Aller au contenu principal

Médias
La Semaine de la presse et des médias à l’école avec une classe de CE2

La Semaine de la presse et des médias à l’école s’est déroulée du 22 au 27 mars partout en France. Reportage dans une classe du centre-ville de Saint-Etienne (Loire), en compagnie d’élèves de CE2 tous plus curieux les uns que les autres.

Des élèves d'une classe de CE2 à St Etienne dans la Loire feuillettent des journaux et magazines.

Laurent Delahousse ? Hugo Clément ? Yann Barthès ? Lorsque Laurie Frappa, enseignante en classe de CE2 à l’école primaire Sainte-Marie, a annoncé à ses élèves la venue d’un journaliste le jeudi 25 mars, beaucoup se sont mis à espérer rencontrer une vedette du petit écran. Une fois cette légère déception passée en découvrant l’identité de leur invité du jour, le temps était venu pour eux d’échanger sur leur perception des médias en général et du métier de journaliste en particulier. Loin de les livrer à eux-mêmes, leur maîtresse les avait, en début de semaine, fait travailler sur deux notions : les types de médias et le processus de fabrication d’un journal.
Si, pour la plupart, la distinction entre presse écrite, radio, télévision ou médias web a été facilement comprise, le retour des élèves sur la partie fabrication d’un journal a réservé quelques surprises. Il faut dire qu’à 8 ou 9 ans, il est encore tôt pour comprendre quel est le rôle d’un rédacteur en chef, l’utilité d’une photo de presse ou comment sont assemblés les articles pour constituer un journal.

Des questions plein la tête

En l’absence de Lorenzo, c’est Alya qui a ouvert le bal des questions/ réponses par la plus pertinente des interrogations : " Comment devient-on journaliste ? " Une question à laquelle il se révèle difficile de répondre, tant les parcours sont divers entre ceux qui sont venus au journalisme au gré d’opportunités professionnelles et ceux qui se sont formés dans des écoles. Les questions se sont ensuite enchaînées, alternant régulièrement entre le professionnel et le personnel.
Haroon a notamment demandé quel était le déroulé type d’une journée de journaliste, Katléa voulait savoir quelles étaient les contraintes de temps pour rédiger un article et Aron combien de personnes étaient nécessaires pour faire un journal. D’autres élèves semblaient, quant à eux, plus intéressés par la vie quotidienne du journaliste : "Avez-vous des grandes vacances ? ", a demandé Eloan, " Comment vous habillez-vous pour travailler ? ", a lancé Splendeur, " Êtes-vous rémunéré pour vos articles ? ", s’est interrogé David. Régulièrement, les questions ont aussi tourné autour du rapport des journalistes à la célébrité : " Êtes-vous déjà passé à la télévision ou à la radio ?", " Êtes-vous connu ?", " Avez-vous déjà interrogé des célébrités ? "

Bien travailler à l’école pour devenir journaliste

De la théorie à la pratique, les élèves, par groupes, se sont ensuite vu remettre des journaux et des magazines qu’ils pouvaient feuilleter pendant que leur maîtresse projetait au tableau des dessins de presse. Pour certains, il est rapidement apparu qu’ils tournaient les pages de titres de presse pour la toute première fois de leur vie. D’autres, baignant sans doute dans un cadre familial plus connecté à l’actualité, n’en étaient pas à leur coup d’essai. Pour tous, la découverte de la carte de presse, cette "carte d’identité du journaliste", a en tout cas fait son petit effet. Ce temps de manipulation des journaux passé, l’heure était venue de conclure cette intervention en classe en demandant aux élèves si certains d’entre eux aimeraient un jour devenir journalistes. Sur les vingt-trois élèves, environ six ou sept ont levé la main. L’occasion était toute trouvée de faire le lien entre leur travail à l’école et les qualités d’un journaliste : le sens de l’orthographe, un intérêt pour l’actualité dans son ensemble, quelques connaissances historiques ou encore un bon niveau d’anglais.
Après une petite séance photo improvisée pour finir, les élèves ont rangé leurs affaires et laissé la classe vide peu avant 16h30. Souhaitons que de futurs grands journalistes se trouvent dans leurs rangs !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne