Aller au contenu principal

Campagnol terrestre
Le syndicalisme organise une cellule de crise avec toutes les organisations professionnelles

FDSEA et JA ont réuni les représentants de l'administration et des OPA départementales, à St Front au cœur du secteur fortement sinistré par le campagnol terrestre.

Prairie du Mézenc ravagée par les campagnols terrestres, et pâturées par des génisses.

Le campagnol terrestre est une véritable plaie pour l'agriculture, notamment sur le secteur du Mézenc où les dégâts sont considérables (lire notre article en page 07 de La Haute-Loire Paysanne du 23 octobre dernier) et les exploitants complètement dépassés. Conscients de cette situation catastrophique, le syndicalisme FDSEA et JA de Haute-Loire a réuni, vendredi 20 novembre, à St Front sur l'exploitation de Franck Chazallon à la Plaine, tous les acteurs du monde agricole dans le cadre d'une cellule de crise.
L'administration était présente avec Agnès Delsol Directrice Départementale adjointe des Territoires représentant le Préfet Éric Étienne retenu par d'autres obligations, ainsi que des représentants (administratifs ou élus) de la Chambre d'Agriculture, de la MSA, de Groupama, des banques… et de la FDGDON.

Alerter

C'est Thierry Cubizolles, président de la FDSEA et Laurine Rousset, présidente de JA43, qui ouvraient la réunion qui se tenait au cœur de la zone sinistrée : "Cette cellule de crise a pour objectif d'alerter sur la situation que vivent les agriculteurs de ce secteur depuis plusieurs années et de trouver des solutions à court terme pour aider ces exploitations en difficulté". Et d'ajouter à l'intention de toutes les OPA "On a besoin de vous tous…".
Pour illustrer l'impact du campagnol sur les exploitations du secteur, Claude Roche et Philippe Halter conseiller Chambre d'Agriculture ont pris deux exemples représentatifs des fermes du Mézenc, en lait ou en viande bovine avec ou sans production Fin Gras du Mézenc AOP. Les simulations montrent des pertes très importantes sur chacun des systèmes : -50 à -60% en lait, -40 % en viande bovine avec production de broutards et -30% avec commercialisation de génisses Fin Gras du Mézenc. Ces chiffres s'entendent sans décapitalisation ; une solution pour diminuer les charges mais avec une répercussion importante sur les années suivantes notamment en système allaitant.
Et les techniciens de faire remarquer que le campagnol terrestre n'est pas souvent le seul aléa qui pèse sur les exploitations ; intempéries, sécheresse, épizooties viennent compléter un tableau déjà bien noir.

Passer le message

Reprenant la parole, Thierry Cubizolles a traduit ces données chiffrées, à travers un constat de "détresse morale, psychique et économique" chez les agriculteurs. Et c'est ce qui a conduit à cette rencontre. "Nous voulions que toutes les OPA soient informées et alertées de la situation que vivent les agriculteurs du Mézenc actuellement, sachant que le phénomène s'étend et que d'autres secteurs tendent à être fortement impactés (yssingelais, plateau volcanique…)".
Et le directeur de la FDSEA insiste : "Il faut porter attention à ces agriculteurs, les écouter. Chaque OPA doit être force de propositions pour apporter des solutions (reports d’échéances de prêts, demande d’exonération de taxes foncières…". Le président appelle chacun à faire "attention à son voisin", à "ne pas oublier ceux que l'on n'entend jamais, ceux qui se replient sur eux et n'osent pas demander de l'aide". Les responsables professionnels ont insisté sur cette situation "exceptionnelle" qui n'est pas de la responsabilité des agriculteurs. C'est un fléau qui met en péril leur exploitation sans qu'ils en soient responsables. Et de marteler "il n'y a pas de honte à demander de l'aide, à demander à bénéficier d’un accompagnement. Mais c’est à chacun de contacter les OPA et le syndicalisme".
FDSEA et JA ont par ailleurs invité ces organisations professionnelles à "passer le message" à leurs équipes et à actionner tous les leviers possibles pour apporter un soutien financier aux exploitations sinistrées, qui ne pourront pas s'appuyer uniquement sur les dispositifs en place.
Après cette réunion de crise avec les représentants des OPA, le syndicalisme prévoit sous 15 jours, une autre rencontre avec tous les agriculteurs du secteur pour les écouter, et leur présenter les solutions à court terme qui peuvent les aider à mieux passer ce cap.

 

Témoignages

Des agriculteurs au bord du burn out

Franck Chazallon est installé à St Front en Earl avec un salarié, sur un élevage constitué de 50 vaches laitières pour une production annuelle de 340 000 litres de lait commercialisés auprès de l'entreprise Gérentes à Araules, et 30 vaches allaitantes avec engraissement des produits.
Son plus gros problème aujourd'hui, c'est la pullulation des campagnols terrestres, un véritable fléau depuis 3 ans pour cet exploitant qui a pourtant "tout essayé". Piégeage, perchoirs, haies, lutte chimique, sursemis… il a tout tenté sans résultat. "Il y en a trop et toute l'année. Quand on marche dans les prés, on enfonce en raison de la multitude de galeries". Les conséquences sont graves sur l'exploitation : moins de fourrage récolté et de moindre qualité, beaucoup de terre engrangée avec le foin, du travail supplémentaire, des problèmes de butyriques dans le lait, des ennuis de santé sur le troupeau (occlusions)… "C'est complètement démoralisant, laisse-t-il tomber avec lassitude. Aujourd'hui, on en a ras-le-bol. On ne sait plus par quel bout l'attraper".
Impacts sur tout le territoire
Franck Chazallon est rejoint dans son analyse par ses collègues, à l'instar de Fabienne Demars qui a témoigné dans un précédent numéro de La Haute-Loire Paysanne, Raymond Gagne délégué cantonal et agriculteur sur Moudeyres ou d'autres agriculteurs puisque sur St Front, Champclause, Chaudeyrolles et alentours, tous sont touchés.
Philippe Delabre Maire de St Front et Conseiller départemental a, à son tour, souligné le "profond désarroi" dans lequel sont aujourd'hui plongés les agriculteurs et agricultrices du Mézenc Meygal face à cette problématique. "Les agriculteurs n'ont plus le moral, ils sont au bord du burn-out" a-t-il insisté, demandant à l'administration de se pencher sur la question pour apporter rapidement un soutien à ces hommes et à ces femmes. Et en tant qu'élu, solidaire de ses administrés, il s'est engagé à faire remonter le problème au niveau du Département et à tout faire pour enrayer cette crise qui "impacte tout un territoire" et, outre l'agriculture, a aussi des répercussions sur "l'environnement, le tourisme… la ruralité".
 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Entouré des responsables professionnels d'Ardèche et de Haute-Loire, le président de Région prend  toute la dimension de la problématique campagnols.
Sensibilisé à la détresse des éleveurs du Mézenc, Laurent Wauquiez aide à la lutte collective
Face à la situation sanitaire catastrophique sur le secteur du Mézenc, FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire et…
les agriculteurs de Haute-Loire en partance pour clermont Ferrand le 25 mars 2021.
Le convoi de Haute-Loire : la jeunesse mobilisée
Le 25 mars au petit matin, les agriculteurs de Haute-Loire ont pris la direction de Clermont-Ferrand et de Lyon pour défendre…
Mobilisation des agriculteurs le 25 mars 2021 à Clermont-Ferrand
Une armée d’agriculteurs soudée à Clermont-Ferrand et à Lyon
500 tracteurs et près de 5 000 agriculteurs rassemblés place de Jaude à Clermont-Ferrand, jeudi dernier. Défi relevé pour le…
Thierry Cubizolles président de la FDSEA43 à la manif du 25 mars 2021
"À l'heure actuelle, tout le monde est perdant…"
Thierry Cubizolles, président de la FDSEA se dit satisfait de la mobilisation du 25 mars et des conclusions du rapport Papin.  
Poules pondeuses au Gaec du Signon à Chaudeyrolles
Poules pondeuses et vaches laitières, deux productions complémentaires pour la famille Devidal
Le Gaec du Signon à Chaudeyrolles en Haute-Loire a choisi les poules pondeuses pour diversifier son exploitation initialement…
L’efficacité d’une charrue sous-soleuse a été constatée sur le terrain, dans le Cantal, pour lutter contre les ravages des rats taupiers.
Autorisation dérogatoire pour l’application à la charrue du RATRON GW
Une autorisation dérogatoire préfectorale a été obtenue pour l’application à la charrue du RATRON GW entre le 1er et le 30 avril…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne