Aller au contenu principal

Le 26 mars, venez fêter les 20 ans de la Miss Montbéliarde à St Paulien

Le concours Miss Montbéliarde célèbre ses 20 ans d’existence le dimanche 26 mars à la halle du Chomeil à St Paulien. Un bel anniversaire avec une centaine d’élevages présents.

Le concours Miss Montbliarde, dont le succès n’a fait que croître au fil des ans, célèbre ses 20 années d’existence le dimanche 26 mars à St Paulien. Pour fêter dignement cet anniversaire, Montbéliarde Haute-Loire (nouveau nom du syndicat départemental des éleveurs de Montbéliardes) a décidé de doubler le nombre de participantes au concours.
Cette année, ce seront 100 génisses Montbéliardes du département (une vache par élevage) contre une cinquantaine habituellement qui tenteront de remporter le titre de Miss Montbéliarde 2017.

100 génisses inscrites
Aux mois de janvier et février derniers, les administrateurs de Montbéliarde Haute-Loire, les inséminateurs et les conseillers de Haute-Loire Conseil Elevage sont  partis à la recherche de candidates en rendant visite aux élevages de montbéliardes. À ce jour, 100 génisses sont inscrites et se préparent à défiler devant la foule et les juges (issus de Haute-Saône et du Doubs) qui, exceptionnellement, seront deux cette année.
Dimanche 26 mars, les défilés et les présentations de vaches se feront sur le grand ring dans la halle du Chomeil sur les airs entraînants de l’animateur de la journée Laurent Faverjon. À l’extérieur, un chapiteau abritera toutes les candidates.
Pour cet anniversaire, les responsables de Montbéliarde Haute-Loire tiennent à ce que les communes d’où proviennent les vaches candidates soient informées de la participation des élevages à ce concours.
«Un courrier a été envoyé aux maires concernés. C’est un moyen de faire parler de cette journée, de faire venir du monde et une forme de reconnaissance pour les éleveurs» explique Jean-Claude Rolly, président de Montbéliarde Haute-Loire. Ce dernier rappelle les principaux objectifs du concours : «Miss Montbéliarde permet de faire sortir les éleveurs de leur routine quotidienne et de comparer leur élevage avec d’autres». Miss Montbéliarde est une manifestation conviviale ouverte au grand public. «Au travers de ce concours, on montre que l’agriculture et la production laitière sont toujours présentes en Haute-Loire et surtout que ces activités ont encore un avenir devant elles».

Communiquer sur la race
Miss Montbéliarde est aussi une formidable occasion de communiquer sur une race bovine qui s’adapte parfaitement à notre région. «La Haute-Loire est le deuxième département français en terme d’effectifs de vaches montbéliardes, le 1er département étant le Doubs (berceau de race). La Montbéliarde est la 1ère race laitière de Haute-loire avec 28 000 vaches au contrôle laitier.
La Montbéliarde a d’autres atouts que la production laitière ; c’est une race mixte qui s’adapte à tous types d’élevages».
Jean-Claude Rolly espère que cette manifestation attirera un large public pour admirer et applaudir les plus belles génisses montbéliardes de notre département. Il compte aussi sur Miss Montbéliarde 2017 pour encourager les jeunes à devenir producteurs laitiers en montrant le bon côté du métier.
Ne ratez pas cet événement, le 26 mars à St Paulien.

Infidèle, puissante et élégante,
représentera l’élevage de Thierry Pailhers

Ce sera une première pour lui. Thierry Paillers de l’Earl des Petits Ponts à Chanteuges va participer pour la première fois à Miss Montbéliarde, dimanche prochain à St Paulien. Parmi son troupeau de 55 Montbéliardes (il a aussi 4 ou 5 Abondances «pour le plaisir»), il a choisi Infidèle une génisse qui a un peu plus de 35 mois, qui a vêlé au 15 septembre et a produit au mieux 27,4 kg de lait et qui est encore aujourd’hui à 25 kg. «Je l’ai choisie parce ce qu’elle est puissante, avec un bon développement ; elle présente bien, elle est élégante. C’est le type de bête que je recherche, qui me plait» commente l’éleveur qui reconnaît néanmoins qu’elle «ne sera pas meilleure mamelle…».
Depuis qu’il a fait son choix, Thierry Pailhers prépare Infidèle. Il l’a tondue un mois avant le concours «même si je ne suis pas un pro…» ironise-t-il. Il la sort au licol 2 à 3 fois par semaine pour la dresser et l’habituer à défiler. Il lui reste une semaine pour les préparatifs et ce ne sera pas de trop, nous dit-il, parce qu’Infidèle est encore insoumise voire un peu rebelle.
«Je suis très content de participer à Miss Montbéliarde» souligne Thierry Pailhers qui n’avait pas encore fait le pas parce que pas sollicité semble-t-il. Cette année, ils seront une dizaine du secteur à se rendre à St Paulien. Ils ont d’ailleurs organisé le déplacement des animaux en commun gràce au camion de l’un des leurs, un éleveur voisin en allaitant.
Pour cet éleveur, passionné, c’est une occasion de rencontrer d’autres éleveurs et de discuter du métier, de se comparer aussi, et de mettre en avant le travail de sélection fait dans les élevages du département.

Suzanne Marion

Programme 26 mars
Avant 10h : Arrivée des animaux.
11h : Concours de meneurs pour les jeunes de 10 à 18 ans.
13h30-16h : Classement des sections pour l’élection de la Miss.
16h-16h20 : Défilé de l’avenir : présentation de jeunes génisses de moins de 6 mois par des jeunes de moins de 10 ans.
16h20-16h30 : Challenge précocité.
16h30-17h30 : Election des meilleures mamelles, de la Miss et de ses dauphines et remise des prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Mal-être, agriculteur en difficulté, suicide.
Mal-être des agriculteurs : les propositions du CAF
Alors que le ministre de l’Agriculture doit présenter un plan d’actions à la rentrée 2021, le Conseil de l'Agriculture Française…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne