Aller au contenu principal

FDSEA/JA
La conjoncture favorable laisse espérer un prix de base de 370 à 380 EUR/1 000 l

La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA étaient réunis le 18 février pour faire le point sur la conjoncture actuelle.

La section lait de la FDSEA et le groupe lait JA réunis le 18 février au Puy.

Présidée par Yannick Fialip, la section laitière de la FDSEA et le groupe Lait JA étaient réunis mardi 18 février au Puy en Velay pour faire le point sur la conjoncture actuelle ; une conjoncture «positive» sur la plan mondial comme européen, avec de grosses exportations vers l'Asie en beurre et poudre, et vers la Russie en fromages.
Et ce contexte favorable a contribué à faire remonter le prix du lait et ce depuis 1 an, même si «la France reste à la traîne» comme l'explique le président. Il prend l'exemple de l'Allemagne qui a appliqué «en 2013 un prix supérieur de 20 euros/1000 l, alors que les deux pays sont sur le même marché».
Et ce retard a pourtant été en partie comblé grâce à la mobilisation des éleveurs qui ont fait pression à la fois sur les entreprises et sur la grande distribution avec l'appui d'un médiateur qui avait annoncé une hausse de 25 EUR au minimum en 2013, et ce pour arriver à couvrir l'augmentation des charges et pour être en adéquation avec le marché.

Jeu entre entreprises et grande distribution !
«Aujourd'hui, souligne Yannick Fialip, on se pose des questions sur la capacité des entreprises françaises à répercuter ces hausses de prix auprès de la grande distribution, qui, sous couvert d'un pouvoir d'achat en berne chez le consommateur, est peu encline à passer ces hausses. Alors certes, le lait de consommation a augmenté un peu, mais les éleveurs ont constaté des promotions sur des marques entreprises (Lactel, Candia, Président) qui laissent interrogatifs, ces produits étant moins chers que les plus bas prix...»
Au vu de la conjoncture actuelle donc, les responsables syndicaux visent un prix de base moyen de 370 à 380 EUR/1 000 l pour 2014. «Ce prix plus porteur doit permettre aux exploitants de refaire leur trésorerie souvent mise à mal, de réinvestir pour moderniser leurs bâtiments ou leurs outils de travail, et enfin d'atténuer les hausses des charges». Le président insiste sur ces hausses de charges qui touchent l'ensemble des services sur les exploitations (réparations de matériels, frais vétérinaires, primes d'assurances...) et qui atteignent des sommets.
Yannick Fialip souligne avec satisfaction que les producteurs de Haute-Loire continuent à investir et qu'ils ont pu ainsi développer leur production. Depuis la mise en place du bassin laitier Auvergne-Limousin, les volumes produits en Haute-Loire ont augmenté de 10 % passant de 380 à 420 millions de litres en 3 ans. C'est un signe de dynamisme sur lequel le syndicalisme entend bien continuer à surfer.
Et l'application de la réforme de la PAC qui apporte un réel soutien à l'élevage et en particulier l'élevage en montagne, est un autre signe positif sur la production laitière.


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne