Aller au contenu principal

Economie  agricole
La grande distribution grande gagnante de la crise sanitaire

La pandémie de la Covid-19 qui a perturbé les circuits commerciaux, a profité davantage à la grande distribution qu’aux agriculteurs observe Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM).  

La crise sanitaire a profondément modifié les modes de consommation, mais la grande distribution est parvenue à tirer son épingle du jeu.

Malgré la pandémie de la Covid-19 qui a perturbé les circuits commerciaux, les agriculteurs n’ont pas trop souffert de la crise en 2020. Certes, les Français ont modifié leurs comportements alimentaires avec la quasi disparition de la restauration hors foyer et le retour à l’alimentation à domicile. Certains produits ont souffert, comme la viande de veau et les petites volailles, davantage distribuées dans la restauration hors domicile, mais d’autres ont tiré plutôt leur épingle du jeu, comme le steak haché, observe Philippe Chalmin, le président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM), qui a présenté, le 15 juin, son dixième rapport.
Entre 2019 et 2020, les prix à la production agricole sont restés globalement stables (+0,5 %), malgré une diminution des prix des moyens de production (engrais, produits phytosanitaires, semences, aliments du bétail…) de 1,4 %, selon l’OFPM. Idem pour les prix des industries alimentaires qui s’inscrivent également en légère hausse (+0,5 %). En revanche, les prix à la consommation des produits alimentaires affichent une nouvelle augmentation de 2,2 % supérieure à l’inflation. Néanmoins, ces évolutions cachent des dynamiques souvent contrastées selon les filières. Ainsi en viande porc, les éleveurs sont parvenus à couvrir leurs coûts de production, y compris la rémunération de leur travail au niveau de deux Smic, malgré un léger repli de la cotation de 8 cts/kg à 1,57 €/kg en moyenne en 2020. Dans ce secteur le marché a été tiré par la demande chinoise, à cause de l’épizootie de peste porcine africaine qui a décimé le cheptel et de l’isolement de l’Allemagne où la maladie est apparue.


Les éleveurs bovins viande à la traine
En viande bovine, le prix moyen pondéré entrée abattoir s’est replié de 4cts/kg en 2020, malgré une meilleure valorisation des vaches de réforme allaitantes, consécutive à la forte demande de steak haché pendant la crise. Mais, reconnaît Philippe Chalmin, il s’agit d’une filière en difficulté structurelle, puisque les éleveurs ne sont jamais parvenus, depuis que l’Observatoire existe, à couvrir leurs coûts de production et la rémunération de leur travail (à deux Smic), malgré les aides de la PAC.
Quant à la viande de veau, les cours ont reculé de 10 cts/kg, conséquence de la crise sanitaire et de la fermeture des circuits de restauration hors domicile pendant plusieurs mois. Les quantités habituellement consommées hors domicile ne se sont pas reportées vers la vente au détail.
Pour le lait, la pandémie a déstabilisé les marchés à cause des difficultés logistiques qui sont apparues à l’exportation et la fermeture de la restauration commerciale et collective. Au final, les prix du lait à la production se sont repliés de 2,5€/1 000 litres en 2020 après l’embellie de 2019 consécutive à la flambée du prix du beurre. Néanmoins les éleveurs sont parvenus à couvrir leurs charges, selon l’Observatoire.
En ce qui concerne les céréales, les cours du blé meunier se sont sensiblement appréciés en 2020 en raison des importations massives de la Chine, non seulement de blé, mais aussi d’orge et surtout de maïs. Et malgré la mauvaise récolte 2020, les producteurs français sont parvenus à tirer leur épingle du jeu. Dans le même temps, le prix de la baguette au détail est resté stable à 3,54 €/kg en moyenne. Mais il est vrai que la matière première hors taxe représente 6,5 % du prix de la baguette, 5,1 % vont de la marge brute des meuniers et 87,8 % pour la marge aval de la boulangerie et de la distribution. Une situation tout à fait différente de celle des viandes et des produits laitiers où la matière première représente 30 % environ du prix final au détail.


La carte de la grande distribution
Ce que l’on peut dire en observant les chiffres de l’Observatoire est que la grande distribution a profité de la situation alors même que la crise de la Covid n’était pas encore arrivée. Pour l’ensemble des rayons alimentaires frais, après imputation des charges, la marge nette rapportée au chiffre d’affaires s’est améliorée en 2019 (les résultats 2020 ne sont pas encore disponibles). Elle ressortait à 2,5 % contre 1,8 % en 2018. L’univers des volailles et de la charcuterie dégage les marges nettes les plus élevées, respectivement 8,9 % et 8,2 % avant impôt, alors que le rayon boucherie est structurellement déficitaire (- 1 % avant impôt). Les marges nettes des rayons fruits et légumes et produits laitiers ont progressé à 5,4 % et 1,2 % avant impôt. Alors que le rayon boulangerie dégage toujours une marge nette négative (-0,4 % avant impôt) en raison du poids important de la main d’œuvre dédiée. Le rayon marée reste comme les années précédentes le plus déficitaire (-6,4 % avant impôt). Depuis que la crise est passée par là. La grande distribution a bénéficié de la fermeture de la restauration hors domicile et ses résultats s’en ressentiront positivement quand ils seront publiés dans l’édition 2022 de l’Observatoire.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne