Aller au contenu principal

Viandes AOP
Les éleveurs des viandes AOP consolident leur modèle

 Malgré les exigences déjà élevées de leurs cahiers des charges, les éleveurs de viandes AOP réfléchissent à de nouveaux engagements en matière de durabilité pour renforcer un modèle payant du point de vue écologique et économique.

Les éleveurs rassemblés au sein de la jeune fédération des viandes AOP de France (Fevao) entendent renforcer leur modèle en matière de durabilité économique, sociale et environnementale. « Les crises de ces dernières années, notamment la crise climatique, nous ont amené à réfléchir au moyen de conforter le socle de nos AOP en allant au-delà des exigences actuelles », a expliqué Michel Oçafrain, le président de la Fevao lors de l’assemblée générale de cette fédération qui s’est tenue à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées) en septembre dernier. « Nous répondons aussi en cela à l’appel lancé par l’INAO aux organismes de défense et de gestion (ODG) pour qu’elles engagent collectivement les exploitations dans des démarches environnementales », poursuit le président de l’AOP Kintoa, le porc basque. « L’AOP est en effet une démarche écologique par l’harmonie qu’elle suppose entre l’homme, le produit et le terroir ».

Depuis la création de la Fevao en 2019, les onze AOP adhérentes ont donc longuement débattu des modes de production des uns et des autres afin de dégager des axes de progrès.  « Ces échanges très riches nous ont permis de définir une douzaine d’enjeux et 34 objectifs en matière économique, sociale et environnementale avec des actions liées qui restent à définir », précise Sophie Deffis, présidente des éleveurs de porc noir de Bigorre. Ceux-ci vont de la nécessité « d’assurer l’accessibilité du produit à l’échelle locale » à « l’encouragement des pratiques permettant le stockage du carbone » en passant par « la protection des zones humides et des points d’eau », avec la part belle accordée aux objectifs environnementaux, qui comptent pour la moitié du total.

Des cahiers des charges à rouvrir

« Lors de la mise en place de cette feuille de route, nous nous sommes rendu compte que certaines démarches étaient engagées chez les uns mais pas toujours chez les autres », reprend Michel Oçafrain. « L’objectif est que chacun avance dans le domaine prioritaire qu’il s’est fixé. Pour ce qui concerne le porc Kintoa, notre priorité est de trouver les moyens de préserver la ressource en eau et de développer l’agroforesterie pour disposer de zones d’ombre plus importantes pour abriter les cochons élevés en plein air ».

La Fevao dit attendre de chacune des organisations adhérentes qu’elle prenne au moins un engagement sur chaque objectif d’ici la prochaine assemblée générale, en 2023. « Ce travail montre que les AOP ne comptent pas rester sur leurs acquis », poursuit Michel Oçafrain. « Basées sur l’observation des cycles naturels, les appellations constituent également une agriculture de précision ».

À cette occasion, les cahiers des charges de certaines AOP viandes pourraient être réouverts, comme ils l’ont été dans les vins ou les produits laitiers.

La durabilité n’est pas le seul chantier engagé par la Fevao. La jeune organisation entend en effet développer le travail en commun également sur les terrains économiques, politiques et juridiques. Sur le modèle du Conseil national des appellations d'origine laitières (CNAOL) créé en 2002, « la Fevao entend faire entendre sa voix singulière au niveau national et européen et de mutualiser ses moyens sur la reconnaissance, la promotion et la défense de la notion d’AOP pour les produits de viande, la lutte contre l’usurpation et la contrefaçon et les actions d’information et de promotion », détaille Michel Oçafrain. La Fevao met notamment en avant la bonne santé économique de la plupart des exploitations engagées dans les appellations et les perspectives favorables qu’elles offrent aux jeunes éleveurs.

L’appellation Noir de Bigorre, par exemple, compte installer au moins deux éleveurs supplémentaires en 2024. La moyenne d’âge dans l’appellation est d’à peine 45 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne