Aller au contenu principal

Rendez-vous
La MSA Auvergne au plus près de ses adhérents

Une rencontre départementale MSA aura lieu vendredi 13 janvier à Blavozy, sur les thèmes de la réforme des retraites et du programme mal-être. Inscrivez-vous…

Le programme mal-être et la réforme des retraites, thèmes principaux de la rencontre d'information organisée par la MSA Auvergne le 13 janvier à Blavozy.

La MSA Auvergne organise une rencontre départementale en Haute-Loire, vendredi 13 janvier à 9h30 au Centre Socio-Culturel de Blavozy. Cette rencontre s’inscrit dans une démarche conduite sur les 4 départements auvergnats.
Cette réunion d’information portera sur 2 thèmes principaux : le programme mal-être décidé par l’État et la réforme des retraites avec la Loi Chassaigne. D’autres questions diverses pourront être abordées lors de cette matinée.
Philippe Panel, Président de la MSA Auvergne, Claude Roche, 1er Vice-Président, et Christian Gouy, Président du Comité Départemental animeront ce rendez-vous en présence d’élus du Conseil d’Administration.

Rencontre ouverte aux ressortissants
Les administrateurs de Haute-Loire, Christian Gouy représentant du Collège 3 “employeurs“, Claude Roche représentant du collège 2 salariés et Isabelle Hugon représentante du collège 1, agriculteurs et retraités, précisent : “initialement prévue à l’attention des élus délégués MSA, pour le département de la Haute-Loire, nous avons voulu l’élargir aux ressortissants des 3 collèges, agriculteurs, salariés et retraités». Toutes les personnes intéressées pour participer sont donc invitées à s’inscrire avant le 9 janvier (voir encadré).
Le premier point abordé sera le programme Mal-être puisque au plan national, s’est mise en place «une nouvelle mobilisation autour de ce sujet, qui s’est ensuite déclinée dans chaque département» explique Claude Roche. Et c’est devenu «une des principales priorités de la MSA» qui veut développer dès 2023, un réseau sentinelles sur la Haute-Loire en se focalisant dans un premier temps sur un ou deux échelons afin de ne pas partir dans tous les sens, mais de créer un réseau solide. Claude Roche précise que «ce réseau est à destination des agriculteurs et agricultrices, mais aussi des salarié(e)s de la production agricole comme des organisations de services. Le dispositif est élargi à tous les salariés du monde agricole». Par ce déploiement de sentinelles, la MSA veut «être au plus près du terrain», au contact de ses ressortissants, sur ce sujet.

Réseau sentinelles
Les personnes qui accepteront d’être sentinelles seront évidement formées en amont, pour être à l’écoute en toute confidentialité et pour orienter les personnes auprès des services MSA compétents. Une communication autour de ce réseau suivra. «Pour aider ses ressortissants qui traversent une crise, qui doivent faire face à un coup dur (accident, maladie, prédation…), qui subissent un aléa… sur le plan professionnel ou plus personnel, la MSA dispose de services et de personnels dédiés, mais trop souvent, ils ne sont pas sollicités par méconnaissance ou par pudeur» expliquent les 3 administrateurs. Le mal-être est un sujet de société qui touche tout le monde, et le monde agricole n’est pas épargné. C’est pourquoi, la MSA compte sur ce réseau afin de permettre à tous, même les personnes les plus isolées, de bénéficier d’un soutien. Christian Gouy insiste : «ce réseau sentinelles est là pour tous types de détresse. Et les personnes pourront être dirigées par les services de la MSA vers différents partenaires… Ce réseau a pour mission d’être au plus près de la population, et notamment ceux qui ne viennent pas vers les structures». Et Claude Roche ajoute : «il n’y a pas de honte à demander de l’aide, et plus on agit tôt, plus vite on peut régler le problème».
Le 13 janvier à Blavozy, cette rencontre permettra à chacun de bien comprendre l’objectif de ce réseau et le rôle des sentinelles, et pourquoi pas de répondre présent.

Réforme des retraites expliquée point par point 
Concernant la réforme des retraites, avec les Lois Chassaigne, 1, 2 et maintenant 3, les élus vont faire une présentation générale des avancées obtenues illustrées par quelques exemples. Christian Gouy rappelle, que «nous sommes la seule corporation qui a obtenu des “plus“ ces dernières années et il faut le souligner. Dans notre présentation, nous ferons le point sur toutes ces avancées, et notamment la Loi Chassaigne 3 en faveur des conjointes collaboratrices et aides familiaux, les oubliés des précédentes lois, tout en pointant les éventuels oublis ou manques… en fonction des informations validées à ce jour». Claude Roche ajoute : «sans entrer dans les cas particuliers, nous présenterons cette réforme point par point pour les Lois Chassaigne 1, 2, et 3. Nous rappellerons les règles… car il faut faire de la pédagogie autour de la réforme des retraites». Des explications importantes pour Isabelle Hugon qui souligne : «beaucoup de gens ne comprennent rien à cette Loi».
Rendez-vous vendredi 13 janvier au Centre socio-culturel de Blabozy.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne