Aller au contenu principal

L'abattoir et l'atelier de découpe font peau neuve

Après une période de difficultés, l'abattoir et l'atelier de découpe d'Yssingeaux font peau neuve. Et les investissements se poursuivent pour cet outil important pour l'arrondissement d'Yssingeaux.

Concerné par d'importantes difficultés en 2018 et 2019 (départ d'un directeur, accident d'un salarié d'une entreprise de maintenance, errance administrative... qui ont induit des problèmes d'ordre financier), l'abattoir d'Yssingeaux refait progressivement peau neuve.
Le 10 mars, les responsables de l'abattoir et de l'atelier de découpe ont reçu la presse locale pour évoquer les principales évolutions de ces deux structures.
Premier changement : depuis le 1er janvier 2020, l'abattoir Socaby est scindé en deux partie ; la partie découpe gérée par Socaby et présidée par Denis Chalendar, et la partie abattoir gérée par la SEMAD Jeune Loire (voir encadré) présidée par Bernard Gallot, également maire d'Yssingeaux.
Face aux difficultés de l'abattoir d'Yssingeaux, "nous avons fait appel aux communautés de communes de l'arrondissement ; toutes ont répondu présentes et ont décidé de s'investir dans une nouvelle structure : la SEMAD" a expliqué Bernard Gallot qui rappelle toute l'importance de cet outil pour le territoire : "c'est le seul abattoir de l'arrondissement qui répond aux besoins d'une activité agricole diversifiée et de qualité. L'abattoir est un outil qui participe à l'image positive de notre arrondissement (le bien vivre et bien manger) ; il représente  notre culture viande !".


Abattoir : 500 utilisateurs
L'abattoir impacte largement son territoire, ne serait ce que par le nombre d'utilisateurs ; 500 acteurs, du particulier à l'industriel, font appel à ses services.
Pour pérenniser cet outil jugé indispensable, d'importants travaux ont été conduits comme la mise aux normes de la chaine d'abattage et des écuries, la modernisation des chambres froides et des rails de carcasses, des travaux sur les déchets d'effluents...
Selon Bernard Gallot, la commune  d'Yssingeaux a investi 5 millions d'euros dans la rénovation de l'abattoir depuis 2001. Au 1er janvier 2020, les travaux qui restaient à faire ont été estimés à 700 000 EUR et concerneront l'amélioration du process de la ligne porcine et ovine, l'optimisation du matériel et l'amélioration du travail des salariés.


Abattage : tonnage en hausse
Les investissements réalisés à ce jour ont permis à l'abattoir d'accroître ses tonnages qui sont passés de moins de 2000 tonnes de viande traitée en 2001 à 3141 tonnes fin 2019. L'abattoir enregistre une croissance de +5% du tonnage en janvier et de +7% en février.
L'atelier de découpe géré par Socaby assure une prestation de service pour les particuliers et les professionnels (agriculteurs en vente directe). Entièrement rénové en 2015, l'atelier découpe 1 tonne de viande par jour, du lundi au jeudi ; le vendredi étant consacré aux abats et à la distribution de colis.
Si pour l'instant l'abattoir et l'atelier de découpe sont deux entités différentes, Bernard Gallot a confié la souhait de rapprocher au plus vite  les deux structures.

La SEMAD
La SEMAD est une société d'économie mixte locale (partenariat public-privé). Les associés publics représentés par les 5 communautés de communes (communauté des Sucs ; communauté de communes du Haut-Lignon ; Communautés de communes Loire Semène ; Communautés de communes des Marches du Velay ; Communautés de communes du pays de Montfaucon ; commune d'Yssingeaux), la Chambre d'agriculture et 55 associés représentant les partenaires privés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne