Aller au contenu principal

Plan stratégique national
La copie française jugée insuffisante

La Commission européenne reproche au Plan stratégique national d’être insuffisamment ambitieux sur le plan écologique et invite la France à rehausser son niveau d’exigences en la matière.

La Commission européenne considère que le PSN français ne tient pas compte des objectifs définis dans la loi européenne sur le climat.

Ainsi que l’avait annoncé le Commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wociejchowski, la Commission européenne a fait parvenir ses observations aux Etat membres sur les plans stratégiques nationaux (PSN). Pour ce qui est de la France, la Commission salue la stratégie de consultation mise en œuvre pour prendre en compte les contributions des parties prenantes et l’organisation d’un débat public, via la Commission nationale du débat public. Mais les félicitations s’arrêtent là. La Commission accumule un certain nombre de griefs et souligne à l’attention des autorités françaises la nécessité d’apporter un certain nombre de clarifications et de modifications en fixant des objectifs et des indicateurs précis et plus ambitieux. Est particulièrement visée l’architecture verte du projet jugé insuffisant au regard de la transition écologique souhaitée par Bruxelles et le Pacte vert. Dans le viseur, les choix opérés en matière de conditionnalité qu’il s’agisse de l’application de la directive Nitrates (BCAE 6), de la diversification et de la rotation des cultures et du traitement réservé au maïs (BCAE 7), de la biodiversité (BCAE 8) ou des prairies permanentes (BCAE 9)

L’éco régime sur la sellette
La Commission européenne marque sa préoccupation par rapport à la conception globale de l’éco-régimes (ER) quant à son niveau d’ambition environnementale et climatique. Ainsi Bruxelles s’interroge sur le fait que la France mette sur le même plan (et le même niveau d’aides) la certification environnementale HVE et l’agriculture biologique, alors que le cahier des charges de celle-ci est plus contraignant. L’exécutif bruxellois recommande d’ailleurs la révision de certaines voies d’accès aux ER ou l’adaptation de certains niveaux de paiement (introduction d’un 3ème niveau). En matière de bien-être animal, la Commission déplore que la France n’ait pas inclus dans son PSN de mesures significatives en ce sens, par exemple pour encourager l’élevage de porcs sans caudectomie, des systèmes d’élevage sans confinement pour les poules pondeuses, les veaux et les truies.
Selon l’exécutif bruxellois, le PSN accorde un soutien trop important au secteur de l’élevage, sans fixer de résultat à atteindre en matière de réduction des gaz à effet de serre et elle ne mobilise pas suffisamment de moyens en faveur des énergies renouvelables et en particulier du biogaz.


Aides insuffisamment ciblées
Globalement, la Commission européenne considère que le PSN français ne tient pas compte des objectifs définis dans la loi européenne sur le climat. Quant à la stratégie de réduction des engrais de 15 %, elle est considérée comme insuffisante pour atteindre le bon état écologique des eaux à l’horizon 2027. Dans le même ordre d’idée, Bruxelles invite la France à accroître significativement ses investissements pour réduire la consommation d’eau en agriculture.
La Commission formule également d’autres reproches à la France en matière de ciblage des aides, Bruxelles considérant que la France est sur une trajectoire de statu quo et non de convergence qu’il faudrait rehausser. Autre grief, le couplage des aides qui serait insuffisamment argumenté notamment au regard de son impact sur la qualité des eaux ou orienté sur certains secteurs spécifiques. Enfin en matière de gestion des risques, la Commission invite les autorités françaises à conditionner les interventions à l’adoption de mesures agricoles adaptées, telles que des pratiques d’atténuation comme la diversification des cultures.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !
L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème…
Les éleveurs constatent un regain d'activité chez les vautours et les corbeaux autour des exploitations. Ici Cédric Lin avec son troupeau de Bizet.
L'agnelage : période critique en présence de vautours et de corbeaux
Les agnelages de printemps attirent les vautours et les corbeaux dans les pâturages. Deux exploitations de Haute-Loire déplorent…
Les fruits et légumes restent des produits clés sur  le marché bio, notamment en magasins spécialisés  et dans la région AuRA.
Les bons résultats des Fruits rouges des Monts du Velay
Regroupant des producteurs de Haute-Loire et d’Ardèche, le GIE Fruits rouges des Monts du Velay affiche de bons résultats sur la…
Annonce légale
Une annonce légale à diffuser ?
Vous souhaitez diffuser une annonce légale dans le département de la Haute-Loire, déposez-la directement sur la Haute Loire…
Étienne Liautaud et Laurent Beraud.
Étienne Liautaud remplace Laurent Beraud à la présidence du groupement
Le groupement des producteurs de Lentilles Vertes du Puy s'est réuni le 6 mai à St Christophe/Dolaison. À l'ordre du jour : bilan…
Narcisse, de Richard Tholance est championne laitière Abondance.
Narcisse, Nikita et Myosotis, les grandes championnes laitières
Le week-end dernier, 23 et 24 avril, la 7ème édition des Journées Laitières de Haute-Loire, organisée par la Chambre d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne