Aller au contenu principal

Michel Barnier réunit ses 26 homologues à Annecy
Le débat sur la PAC de 2013 est lancé

Une réunion informelle des Ministres de l'Agriculture des 27 pays européens s'est tenue à Annecy, mardi 23 septembre, en présence de Mariann Fischer Boel commissaire européenne. Cette rencontre a lancé la réflexion et le débat sur les objectifs que l'Europe souhaite assigner à la future Politique Agricole Commune après 2013.

Mariann Fischer Boel commissaire européen, Michel Barnier Ministre de l'Agriculture française et Peter Gandalovic Ministre de l'Agriculture Tchèque (La Tchéquie assurera dès janvier 2009 la présidence de l'UE).

Michel Barnier, ministre français de l’Agriculture et de la pêche, a accueilli ses vingt-six homologues ainsi que Mariann Fischer Boel, commissaire à l’Agriculture, à Annecy, du 21 au 23 septembre 2008 pour une réunion informelle des ministres européens de l’Agriculture. Cette rencontre a débuté en abordant un thème cher à Michel Barnier, celui des maladies émergentes. Cette première conférence a permis aux ministres d’avoir un éclairage sur la situation des maladies animales émergentes aux niveaux européen et mondial et leurs conséquences potentielles pour la santé humaine. Un large échange de vues a été consacré aux moyens de surveillance et de prévention
à mettre en place à l’échelle
communautaire.

Lancer dès à présent la réflexion sur la PAC

Comme il est de tradition lors de toute présidence, des visites techniques d’exploitations et d’industries agro-alimentaires ont été proposées aux ministres. Michel Barnier a emmené ses invités à la rencontre des hommes et des produits qui composent le Parc naturel régional du Massif des Bauges au-dessus d’Annecy. Il a souhaité faire découvrir à ses collègues européens “les particularités de cette agriculture, dont les représentants s’engagent au quotidien pour le développement durable des territoires”.
Mais c’est la séance plénière du lendemain, mardi 23 septembre, qui a constitué le temps fort de la manifestation : le ministre français a lancé avec ses 26 homologues européens “la réflexion et le débat sur les objectifs que l’Europe souhaite assigner à la future Politique agricole commune après 2013”.
Le “bilan de santé” actuellement en discussion a pour objectif d’ajuster jusqu’en 2013 le cadre de la PAC décidé en 2003. En parallèle, il convient de lancer dès à présent la réflexion sur la PAC d’après 2013. “Nous sommes à un moment propice pour débattre utilement de cette échéance de 2013”, a affirmé Michel Barnier en introduisant ce conseil informel sur la PAC. “Il est important que le débat sur le fond précède celui des moyens (…). Nous ne sommes pas tous d’accord sur la PAC. Il y a des opinions différentes tant parmi les Etats membres qu’au Parlement européen. Raison de plus de prendre du temps pour s’écouter et se comprendre (…). Nous avons cette fois le temps suffisant pour anticiper le débat politique avant le débat budgétaire”.
Mariann Fischer Boel, commissaire à l’Agriculture, pose, quant à elle, d’emblée, la question financière : “De combien d’argent dispose-t-on ?” Pour l’après 2013, la question cruciale ne se pose pas entre “libéralisme et gestion des marchés”. Il faut selon elle, “trouver une ligne médiane”. Elle se dit partisane de la mise en place de système assurantiel, à condition de ne pas remettre en cause la politique de soutien des marchés. Quel que soit le niveau du budget de la PAC après 2013, il sera, difficile d’imaginer de vouloir attribuer “un morceau plus petit aux objectifs du développement rural”. Revoir la répartition de l’argent de la PAC entre agriculteurs, régions et Etats membres, sera sans doute, selon la commissaire européenne, “le sujet politique le plus dur à débattre entre les représentants des Etats membres” et “politiquement la potion la plus difficile à avaler”. Déjà, les Britanniques posent la question de la pertinence du document de travail sur “l’après-2013” présenté par le ministre français et se demandent s’il “identifie les bonnes questions”. “Les agriculteurs sont soumis à des risques de la même façon que les autres secteurs économiques”, écrit le Royaume-Uni. Londres, qui appelle l’UE à laisser le marché “fonctionner pleinement”, cherche à obtenir le soutien d’autres pays, notamment du nord et de l’est de la Communauté. De leur côté, les Pays-Bas suggèrent de se contenter de rémunérer seulement les services à la société rendus par les agriculteurs et d’instaurer un simple “ filet de sécurité” en cas de “crise sérieuse”.

Rapprocher les différents points de vue

Au cours de ce conseil informel d’Annecy, les 27 ministres de l’Agriculture ont néanmoins reconnu unanimement “la nécessité de préserver une politique agricole communautaire”. Michel Barnier s’est réjoui “qu’un débat citoyen se soit engagé autour de la question agricole”. Le ministre français a constaté “une grande convergence de vues”. Sur les objectifs de la future PAC, les 27 partagent globalement la même approche : “Produire plus, produire mieux, produire partout”. Par contre, les réponses sont plus nuancées sur la façon d’atteindre les objectifs. Sur l’économie mondialisée et le modèle européen, la question de l’impact des normes européennes sur la compétitivité des entreprises agricoles reste posée : “C’est une réalité dont il faut tenir compte, tant dans nos politiques internes que dans nos relations avec les pays-tiers pour éviter les distorsions de concurrence”. Une autre idée largement partagée est que “la future PAC devra davantage inciter les agriculteurs, au travers de l’innovation, à adopter les techniques de production qui permettront demain de mieux concilier productivité et respect des contraintes environnementales”. Plusieurs Etats membres ont aussi exprimé “le besoin de faire davantage converger le niveau des soutiens entre les producteurs de l’Union”.
Bien entendu, cette question du ciblage des aides reste fondamentale mais surtout problématique, en particulier pour des raisons purement budgétaires. Selon Peter Gandalovic, ministre de l’Agriculture tchèque, dont le pays assurera la présidence de l’UE dès janvier 2009, “il reste encore beaucoup de pain sur la planche pour rapprocher les différents points de vue ». D’ores et déjà, il prévoit de poursuivre cette réflexion sur la PAC, lors d’une réunion informelle, début 2009 à Brno, deuxième ville de la République tchèque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne