Aller au contenu principal

FDCUMA
La Cuma, un lien social et territorial

  L'assemblée générale de la FDCUMA, le 24 novembre à Yssingeaux, s'est tournée vers les jeunes qui seront demain les acteurs de ces structures de proximité.

L'assemblée générale de la FDCUMA de Haute-Loire, jeudi 24 novembre dernier, s'est intéressée à "l'implication des jeunes dans les CUMA". Et c'est donc tout naturellement que les responsables ont choisi le site du Lycée agricole George Sand à Yssingeaux pour leurs travaux. Mais c'est aussi parce que cette assemblée générale s'est appuyée sur une enquête menée par les élèves du Lycée auprès de leurs camarades en formation dans l'établissement, pour mesurer ce que les jeunes connaissent du mouvement Cuma et ce qu'ils en retiennent. En préambule, le directeur de l'établissement Romain Bertrand a souligné l'importance, pour lui comme pour ses confrères des Lycées agricoles de Brioude-Bonnefont ou de l'ISVT au Puy, de recevoir les OPA (Organisations professionnelles agricoles) au sein même des centres de formations pour les faire connaître à leurs élèves. "Un établissement de formation agricole est un peu la place du village des agriculteurs" a-t-il formulé.

"Venez nous rejoindre"

Le président de la FDCUMA Christophe Boissières a lancé, cash, en direction des jeunes actuellement en formation : "sans jeunes, les Cuma ne résisteront pas. Venez nous rejoindre". Et de rappeler l'importance du collectif en agriculture et donc des Cuma.

Alain Boudet vice-président et Régis Brun animateur ont présenté l’enquête et son objet ainsi que le groupe de jeunes lycéens qui a réalisé cette enquête à la demande de la FDCuma. Les 2 responsables ont salué le travail des jeunes regrettant toutefois que seules les classes agricoles aient été consultées. Les jeunes ont ensuite pris la parole pour synthétiser les résultats de cette étude.

D'emblée, ils ont noté que 30% des interrogés ne connaissaient pas le signe CUMA. Quant à savoir ce que représente une Cuma, les réponses abordent les notions d'entraide, de matériels achetés et utilisés en commun, d'embauche de salariés, d'économie, de la nécessité de bien s'entendre, de l'obligation de règles (entretien du matériel, calendrier de disponibilité, le matériel à rendre en temps et en lieu définis… Mais, comme l'ont souligné les responsables FDCUMA, cette enquête ne laisse apparaître nulle part les notions d'échanges, de convivialité. Et pourtant, dans la réalité, la Cuma est très souvent un espace de dialogue autour du métier mais pas que… et comme l'a souligné un intervenant dans la salle, "lors du confinement dû au Covid, la Cuma est resté le seul endroit où se retrouver entre agriculteurs".

Intérêt économique et social

Cette enquête a été lors de cette assemblée générale, le départ d'un débat pour réaffirmer tout l'intérêt du mouvement Cuma, d'un point de vue économique et notamment en cette période de très forte inflation, mais aussi social. Eymeric Barbier, président de la FRCUMA a adressé ses mots aux jeunes en particulier pour les inciter à rejoindre une Cuma à leur installation : "Tout est possible en commun, il ne faut se mettre aucune barrière" lance-t-il. Et de souligner l'importance du mélange des générations "on doit laisser la place aux jeunes, qui doivent aussi écouter la voix de l'expérience". Christophe Boissières a également précisé que "les Cuma sont sur tout un territoire", notion reprise par Philippe Boyer, président de la FDCoop, qui insiste sur le critère de "proximité" qui caractérise les Cuma alors que bon nombre d'autres coopératives se sont largement développées pour atteindre une échelle départementale, régionale, voire nationale ou internationale.

Yannick Fialip, président de la FDSEA, a replacé les Cuma au cœur de nos exploitations pour aider à faire face aux défis énergétique et climatique de demain.

La FDCUMA a bien compris l'enjeu pour les années à venir. À travers des formations auprès des jeunes agriculteurs, dans les lycées agricoles ou sur des exploitations, dans le cadre de journées de démonstrations de matériels… elle communique en direct avec les utilisateurs ou futurs utilisateurs de ces coopératives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Pour Lucas Beraud, exercer le métier d’agent est très enrichissant  sur le plan technique. (photo d’illustration)
Se perfectionner dans toutes les facettes du métier d'agriculteur
Après 2,5 ans passés au Service de Remplacement de Haute-Loire en tant qu'agent de remplacement, Lucas Beraud est désormais sur…
Loup devant un troupeau de brebis
Pour Claude Font, « le plan Loup est un échec »
Le mercredi 17 mai avait lieu une réunion d’informations sur la prédation dans le Puy-de-Dôme et au-delà, animée par la direction…
Les filles de Bonnefont : une équipe de championnes !
Les filles de Bonnefont sont championnes de France !
Supporteurs et visiteurs ont participé en nombre au championnat de France de rugby des lycées agricoles du 11 au 13 mai. Un…
L'élevage de ruminants est indissociable de la présence des prairies, comme ici au pied du Mézenc.
"Il n'y a pas de prairies sans les ruminants"
Lors d'une conférence-débat organisée le 11 mai à Brioude, le scientifique de l'INRAe, Jean-Louis Peyraud a affirmé le rôle…
"C'est le bon boulot de la coopérative qui fait venir les adhérents et qui les fidélise" explique Denis Accassat, nouveau président de la CEBM.
"Nous devons garder cette coopérative proche de ses adhérents…"
La Coopérative des Éleveurs de Bovins du Mézenc continue sa progression et affiche une hausse de +7,6% de son activité…
Succédant à Jean-Michel Forest, Christophe Chavot est officiellement, depuis le 25 avril, le nouveau président de la caisse régionale du Crédit agricole Loire Haute-Loire.
Christophe Chavot, nouveau président du Crédit agricole Loire Haute-Loire
Mardi 25 avril, en matinée, quelques heures avant ses Rencontres Économiques organisées au Scarabée de Riorges, le Crédit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne