Aller au contenu principal

Viande bovine
Les cotations doivent refléter la réalité du marché

La section régionale bovine a décidé de maintenir la pression concernant les cotations bovines et de surveiller de près l’origine de la viande dans les GMS.

Pascal Rousseau, éleveur en Creuse (au premier plan) s’est rendu, à plusieurs reprises,
à la commission de cotations de Limoges.

Alors que l’offre en viande bovine est loin d’être exponentielle, le manque de viande commençant à se faire sentir sérieusement ici et là et alors que la demande est restée stable, les prix payés aux producteurs sont, depuis quelques semaines, relativement bas. Anormal, selon la section régionale bovine, pour qui les cotations ne veulent plus rien dire. « Elles ne reflètent plus l’état réel du marché », fustige Patrick Bénézit, président de la section régionale. Bien décidés à en découdre avec des chiffres, qui selon la loi de l’offre et de la demande, devraient monter, les éleveurs comptent bien reprendre le pouvoir dans les commissions de cotations, et regarder de près ce qui se passe aussi dans les grandes et moyennes surfaces (GMS).

Veille dans les magasins


« En effet, face à une offre insuffisante et pour éviter d’augmenter les prix, les GMS n’hésitent pas à faire appel à l’import, au risque de se mettre en faute par rapport aux normes européennes », explique Patrick Bénézit. La semaine dernière, des éleveurs du Cantal ont d’ailleurs alerté la direction départementale des fraudes, l’invitant à « vérifier » si la viande bovine d’origine brésilienne présente dans les linéaires d’une grande enseigne aurillacoise répondait bien aux mêmes exigences que les normes européennes. Résultat, en quelques heures seulement la viande brésilienne avait disparu des rayons. Les fraudes ne se sont définitivement pas déplacées pour rien, puisque la viande de provenance UE, ne mentionnant pas l’origine précise du pays, a elle aussi été retirée. La simple mention « UE » ne suffit pas pour être dans les clous de la réglementation, le pays doit être mentionné, sauf que depuis quelques temps, les GMS semblent avoir pris leurs aises avec ce type de « détail ». « Ce type d’actions doit être renouvelée dans les départements. Nous devons faire toute la lumière sur des pratiques qui tirent le prix de nos produits vers le bas », estime un éleveur creusois. Si les tarifs de la viande n’augmentent pas, le risque est d’entraîner le prix du broutard à la baisse, et pour les éleveurs pas question d’imaginer ce scénario. L’heure est donc à la mobilisation.

Qui côte ? Quoi ?

Si dans les semaines à venir, les tarifs n’augmentent pas, les éleveurs renouvelleront la suspension des cotations viande bovine. Les commissions de cotations sont composées d’éleveurs, d’abatteurs et de personnels de l’administration (France Agrimer).

En Auvergne et en Limousin, les cotations pour le « gras » sont établies par une commission qui se réunit à Limoges. Pour le « maigre », les cotations sont organisées par bassin de race : à Dijon pour le Charolais, à Limoges pour le Limousin et à Clermont-Ferrand pour les Aubrac, Salers et croisés Aubrac-Salers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne