Aller au contenu principal

Loup
« La préservation de l’élevage et du pastoralisme est un échec »

Lors de la réunion du groupe national loup, plusieurs acteurs ont déploré l’échec du Plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage. Le point avec Claude Font, secrétaire général FNO et président de la FDSEA 43.

Quel premier bilan tirez-vous du Plan national d’actions 2018-2023 sur lwwwwe loup et les activités d’élevage ?

Claude Font : « Le plan avait deux objectifs. Le premier était de maintenir la population du loup. Sur ce point-là, c’est une réussite puisqu’en 2021, le nombre de loups estimé était de 624. Il est dorénavant de 921. Le nombre de départements concernés par la présence de l’espèce a également augmenté : il est dorénavant de 50. Quant au second objectif, qui était la préservation de l’élevage et du pastoralisme, c’est un échec. La prédation a augmenté de 20 % par rapport à l’an dernier. Fin octobre, 3 720 attaques et 11 641 victimes ont été comptabilisées pour l’année en cours. Le match est déséquilibré. Dans ces conditions, on ne peut pas protéger le loup et l’élevage à la fois ».

À l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, y a-t-il des départements plus touchés que d’autres ?

« Les départements les plus touchés sont la Savoie, la Drôme et l’Isère, qui sont les territoires historiques de prédation. La Haute-Loire, l’Ardèche et la Lozère connaissent également des prédations, ce sont des départements de colonisation. Au niveau national, le loup monte jusqu’au Grand Est, le Limousin et dernièrement, le Finistère ».

Quelles sont les conséquences psychologiques et financières pour les éleveurs ?

« Pour les éleveurs, la première conséquence est psychologique. Ils sont attachés à leurs bêtes et vivent une attaque comme une agression. La seconde conséquence est économique, il s’agit d’une perte de production et d’un travail génétique fait sur le troupeau depuis des années. Mais c’est également une perte financière, puisque même si l’attaque du loup est reconnue, les mesures de protection comme les filets électriques et les chiens de protection sont seulement financées à hauteur de 80 %. Le ministère de l’Agriculture dépense 37,2 millions d’€ pour ces mesures de protection. La part autofinancée par les éleveurs s’élève à 8 millions d’€. Non seulement, ils subissent une prédation, mais ils se retrouvent également obligés de payer. Dans nos systèmes d’exploitation traditionnels, nous rencontrons des difficultés avec les promeneurs et les mairies. Il y a parfois des plaintes contre les éleveurs pour l’utilisation de chien de protection. Au niveau national, environ 80 incidents ont été relevés. Si bien qu’un groupe de travail s’est composé pour référencer l’ensemble des chiens financés par le Plan loup et proposer aux éleveurs des chiens qui correspondent à leur système d’élevage. L’objectif est aussi d’arriver à un statut législatif pour le chien de protection ».

Qu’attendez-vous du prochain Plan qui démarrera en 2024 ?

« En 2024, nous souhaitons que le Plan loup allège et simplifie les procédures de tirs pour intervenir plus systématiquement en cas de prédation. Il faut que l’État se mette un objectif de baisse de la prédation sur les élevages. Si cette baisse n’est pas atteinte, il faut lever les freins à l’intervention et procéder plus systématiquement au tir de défense. Nous espérons également la modification du statut du loup dans la Convention de Berne, pour que sa protection soit abaissée ».

Des systèmes de GPS à placer sur les chiens de protection peuvent-ils être une aide supplémentaire pour les éleveurs ?

« Les nouvelles technologies peuvent apporter des informations. Nous travaillons, par exemple, sur des systèmes d’alerte entre éleveurs. Nous favorisons l’équipement des chiens, puisque leurs comportements peuvent permettre de définir des périodes critiques de prédation ou de présence du loup ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne