Aller au contenu principal

L’étonnante cantine de la Ferme aux crocodiles

Crocodiles mais aussi serpents, iguanes, tortues, oiseaux et poissons vivent à la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte. Les nourrir n’est pas simple car les régimes diffèrent selon les espèces et les périodes de l’année.

Premier site touristique de la Drôme avec plus de 300 000 visiteurs par an, la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte abrite quelques 600 animaux dont 350 crocodiliens. Ces derniers côtoient des oiseaux, tortues, iguanes, varans, pythons et autres serpents. «Une population qui s’est densifiée et se porte bien», assure Hervé Perret, directeur adjoint.
Une équipe de soigneurs veille quotidiennement au bien-être des pensionnaires, en particulier à leur alimentation. Une tâche qui s’avère complexe. La quantité de nourriture distribuée à l’ensemble des animaux ne se calcule pas en jours. En effet, le régime alimentaire de certaines espèces varie au cours de l’année et toutes ne mangent pas quotidiennement. De plus, certaines ont une digestion plus favorable en période chaude, qui correspond à la période d’après-ponte. La «cuisine animalière» de la Ferme présente aux visiteurs les menus destinés aux animaux. C’est aussi le cas lors d’ateliers pédagogiques avec les écoliers. Et lors des nourrissages, un soigneur explique le comportement et la biologie des animaux «car le but n’est pas de faire de ce moment uniquement un moment de spectacle mais bien d’apporter des connaissances», souligne le responsable.

Des crocodiles qui jeûnent
Pour les 350 crocodiles, deux nourrissages hebdomadaires sont effectués l’été, ce qui correspond à environ 500 kilos de viande de poulet par semaine. Mais chaque espèce fonctionne différemment. À Pierrelatte, la plupart sont des crocodiles du Nil. Dans leur milieu naturel, ils capturent leurs proies sans trop d’effort, par noyade. Et ils ne consomment la viande qu’une fois faisandée car ils aiment qu’elle ait du goût...
La digestion est assez lente. Grâce à des masses graisseuses situées à la base de la queue, le crocodile peut faire régime pendant de nombreuses semaines, voire des mois et même une ou deux années pour certains animaux. «De décembre à mars, nous les faisons jeûner afin de les faire maigrir et suivre au plus près le régime alimentaire de leur milieu naturel d’origine», précise Hervé Perret.

Poulets, rats, lapins, poissons, fruits, légumes...
Le poulet est parfois remplacé par du chapon, «lors des grandes occasions», plaisante le responsable. Le fournisseur de la Ferme aux crocodiles s’approvisionne auprès d’abattoirs. «Il s’agit de pièces de viande déclassées du fait de défaut extérieur ou de date limite dépassée d’une journée».
Quant aux gavials du Gange, crocodiles originaires d’Inde et du Népal qui se nourrissent uniquement d’animaux aquatiques, leur menu est à base de poissons.
Pour les tortues, le régime alimentaire est essentiellement composé de fruits et légumes (endives et carottes) ainsi que de foin à volonté. Les tortues alligators, elles, consomment des truites et des gardons. Des salades composées (céleri, mâche, blettes, fruits ou autres selon la saison) sont servies aux iguanes. Chez les oiseaux, des criquets jetés en vol font le bonheur des rolliers à ventre bleu. Le merle métallique préfère des vers de farine et l’ibis sacré des poussins et des souris... Quant aux serpents, les pythons réticulés avalent un gros lapin par mois et les anacondas verts un lapin moyen. Plus économes, les boas constricteurs se contentent seulement d’un rat tous les quinze jours. En voilà qui prennent soin de leur ligne...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

jean-François Portalier et les associés du Gaec de la Fontaine du Loup à Séneujols.
Passage de témoin entre deux voisins à la ferme et au syndicat agricole
Jean-François Portalier a laissé son exploitation et sa place de délégué cantonal FDSEA à sa voisine Véronique Roux qui s'est…
Prim Holstein au pré
Pourquoi la production laitière en montagne a dévissé ?
Le nombre de producteurs de lait en montagne a baissé en dix ans de 17 à 33 % selon les territoires. Le Cniel appelle à un…
Thomas Julliard agent de remplacement au SR43
"Le Service de Remplacement, c'est une très bonne école"
Thomas Julliard est agent de remplacement au SR43 depuis septembre 2020, et heureux de l'être. Il nous fait part de son…
Des vidéos pour mettre en valeur nos filières agricoles
Dans le cadre de la Semaine de l'Agriculture, les JA de Haute-Loire diffusent des vidéos sur Facebook.
Vache charolaise
La charolaise, une race aux multiples profils
La charolaise est la troisième race allaitante de Haute-Loire mais elle est aussi souvent utilisée en croisement sur d'autres…
Jacques Chazalet, Président du Sommet
Sommet de l'Elevage, une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne