Aller au contenu principal

Festivités
Le Fin Gras du Mézenc en fête les 4 et 5 juin prochains

L'appellation Fin Gras du Mézenc célèbre la fin de la saison de commercialisation les 4 et 5 juin prochains en Haute-Loire. Une occasion de partager de bons moments autour de ce produit unique et emblématique de ce territoire.

Le 19 mai la filière avait donné rendez-vous à la presse locale pour annoncer la fête du Fin Gras les 4 et 5 juin prochains.

La fin de saison de la commercialisation du Fin Gras du Mézenc approche... Pour célébrer ce temps fort et faire honneur à ce produit d'exception, l'association et la Maison du Fin Gras du Mézenc mobilisent leurs forces vives et les bénévoles pour proposer une belle fête les 4 et 5 juin sur les communes de Chaudeyrolles et de Saint-Front. Après deux années d'interruption en raison de la crise sanitaire causée par le Covid-19, les festivités peuvent enfin se tenir.
Le 19 mai, les acteurs de l'appellation étaient réunis à l'Etable du Mézenc pour annoncer cette fête. "L'AOP Fin Gras du Mézenc est un produit touristique. Cela représente certes une plus-value économique pour les éleveurs de l'appellation mais c'est aussi une plus-value ouverte sur l'humain. Et je suis heureux de voir que notre fête mobilise toute une population ! Cette fête permet de découvrir tout un territoire (à cheval sur la Haute-Loire et l'Ardèche) qui a été façonné par le Fin Gras" souligne Bernard Bonnefoy, président de l'association Fin Gras du Mézenc qui ajoute : "Ici il n'y a pas de transhumance. Les animaux restent là toute l'année et ce grâce au Fin Gras". Pour ce dernier, la fête annuelle correspond à un moment de communion et de rencontre parmi les acteurs de l'appellation, les producteurs, et au sein même de la communauté des "gens d'en haut".

La fête de notre plateau altiligérien et ardéchois
Fervent défenseur de l'AOP, Philippe Delabre, maire de St Front et conseiller départemental, a rappelé l'importance de cet événement qui attire chaque année environ 6000 visiteurs durant un week-end : "C'est la fête des éleveurs certes, mais également la fête de notre plateau altiligérien et ardéchois" dit-il en se remémorant des périodes plus difficiles comme il y a 30 ans, lorsqu'il n'y avait plus de collecte de lait sur ce territoire... "Or, aujourd'hui, le Fin Gras c'est la cerise sur le gâteau" ajoute-t-il en faisant ainsi allusion à la valorisation économique induite par l'appellation auprès de ses producteurs.

La relève est en place
La fête du Fin Gras du Mézenc sera également l'occasion de se rendre compte que les nouvelles générations d'agriculteurs ont intégré l'appellation. "Ce sont les jeunes qui nous poussent à sortir des animaux pour participer à la fête. Et aujourd'hui, ce sont eux qui prennent le relais dans les fermes. La nouvelle génération qui prend la relève est clé dans la durabilité de notre AOP et de notre territoire. Les jeunes aspirent à vivre de leur métier dans des exploitations où l'homme a encore sa place et où le bien-être animal passe d'abord par le soin des animaux" signale le président de l'association. Sur les deux dernières années, ce sont 10 exploitations qui ont été reprises par des jeunes producteurs sur l'appellation. A l'image de Florian Gibaud, installé en 2016 et qui élève, avec son père, une dizaine d'animaux Fin Gras par an, les transforme et les commercialise en vente directe (voir dans cette page).
Même si en boucherie on sent bien que les consommateurs sont plus attentifs à leurs dépenses en cette période difficile, la filière, qui a toujours autant de succès, devrait atteindre les 1300 animaux commercialisés en fin de saison.
Les organisateurs de la fête du Fin Gras espèrent à présent que le soleil sera au rendez-vous pour célébrer dignement cette viande de qualité et cette filière à taille humaine.              
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
Un congrès FNO auquel ont participé 150 congressistes venus de toute la France.
FNO : Un congrès riche en échanges et en interventions
Les 7 et 8 septembre, la FNO était en congrès en Haute-Loire. Un rendez-vous professionnel qui a permis de passer en revue les…
Emmanuel Macron a esquissé ce que sera la future loi d'orientation agricole.
Emmanuel Macron annonce un pacte de renouvellement et d’avenir
Lors de son déplacement le 9 septembre dans le Loiret pour la 8e édition des Terres de Jim, le président de la République,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne