Aller au contenu principal

Chiens de troupeau
Le chien de troupeau, un véritable outil de travail

Le 23 septembre, l'association chien de troupeau organisait une formation "Approfondissement" à Chilhac. Zoom sur l'utilité du chien sur les exploitations.

Chien de troupeau Border Collie sur troupeau ovin

Le chien de troupeau tient une place importante dans les exploitations agricoles. Utilisé pour conduire et déplacer un troupeau, pour trier des animaux, en isoler certains pendant que l'éleveur assure une intervention ou encore pour charger des animaux dans une bétaillère, le chien de troupeau est un acteur à part entière dont le rôle prend tout son sens à l'heure où les exploitations s'agrandissent et manquent de main d'oeuvre.
Toutefois, un chien de troupeau n'est pas un chien comme les autres et doit faire l'objet d'une attention particulière de la part de son maître : "Le chien au travail est à l'écoute de son maître, et il reste au côté de son maître. Mais quand il n'est pas au travail, il doit se trouver dans un chenil. Un chien de troupeau en totale liberté risque en effet de prendre des initiatives qui peuvent causer des accidents et  il peut perdre en obéissance " indique Stéphane Laurent, président de l'Association Chien de troupeau de Haute-Loire. Cet agriculteur installé en Gaec à Céaux d'Allègre en vaches laitières et brebis viande, qui utilise des chiens de troupeau depuis 10 ans,  considère son chien comme un véritable outil de travail. Convaincu de son efficacité redoutable, il nous confie : "lors d'une finale nationale en 2016, nous avions testé le déplacement de 5 génisses sur un parcours de 2 km avec et sans chien de troupeau. Résultat : avec le chien, l'éleveur a mis 20 minutes, sans le chien, en 20 minutes ; l'éleveur n'avait fait que la moitié du parcours".
Pour que l'éleveur puisse réellement compter sur ses services, le chien de troupeau doit être dressé. "Le chien de troupeau travaille avec son maître et doit obéir à ses ordres. C'est pour cette raison que notre association organise chaque année plusieurs sessions de formations de dressage : Initiation, Approfondissement et Perfectionnement" ajoute-t-il.
Gain de temps et moins de fatigue
Le 23 septembre l'une de ces formations organisées par la Chambre d'agriculture de Haute-Loire en partenariat avec l'association Chien de Troupeau, se déroulait sur le Gaec des Sognes (vaches laitières, ovins, porcs engraissement) à Chilhac en présence de 6 agricultrices et agriculteurs participants. Dominique Roux, formateur agréé de l'Institut de l'élevage, qui intervenait à Chilhac a souligné le rôle essentiel du dressage du chien : "Apprendre à utiliser un chien cela passe par une éducation et un dressage. Quand un chien travaille bien, les animaux sont généralement calmes et l'éleveur intervient en sécurité. Le dressage débute par une demi-journée d'éducation en salle et se poursuit à l'extérieur pour rendre le chien obéissant. Le chien est ensuite mis au travail sur un lot d'animaux ; on lui apprend à contourner les animaux pour se localiser à l'opposé et ainsi amener les animaux vers l'éleveur qui devient alors la référence pour le troupeau". Dominique Roux regrette que le recours au chien de troupeau ne soit pas plus répandu : "Aujourd'hui, un très faible pourcentage d'éleveurs utilise un chien de troupeau. Pour beaucoup le chien est synonyme de stress, et à juste titre si ce dernier n'a pas été dressé et éduqué ! Or, un chien dressé, c'est un gain de temps et moins de fatigue pour l'éleveur".
Certes dresser un chien de troupeau nécessite un peu de temps (entre 15 et 18 mois), mais selon Dominique Roux, ça vaut le coup d'y consacrer du temps. "Ainsi si l'éleveur veut changer ses animaux de place, il peut le faire en toute sérénité et de surcroît tout seul grâce au chien !".
Notons qu'une fois que les animaux ont compris le fonctionnement du chien, ce dernier peut gérer jusqu'à 50 vaches et 800 brebis.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Samuel Vandaele, président de jeunes Agriculteurs.
« Pour une agriculture jeune, dynamique et durable »
Jeunes Agriculteurs vient de publier son rapport d’orientation pour l’année 2021. Un document orienté principalement en direction…
Lot d'agneaux à la vente au marché couvert de Saugues.
La procédure de télédéclaration des aides animales pour la campagne 2021 est ouverte
Depuis le 1er janvier, les agriculteurs peuvent procéder sur le site Telepac (www.telepac.agriculture.gouv.fr) à leurs demandes d…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne