Aller au contenu principal

Mazeyrat d'Allier
L'avertissement de la FDSEA et des JA

Alors que la justice a ordonné la suspension provisoire de l'antenne relais, 17 jours après elle était encore en fonctionnement. Les associés du Gaec de Coupet appellent l'Etat à prendre ses responsabilités.

Yannick Salgues avec Nathan et les représentants de la FDSEA et des JA tout près de l'antenne relais que l'on aperçoit à gauche.

A Mazeyrat d'Allier, l'antenne relais 3G et 4G qui, a récemment fait l'objet d'un jugement de la part du tribunal de Clermont-Fd, est toujours en fonctionnement au plus grand désespoir des associés du Gaec de Coupet, Frédéric, Yannick Salgues et Géraldine Jam-
mes ; ces derniers estimant subir de lourdes conséquences relatives à son fonctionnement. Le 23 mai, le tribunal a donné trois mois à l'Etat et aux opérateurs de téléphonie pour interrompre cette antenne durant 2 mois, laissant ainsi le temps à l'expert judiciaire d'intervenir. Or, le 9 juin, non seulement l'antenne n'était toujours pas coupée mais les éleveurs concernés n'avaient toujours aucune nouvelle de la part du Préfet, chargé de faire appliquer cette décision de justice.
Et en attendant, le troupeau laitier et les associés de cette exploitation restent en situation de souffrance... C'est pour dénoncer cette situation bloquée que la FDSEA et les JA de Haute-Loire, qui soutiennent les associés de ce Gaec dans leur combat, ont invité la presse le 9 juin dernier à Mazeyrat.

A l'Etat de prendre ses responsabilités !
"Je sais que l'antenne ne sera pas coupée du jour au lendemain, mais nous cela fait 11 mois que l'on attend ! A présent, j'espère que l'Etat va prendre ses responsabilités et arrêter son fonctionnement" a indiqué Frédéric Salgues.
Sur l'exploitation, rien ne va plus. "Notre production laitière a été divisée par deux, passant de 4200 L tous les deux jours en juin 2021 (avant la mise en service de l'antenne) à 2500L en août 2021 et 3000 L en ce moment. Nos taux (TB et TP) ont chuté et nos animaux ne vont pas bien" explique Yannick Salgues. Des vaches laitières amorphes qui s'alimentent mal, qui ne ruminent pas à 100% (à cause de mâchoires qui se bloquent) et boivent mal et qui s'installent dans le coin opposé à l'antenne... Les éleveurs déplorent même 42 décès dont une quinzaine de vaches, 3 ou 4 génisses et des veaux. "Les pertes économiques sont lourdes et inchiffrables, heureusement que jusqu'à présent nos fournisseurs ont été compréhensifs. Mais cela ne pourra pas durer..." déclarent les frères Salgues.
De leur côté, les syndicats FDSEA et JA demandent à ce que le jugement pris par le tribunal administratif de Clermont soit appliqué. "Personne n'est contre les antennes, mais le souci ce sont les conséquences générées par cette antenne-là sur la ferme. Nous sommes ici pour défendre ces éleveurs et nous irons jusqu'au bout pour les défendre ! " a déclaré Nicolas Merle, vice-président de la FDSEA. Et d'ajouter : "Pour l'instant, nous avons fait confiance à la justice. Si rien ne bouge, on sera amené à prendre d'autres décisions ! C'est un avertissement...". "Etant donné que certaines éoliennes sont déplacées pourquoi ne pourrait-on pas déplacer cette antenne ?" interroge la directrice de la FDSEA, Anne Rogues.
Alors que la santé du troupeau laitier du Gaec de Coupet est visiblement dégradée et que les experts ont jusqu'à présent écarté une origine sanitaire et électrique (dans le bâtiment), la santé des hommes semble également impactée... Les éleveurs se plaignent de maux de têtes et Nathan, le jeune apprenti de la famille, souffre de brûlures sur la peau de ses mains qui disparaissent une fois qu'il quitte l'exploitation pour une période prolongée. "Lorsqu'un troupeau va si mal, on peut s'interroger sur la santé des humains de ce secteur !" signale Anne Rogues.
La balle est à présent dans le camp de l'Etat.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne