Aller au contenu principal

Les producteurs entament une démarche AOP pour le fromage aux artisous

Les producteurs de fromage aux artisous se lancent dans une démarche AOP pour valoriser et protéger ce produit typique de notre terroir.

Le 11 avril, la démarche a été officiellement lancée à Bas-en-Basset, sur les terres de la Ferme Chapuis.

Lundi 11 avril, les adhérents de l’association des producteurs de fromages fermiers aux artisous étaient réunis à Bas en Basset, sur le Gaec Ferme Chapuis, pour lancer officiellement la démarche d’AOP (Appellation d’Origine Protégée) pour ce fromage qui se fabrique depuis des siècles sur nos terres.

Soutenu par la Région et la chambre d’agriculture
Dans ce vaste chantier engagé depuis quelques mois déjà, les producteurs pourront compter sur l’appui financier de deux organismes : la Région et la Chambre d’agriculture.
«C’est un tournant important car la Haute-Loire est le seul département de notre région à ne pas avoir d’appellation protégée pour ses fromages. Et notre agriculture de montagne ne tiendra pas si l’on ne va pas chercher des secteurs à haute valeur ajoutée» a expliqué le président de la Région Laurent Wauquiez. Ce dossier fait partie des priorités identifiées par le Pacte régional pour la Haute-Loire ; et à ce titre Laurent Wauquiez est venu annoncer à l’association de producteurs l’attribution de 250 000 € pour les aider dans cette ambition. «L’AOP pour notre fromage typique de Haute-Loire représente un emblème, une fierté pour le territoire» a indiqué Laurent Wauquiez.
Pour Joseph Chapuis, qui produit des fromages et yaourts avec sa fille Marie, «cette AOP permettra aux producteurs de reprendre la main sur le marché  (dominé par les industriels et les coopératives). Nous (producteurs) devons nous faire confiance mutuellement ; cette AOP nous permettra de conquérir le client et d’autres marchés (Rhône-Alpes, Paris...)».
La Chambre d’agriculture de Haute-Loire apportera aussi son soutien pour la réussite de ce projet via une aide de 10 000 € sur un an et une mise à disposition de personnel chambre.
Gilbert Guignand, président de la Chambre régionale d’agriculrure conseille de «faire descendre les grands responsables de l’INAO parisiens sur le territoire afin de leur expliquer la démarche et ainsi faciliter sa progression».

Des producteurs motivés
Les producteurs n’ont pas caché leur enthousiasme sur ce dossier. «Nous sommes motivés et grâce au soutien de la Région et de la Chambre d’agriculture, on se sent vraiment plus forts» a indiqué Fabien Fabre, président de l’association des producteurs.
Or, de la motivation et du courage, il leur en faudra pour mener à bien ce type de démarche réputée lourde mais tout à fait réalisable, à l’image du Fin Gras du Mézenc ou de la Lentille Verte du Puy !
Les producteurs sont déjà à pied d’oeuvre depuis des mois comme l’expliquent Fabien Fabre et Marie Chapuis : «un questionnaire a été distribué aux producteurs intéressés par la démarche pour répertorier les méthodes d’élevage et de fabrication du fromage en vue d’établir un cahier des charges. Dans un second temps, nous allons devoir démontrer l’appartenance du fromage au terroir  ; nous fouillons dans les archives et comptons faire témoigner d’anciens producteurs pour tenter de dater ce produit». Les producteurs vont faire analyser, par l’INRA, les artisous (recherche ADN) qui font toute la typicité de leurs fromages. Enfin, viendra le moment de la rédaction du cahier des charges et de la création d’un ODG. «Cette démarche AOP permettra de faire un état des lieux des pratiques (d’élevage et de fabrication des fromages), de prouver la typicité du produit et de le protéger» souligne Marie Chapuis.
Pour la vingtaine de producteurs engagés dans la démarche (sur un total de 40 producteurs en Haute-Loire), une AOP signifie aussi une meilleure valorisation du produit et un impact positif sur les ventes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne