Aller au contenu principal

Enseignement
L'exploitation du lycée agricole de Brioude-Bonnefont se modernise

Au lycée agricole de Brioude-Bonnefont, un projet d'envergure vise à revoir dans son ensemble son outil de production, en adéquation avec la pédagogie.

Le conseil d'administration du lycée et les professionnels sur le site du futur projet.

Au Centre de formation agricole de Brioude-Bonnefont, un projet est sorti de terre fin 2020. Il porte sur la modernisation de l'exploitation qui sert de support aux formations dispensées. 2020-2021, le travail sur la mise en œuvre est enclenché entre la direction et son conseil d'administration et avec l'appui de la Chambre d'agriculture et ses différents services…
Des visites d'exploitations en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme ont permis d'affiner les choix en matière de bâtiments et de système d'exploitation. Un diagnostic technique approfondi de l'atelier lait a été réalisé, faisant ressortir ses points forts (autonomie en fourrages, système résilient…) et ses limites (forte dépendance en achat de concentrés, empreinte carbone pas très bonne…) ; en associant les professionnels et une partie des futurs professionnels que sont les nombreux élèves de Bonnefont, afin de les inscrire pleinement dans la démarche du projet.
Le lycée souhaite renouveler et moderniser son outil de production en adéquation avec la pédagogie bien-sûr pour répondre à la formation des futurs installés et à la demande sociétale d'aujourd'hui et de demain. Et c'est ainsi qu'une feuille de route a été éditée avec pour objectif de "repenser le système d'exploitation pour construire l'avenir de la ferme". Plusieurs axes de travail ont été définis : modifier le système végétal pour aller vers davantage d'autonomie protéique et de préservation des ressources naturelles, repenser le système animal, développer l’agriculture de précision, mettre en place des infrastructures et un plan de gestion des aménagements agro-écologiques, rénover les anciens bâtiments et développer l'agroforesterie, et élaborer un plan de formation des salariés. Bref un vrai bouleversement et un énorme chantier.


De nouvelles installations
Une refonte totale des installations est au programme avec une stabulation pour les vaches laitières avec robot, le logement des génisses, des lieux de stockage de fourrages et les silos, et dans un second temps la construction de porcheries. Sans oublier, un espace dédié aux élèves avec vestiaires et salle de classe ou réunion.
En novembre 2021, la direction du lycée de Brioude Bonnefont avait convié son Conseil d'administration, l'équipe pédagogique, les élus locaux et la profession agricole avec notamment les Jeunes Agriculteurs et la Chambre d'agriculture pour leur présenter ce projet d'envergure. Une présentation synthétique très technique de l'exploitation laitière de Bonnefont (via le diagnostic CAP2ER) a été réalisée par les enseignants et formateurs (Laurent Chaleix, Annick Page, Anne-Sophie Passemard, et Étienne Dugourd). Jean-François Besson, directeur de l'établissement, a remercié l’ensemble des organisations professionnelles et les équipes qui ont réalisé "un travail de fond attendu sur un projet d’exploitation global et ambitieux à destination de la pédagogie et des jeunes apprenants, mais aussi du territoire et des professionnels". Il a ensuite présenté Candice Ferreira, jeune ingénieure altiligérienne nouvelle directrice d’exploitation arrivée sur le poste après 5 années à la direction de l’exploitation du lycée agricole du Mans.


Unanimité autour du projet
Les professionnels présents ont apprécié la qualité et la richesse du travail réalisé. Laurine Rousset, présidente des Jeunes Agriculteurs souligne “qu'il s'agit d'un projet très réaliste et qui est totalement cohérent avec notre territoire et les orientations pour la transmission aux jeunes et aux futurs agriculteurs“. Plusieurs actions de ce projet ont été mises en avant : rénover l'atelier laitier, développer l'agriculture de précision, modifier le système végétal pour aller vers davantage d'autonomie protéique et de préservation des ressources naturelles, repenser le système animal etc.
La communauté éducative et la direction se sont unies autour de ce projet dont le système global répond aux référentiels de formation et s'appuie sur l'agroécologie, le bien-être animal, la gestion des effluents, le système d’alimentation et les conditions de travail, pour tendre vers une modification profonde de l'exploitation de Bonnefont. Christine Vazeille, présidente du Conseil d’Administration se réjouie que “depuis un an on sent une vraie dynamique et une vraie cohérence du système proposé. Tout le monde est autour de la
table : les professionnels, la direction, les enseignants, le Conseil Régional autour de ce projet très attendu “. L'ensemble des personnes présentes ont pu ensuite discuter de ce projet autour de plans et d'esquisses d'une nouvelle stabulation réalisés en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de Haute-Loire.
Le tryptique "Évolution du système végétal - Parc matériel - Stabulation du troupeau laitier" est bien sûr centré autour de la pédagogie ! Yannick Fialip, président de la Chambre d’Agriculture a souligné que “les attentes du territoire sont fortes d’avoir à Bonnefont un outil modernisé et adapté aux orientations professionnelles “. Les échanges se sont poursuivis ensuite sur le terrain afin de découvrir les équipements acquis dans le cadre du Plan de Relance et surtout d’identifier les évolutions à venir prévues grâce notamment au soutien du Conseil Régional.
L'ensemble des professionnels et des acteurs présents ont apprécié la qualité et la cohérence de ce projet global, qui a obtenu un soutien unanime à la fin des nombreux et riches échanges.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne