fait pâturer des prairies ou dérobées semées l’été” explique Patrice Mounier.
À cette période, il faut aussi veiller à adapter la sortie des animaux à la portance des parcelles. Limiter les pâtures sur les zones les moins filtrantes. “En fin de saison de pâturage, on essaiera de  laisser une hauteur de  5 cm d’herbe, suffisamment rase pour laisser la parcelle propre. Un apport de lisier ou de fumier après pâture, dans des conditions encore poussantes est idéal pour un redémarrage précoce de la prairie au printemps” conseille-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !
L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème…
Les éleveurs constatent un regain d'activité chez les vautours et les corbeaux autour des exploitations. Ici Cédric Lin avec son troupeau de Bizet.
L'agnelage : période critique en présence de vautours et de corbeaux
Les agnelages de printemps attirent les vautours et les corbeaux dans les pâturages. Deux exploitations de Haute-Loire déplorent…
Les fruits et légumes restent des produits clés sur  le marché bio, notamment en magasins spécialisés  et dans la région AuRA.
Les bons résultats des Fruits rouges des Monts du Velay
Regroupant des producteurs de Haute-Loire et d’Ardèche, le GIE Fruits rouges des Monts du Velay affiche de bons résultats sur la…
Annonce légale
Une annonce légale à diffuser ?
Vous souhaitez diffuser une annonce légale dans le département de la Haute-Loire, déposez-la directement sur la Haute Loire…
Étienne Liautaud et Laurent Beraud.
Étienne Liautaud remplace Laurent Beraud à la présidence du groupement
Le groupement des producteurs de Lentilles Vertes du Puy s'est réuni le 6 mai à St Christophe/Dolaison. À l'ordre du jour : bilan…
Narcisse, de Richard Tholance est championne laitière Abondance.
Narcisse, Nikita et Myosotis, les grandes championnes laitières
Le week-end dernier, 23 et 24 avril, la 7ème édition des Journées Laitières de Haute-Loire, organisée par la Chambre d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne