Aller au contenu principal

Retraite
« La précarité des agriculteurs est un sujet que nous devons traiter au plus vite »

Dans le cadre de l’examen par l’Assemblée Nationale de la proposition de loi Chassaigne visant à assurer la revalorisation des pensions de retraites agricoles les plus faibles, la députée Isabelle Valentin a interpellé le gouvernement sur l’urgence à augmenter les salaires des femmes, des conjoints collaborateurs et des aides familiaux.

Députée Isabelle Valentin

Le 8 juin Isabelle Valentin a interpellé le gouvernement sur l’urgence à revaloriser les pensions de retraites agricoles les plus faibles. Alors que la proposition de loi du député André Chassage, était examinée cet après-midi en commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale. Pour rappel, cette proposition de loi est dans la lignée de la loi adoptée le 3 juillet 2020 et visant à revaloriser les pensions de retraite agricole de 75 à 85% du SMIC. Isabelle Valentin a d’ailleurs regretté que cette loi ne soit toujours pas entrée en vigueur. 

Pour la députée de Haute-Loire, rien ne peut justifier que certaines agricultrices touchent aujourd’hui encore moins de 500 euros par mois alors qu’elles ont travaillé toute leur vie et que les pensions de retraites des agriculteurs soient bien inférieures au seuil de pauvreté et au minimum vieillesse. « La précarité des agriculteurs est un sujet que nous devons traiter au plus vite » a poursuivi Isabelle Valentin. 

Pour elle, les femmes ont toujours été des actrices incontournables du monde agricole. Alors que l’on note une érosion du nombre de conjoints collaborateurs de 9% par an, Isabelle Valentin considère que tout doit être mis en œuvre pour une meilleure reconnaissance de leur travail pour leur véritable émancipation économique. Avant de conclure, « Les agriculteurs sont des gens respectables, qui travaillent et, qui surtout n'ont rien coûté à la société. Ils ont besoin d'une retraite convenable. La revalorisation des pensions de retraite agricoles des plus faibles constitue indéniablement une mesure essentielle de justice sociale et de reconnaissance de leur vie de labeur ».
En Haute-Loire, la retraite moyenne est de 730 euros brut pour les hommes et 500 euros brut pour les femmes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne