Aller au contenu principal

Lait > Eric Richard : «La situation est grave… ce n’est plus supportable»

La section laitière de la FDSEA s’est réunie mercredi 15 juillet sous la présidence d’Éric Richard, après avoir fait un tour des rayons «laitages» dans les GMS du Puy et ses environs.

Eric Richard président de la Section laitière de la FDSEA : 
«Je n’ai jamais vu une telle colère chez les producteurs de lait».

«Je n’ai jamais vu une telle colère chez les producteurs de lait» Éric Richard président de la section laitière de la FDSEA est inquiet, très inquiet, face à la situation dans laquelle se trouvent aujourd’hui les producteurs de lait, et plus largement les éleveurs.
«La situation économique est grave, et là-dessus vient se greffer la sécheresse. Mais, pour moi, le plus grave se situe sur le plan social» explique le président. Les écarts se creusent entre les agriculteurs et les autres catégories socio-profesionnelles, le monde agricole est de plus en plus stigmatisé par rapport à la pollution… alors même si ce métier est avant tout une passion pour celui qui s’installe, aujourd’hui «la passion ne suffit plus» pour susciter des vocations et même pour garder des exploitations.
«Ce n’est plus supportable» prévient Eric Richard et c’est pour cela que la section laitière et la FDSEA vont maintenir la pression tout l’été. Par des opérations d’affichage, par des visites dans les GMS pour vérifier les prix et la provenance des produits (comme cela a été fait mercredi dernier avant et après la réunion de la section), et peut-être par des actions plus dures si cela est nécessaire, le syndicalisme ne lâchera rien. Leur cible : les entreprises, la grande distribution et les parlementaires. Tout au long des semaines qui viennent, ils vont continuer à agir pour dénoncer les pratiques des uns et les contraindre à respecter les accords en cours.
Éric Richard revient sur le contexte laitier au niveau mondial où l’offre reste dynamique alors que la demande marque le pas. Et de cette annalyse, on peut déduire que «les perpectives d’ici la fin de l’année ne sont pas bonnes. On ne peut pas espérer une remontée des cours avant la fin 2015». «Mais si le contexte est difficile, il ne justifie quand même pas des prix aussi bas, alors que dans le même temps nos charges continuent d’augmenter» souligne le responsable. Pour entrer dans le détail, si certaines entreprises, notamment des petites entreprises, vont respecter les accords interprofessionnels avec un prix moyen payé au producteur de 340 € la tonne, les grands groupes nationaux annoncent 305 € pour l’année voire 285 € pour le 4ème trimestre pour l’un d’entre eux, «annonce vécue comme une véritable provocation pour la profession» s’indigne Éric Richard.
«Ces entreprises ne respectent pas les accords, elles n’écoutent pas leurs organisations de producteurs (OP)» ajoute-t-il, bien décidé à ne pas en rester là, puisqu’il s’agit de la «survie de nombreuses exploitations laitières dans notre secteur de moyenne montagne, secteur bien plus vulnérable que les zones de plaines puisque les coûts de production sont plus importants».
Il précise aussi qu’à l’initiative de certaines entreprises, il a été instauré un système de double prix, double volume, destiné à passer ces périodes difficiles. Or dans les faits, les entreprises n’en tiennent pas compte, alors que la crise ne touche pas tous les produits et que certains marchent bien.
C’est donc tout le système qui est à revoir, et pour cela, il faut que  toute la filière s’implique et respecte les accords. Et Éric Richard entend bien se battre avec l’ensemble des éleveurs pour faire entendre leur voix et obtenir des prix décents et rémunérateurs.


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne