Aller au contenu principal

Sanitaire
La Peste Porcine Africaine aux portes de la Région

La Peste Porcine Africaine (PPA) sévit en Italie avec un premier cas découvert sur un sanglier le 5 janvier 2022 dans le Piémont, à moins de 100 km des frontières Françaises.

Le respect des mesures de biosécurité est essentiel pour éviter l’introduc- tion du virus dans les élevages.

La Peste Porcine Africaine (PPA, ou Fièvre Porcine Africaine FPA) est une maladie virale qui touche les porcs domestiques et les sangliers. Elle n’est pas transmissible à l’homme. Ce virus très contagieux est pré- sent dans le sang, dans les muscles et dans toutes les excrétions et sécrétions des animaux vivants ou morts (jusqu’à 10 jours dans les fèces, plusieurs mois dans les pro- duits séchés et jusqu’à plusieurs années dans la viande congelée). Après 3 à 14 jours d’incubation les premiers symptômes se déclarent avec forte fièvre, abattement, baisse d’appétit et surconsommation d’eau ou augmentation de la mortalité sur toutes les classes d’âge. La mortalité est proche de 100 % en moins de deux semaines pour la forme aigüe. Le taux de mortalité élevé et les restrictions commerciales imposées aux pays touchés conduisent à des pertes économiques majeures. La PPA sévit en Europe depuis plusieurs années déjà et très récemment en Belgique, en Allemagne et maintenant en Italie avec un premier cas découvert sur un sanglier le 5 janvier 2022 dans le Piémont, à moins de 100 km des frontières françaises.

Contamination

À ce jour, le nombre de cas est de 25, tous concernent des sangliers, dans une zone d’environ 20 à 30 km. Les moyens de contamination sont nombreux. Tout contact avec un animal porteur du virus (sanglier, porc mais aussi chien de chasse par exemple), avec des matériaux contaminés (bottes, vêtements, abreuvoirs extérieurs, moyens de transport, roues de voiture, végétation, matériel d’élevage, matériel de chasse...) ou toute ingestion d’aliments issus d’animaux porteurs du virus (déchets alimentaires) sont des sources de contamination importantes.

Le respect des mesures de biosécurité est essentiel pour éviter l’introduction du virus dans les élevages. Les porcs de plein air doivent être parqués de manière à éviter strictement tout contact avec les sangliers. Les règles d’hygiènes (pédiluves, lavage des mains, changement de tenue, désinfection du matériel et des moyens de trans- port... ) doivent être scrupuleuse- ment respectées. De même, il ne faut pas nourrir des porcs avec des déchets alimentaires.

Vigilance

Par ailleurs, pour garantir une surveillance efficace, il est essentiel que chaque détenteur amateur comme professionnel se déclare dès le premier porc. La surveillance et la gestion d’une telle crise potentielle repose sur la connaissance scrupuleuse de tous les lieux de détention sans quoi le virus peut diffuser dans les zones non surveillées, aussi petites soient-elles, et échapper aux mesures de protection.

Cette déclaration obligatoire, indispensable sur le plan sanitaire tient de la responsabilité de chacun en contactant l’Établissement Départemental de l’Élevage (04 71 07 21 14). En cas de suspicion, il est urgent de contacter son vétérinaire, la DDecPP ou le GDS. Ces acteurs du sanitaire pourront également répondre à vos questions en cas de besoin. À ce jour, même si la France est toujours indemne de PPA, la situation est inquiétante car les conséquences sanitaires et économiques seraient graves pour la filière porcine. Même si les Alpes constituent une barrière physique non négligeable, le risque de passage de sangliers infectés par les cols, les tunnels ou les zones moins escarpées est bien présent. Chacun doit donc être extrêmement vigilant.

 

À RETENIR

Un virus très contagieux pour les porcs et les sangliers aux conséquences sanitaires et économiques extrêmement graves pour la filière.

Des cas en Italie, sur des sangliers à moins de 100 km des frontières donc un risque de dissémination en France non négligeable. L’importance du respect strict des mesures de biosécurité comme seul rempart efficace au virus et l’obligation de déclaration dès le premier porc pour garantir une surveillance complète.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne