Aller au contenu principal

Économie
La production française de lapin toujours en recul

La production française de viande de lapin a chuté de plus de 7 % en 2020 pour se stabiliser à 34 200 tonnes. Point de conjoncture de la filière cunicole avec l’Itavi.

Un lapin dans sa cage.

" Entre 2015 et 2019, la production de lapin est en baisse dans tous les pays de l’Europe, de l’ordre de 4 % par an ", souligne François Cadudal, directeur du pôle économie à l’Itavi. La situation en France, avec une baisse de 7 % de la production en 2020, n’a donc rien d’inédite. Avec 34 200 tonnes (t) de viande de lapin produites en 2020, la France est le troisième pays producteur de lapin en Europe. Elle est devancée par l’Espagne avec 51 400 t et l’Italie avec 39 100 t. Ces trois pays rassemblent la majorité de la production européenne. Au-delà des frontières de l’Europe, la Chine re-
présente 50 % de la production mon-
diale de lapin de chair (983 900 t) et détient près de 95 % des parts de marché en production de lapin pour les peaux et la fourrure. Les échanges de l’Union européenne sont structurés de la même façon que la production, autour des trois grands acteurs. " On estime qu’il y avait, en 2019, 11 000 t de lapins exportées sur le marché européen, ce qui représente environ 10 à 15 % de la production ", note François
Cadudal. 3 000 t sont expédiées vers les pays tiers, principalement vers la Suisse ou vers l’Asie. " Il s’agit essentiellement d’un commerce de proximité. En termes d’exportateurs, le marché est structuré autour de la France et de l’Espagne (environ 25 % des volumes échangés sur le marché européen), la Hongrie (vers le marché allemand et l’Europe de l’Est) et la Belgique qui joue un rôle de plaque tournante ", poursuit le directeur.

Les produits découpés ont la cote

Pour autant, la production de lapin en France est en recul structurel depuis le milieu des années 2000. " Depuis 2011, le recul de la consommation s’établit autour de 4 % par an en moyenne et s’accompagne d’une contraction de la production organisée ". En 2019, les débouchés de la filière lapin française étaient à 50 % pour la consommation à domicile (grandes et moyennes surfaces, boucheries), 20 % en consommation hors domicile, 15 % en vente directe et autoconsommation et 15 % à l’export. En 2020, l’apparition de la Covid-19 a eu un impact sur les évolutions structurelles de consommation. " Malgré une baisse de 6 % de la consommation à domicile entre janvier et novembre 2020, nous voyons une nette orientation, spécifique à tous les produits carnés, vers des morceaux faciles à cuisiner. Les produits découpés et préparés
(+ 20,6 % pour les râbles) perdent moins de parts de marché que le contexte global. Le " découpé " montre donc une évolution plus positive que le lapin entier (- 5,8 %), non découpé (- 11,2 %), gigolette
(- 13,1
 %) ", prévient François Cadudal. Les mesures de confinement et la fermeture de certains débouchés ont eu un effet sur les différents types d’enseignes : recul de la fréquentation dans les hypermarchés et supermarchés, boom de l’e-commerce, circuits traditionnels (bouchers-volaillers) en hausse…

Des enjeux majeurs pour la filière cunicole

En termes de commerce extérieur, la filière française a subi un fort recul des exportations, du fait que " les principaux marchés de la France sont des pays qui ont été très durement touchés par la Covid-19, que ce soit l’Italie ou l’Espagne ". Face à ce constat global de l’année 2020, plusieurs pistes de réflexion sont à étudier. Dans un premier temps, la filière pourrait avoir un besoin de renouvellement de génération des consommateurs. " Entre 2016 et 2020, la part de marché des personnes de plus de 65 ans consommatrices de lapin a gagné sept points, essentiellement au détriment des personnes entre 50 et 64 ans ", souligne François Cadudal, d’après une étude Kantar. D’autre part, un ajustement du potentiel de production pourrait s’avérer nécessaire. " L’arrêt des créations d’élevage depuis 2008 et un ralentissement assez sensible du nombre des agrandissements ou des renouvellements depuis 2013 posent des questions d’ajustement structurel et conjoncturel. "

Selon le directeur du pôle économie de l’Itavi, la consommation tend à devenir de plus en plus marquée saisonnièrement, avec notamment une baisse très importante de la consommation en été, alors qu’un élevage de lapins peut produire toute l’année. D’autres enjeux seront également à aborder dans les années à venir : les marges de progrès sur la démédication, les tensions sur les matières premières, l’évolution des systèmes d’élevage pour faire face à la pression sociétale…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne