Aller au contenu principal

Sécheresse
Les maïs mal fécondés doivent être ensilés

Manque de pluie et températures élevées confrontent de nombreuses parcelles de maïs au stress hydrique et thermique. Les chantiers d’ensilage doivent démarrer dès maintenant pour les maïs les plus impactés

Maïs à floraison impacté par la sécheresse.

De nombreuses parcelles de maïs sont confrontées au stress hydrique et thermique.

Dès le semis

Le stress hydrique a eu un impact dès les semis. On notait déjà, des levées très hétérogènes au sein d’une même parcelle (sol trop sec pour fournir l’humidité nécessaire pour la germination) avec un système racinaire en difficulté et une mauvaise assimilation du phosphore (élément nutritif indispensable qui favorise le développement des racines…) d’où des maïs violets jusqu’à 5-6 feuilles.

Durant toute la phase végétative, la culture se protège du sec en fermant ses stomates. Les feuilles sont ainsi enroulées sur elles-mêmes pour éviter de perdre trop d’eau libérée par la transpiration. Ce mécanisme protège la culture mais sur une phase courte de stress hydrique. Ce qui n’est pas le cas, cette année. 

En s’autoprotégeant ainsi, la photosynthèse est malheureusement limitée, impactant la surface foliaire du maïs donc le rendement.  

Ainsi, aujourd’hui pour un grand nombre de parcelles, la taille des plants se limite à une hauteur maximale de 2m seulement. Sous l’effet du stress, le maïs accélère son cycle et entre en phase de production de grain avec des gabarits très petits. 

Sécheresse à la floraison

Les effets de la chaleur avec des températures extrêmes impactent la production de pollen et sa viabilité, affectant le niveau de fécondation de l’épi (1 semaine avant la formation des soies jusqu’à 2 semaines après celles-ci). La faible fécondation de l’épi se traduit par une perte irréversible du nombre de grains par épi ; le potentiel de rendement des maïs chute alors drastiquement, de même que la richesse en amidon. 

Constat au 25 juillet 2022

Parcelle n’ayant pas atteint le stade floraison

Les parcelles ne présentent ni fleur mâle ni fleur femelle (soies) avec quelques feuilles en phase de dessèchement. Il reste des feuilles vertes en dominance capables de photosynthétiser. En cas de retour des pluies, les plantes peuvent repartir et produire de la biomasse. Il sera toutefois nécessaire de surveiller la qualité de la fécondation après floraison si elle a lieu. Il est encore trop tôt pour ensiler.

Dans les cas plus critiques où il reste moins de 4 à 6 feuilles vertes, l’émission de nouvelles feuilles est bloquée. Le retour des pluies ne pourra permettre le redémarrage de la plante. La récolte doit alors s’envisager rapidement. 

Parcelle ayant atteint le stade floraison 

Le nombre de feuilles vertes est en-dessous des 50% (moins de 6 feuilles vertes) et toutes les pointes sont desséchées. L’émission de nouvelles feuilles est bloquée. La floraison s’est mal déroulée avec des pieds sans épi (voir photo). Les maïs ne produisent alors pas de grain et présentent des teneurs en amidon très faibles. Il reste des sucres dans les feuilles tant que ces dernières restent vertes. Dans cette situation, ensiler rapidement pour ne pas dégrader davantage les valeurs alimentaires du maïs.

Les parcelles avec des épis fécondés au moins à 30% et qui possèdent des feuilles vertes en dessous ou au-dessus de l’épi méritent d’être conservées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne