Aller au contenu principal

Fruits rouges
La météo : élément perturbateur de la saison 2022

Le manque d'eau et les températures élevées ont compliqué la saison de production et de commercialisation des fruits rouges des Monts du Velay. Le point avec les responsables du GIE.

La production de fruits rouges des Monts du Velay n'a pas échappé à la météo extrême de ce printemps et de cet été 2022. La sécheresse ambiante a perturbé la production durant toute la saison : "Les retenues collinaires nécessaires à la culture des petites fruits rouges, se sont vidées très rapidement et l'on peut dire que cela a été une angoisse permanente pour chacun d'entre eux. C'est la première fois que l'eau nous manque en cours de saison ! D'habitude, les producteurs ont de l'eau durant toute la période de production..."explique le directeur du GIE des fruits rouges des Monts du Velay, Denis Chirouze.

Or, cette année dès le printemps, un temps très sec s'est installé et a ensuite perduré. "Fin août, sous l'effet du tarissement des sources et d'une forte évapotranspiration, certaines retenues collinaires se sont vidées obligeant quelques producteurs à arrêter prématurément la production alors que la saison s’arrête généralement autour du 15 octobre... ".

Sans eau, pas de petits fruits !

La problématique de l'eau qui s'est véritablement posée cette année conduit les adhérents du GIE à réfléchir aux solutions techniques qui permettraient de faciliter l'accès à l'eau, que ce soit en installant des forages ou bien en agrandissant des retenues existantes ; car, rappelons-le : les fruits rouges ont besoin d'eau pour pousser. En d'autres termes, sans eau, pas de petits fruits !

"L'adaptation au changement climatique passera inévitablement par l'eau. Pour contrer la chaleur et l'évapotranspiration, il nous faudra plus d'eau" signale le président du GIE Éric Pauchon qui livre son inquiétude actuelle concernant l'insuffisance des réserves des retenues d'eau des producteurs à la mi-novembre... "Nous sommes inquiets pour la saison prochaine" ajoute-t-il.

Un autre paramètre météorologique a nettement desservi cette production : les températures très élevées, même en montagne à des altitudes à plus de 950 m, il a ainsi fallu composer avec les excès de chaleurs qui ont eu un impact négatif sur la plantation des plants de framboisiers. "On a constaté des pertes plus importantes de plants et des problèmes de débourrage, ce qui a débouché sur des rendements moindres" note le directeur du GIE.

Impact des fortes chaleurs

Les chaleurs ont également impacté la qualité des fruits frais, plus ternes et plus marqués ; les filets d'ombrage dans lesquels ont investi les producteurs n'ont malheureusement pas suffi... La cueillette a d'autre part été bien plus pénible pour les ramasseurs.

La météo a bien sûr affecté le tonnage produit par le groupement. "Cette année, nous avons atteint 1150 tonnes de petits fruits rouges (contre 1130 T en 2021) alors qu'en début de saison, nous avions un potentiel compris entre 1200 et 1300 T.» Autre conséquence cette fois-ci au niveau commercial : une grande partie des fruits a été classée en catégorie 2.

Moindre consommation en raison des fortes chaleurs

Les fortes chaleurs ont par ailleurs détourné les consommateurs des fruits rouges au profit de fruits très juteux tels que les melons, pastèques ou pêches... La demande a donc été clairement inférieure cette année en raison de la météo (décourageant les consommateurs à se rendre sur les marchés ou dans les restaurants) sans oublier la morosité ambiante (inflation et messages peu favorables diffusés en boucle par les médias nationaux - baisse du pouvoir d'achat, fruits et légumes chers...).

Les prix payés aux producteurs portent les traces de toutes ces difficultés ainsi "le GIE a obtenu un chiffre d'affaires inférieur à l'an dernier avec un tonnage supérieur ; ce qui montre que nous avons vendu un peu moins cher nos fruits et ce malgré la hausse du prix de nos matières premières». Car tout comme les autres agriculteurs, les producteurs de fruits rouges subissent également de plein fouet l'inflation, que ce soit sur les cartons d'emballage (+25 %/+30%), les engrais (+40%/+50%), la main d'œuvre saisonnière (+10%), le carburant et le coût du substrat...

Beau potentiel pour l'avenir

Malgré tout, la production de fruits rouges reste très porteuse en termes de débouchés ; le GIE est d'ailleurs toujours à la recherche de nouveaux producteurs ne serait-ce que pour renouveler les générations. "Notre filière se positionne sur des fruits de qualité vendus sur les marchés haut de gamme du sud de la France et en région parisienne ; à l'image de l'enseigne Grand Frais qui est notre premier client. Dans un contexte où l'on ressent une nette préférence française de la part des acheteurs, les débouchés sont au rendez-vous. Alors que la culture des petits fruits devient impossible dans certaines régions du sud, la Haute-Loire, grâce à ses altitudes élevées, apparaît tout à fait adaptée" explique Éric Pauchon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne