Aller au contenu principal

La barre des 1000 animaux commercialisés sous AOP Fin Gras du Mézenc est franchie

L'association et la Maison du Fin Gras du Mézenc tenaient leurs assemblées générales à Freycenet Lacuche, ce lundi 15 octobre.

De gauche à droite : Roselyne Chapelle et Bernard Bonnefoy respectivement président(e) de la Maison et de l'Association Fin Gras du Mézenc, Yannick Pochelon animateur et Angèle Rochette Maire de Freycenet Lacuche.

Les éleveurs se sont déplacés en nombre pour assister lundi 15 octobre à l'assemblée générale de l'association et la Maison du Fin Gras du Mézenc au point que la salle polyvalente communale s'avérait presque petite. Preuve que l'AOP Fin Gras est intéressante. Et ce n'est pas le président Bernard Bonnefoy, toujours vêtu de sa chemise et son chapeau noirs rehaussés du foulard rouge, qui dira le contraire, lui qui porte fièrement les couleurs de cette marque identitaire comme on l'a vu dans les travées du Sommet de l'Élevage début octobre.
Poursuivant sa progression sur le modèle des années précédentes et notamment depuis 2014, le nombre d'animaux vendus sous l'appellation a encore progressé de plus de 100 bêtes dépassant la barre des 1000 atteignant 1070, soit une progression de 12% par rapport à 2017. De même le nombre d'animaux Fin Gras du Mézenc détenus par exploitation augmente. Les 98 fermes adhérentes avaient en moyenne en 2018, 10,92 bêtes ; ce chiffre a doublé en 10 ans ce qui tend à prouver que les éleveurs de Fin Gras trouvent leur compte dans cette filière et se professionnalisent dans cette voie.

Prix moyen 2018 : 5,82€
Depuis 2010 la vente auprès des grossistes est dominante par rapport à la vente aux bouchers. Ils sont 8 grossistes à avoir acheté 651 animaux. Quant aux bouchers, à l'automne 2017 ils étaient 124 dont 14 qui commercialisent le Fin Gras occasionnellement et non sur toute la saison de février à juin. 35 restaurateurs adhéraient aussi à l'association pour la saison 2018.
La moyenne des prix de vente des animaux Fin Gras du Mézenc 2018 (prix payé à l'éleveur) est de 5,82€ par kg de carcasse (contre 5,81€ en 2017, 5,77 en 2016…).
Mais d'un animal à l'autre les prix diffèrent. L'analyse des prix collectés auprès des éleveurs permet de dire que 89% des animaux ont été vendus à un prix supérieur ou égal à 5,50€ du kilo de carcasse, 73% entre 5,5 à et 6,10 et même 16% à des prix supérieurs à 6,10€. La totalité des animaux Fin Gras du Mézenc a été commercialisée au dessus de la cotation nationale des génisses classées “U“, sachant que 83% des génisses Fin Gras sont classées “R“. Ainsi la plus-value apportée par l'appellation par rapport aux cours nationaux est en moyenne supérieure à 2€ par kilo de carcasse (+ 2,07€/kg pour les génisses “U“ et +2,13 pour les “R“).

«Rien n’est jamais acquis»
Comme l'a souligné le président Bernard Bonnefoy, «le seuil symbolique du millier d'animaux est désormais franchi. Longtemps présenté comme un objectif à atteindre et comme un probable potentiel maximum, il est certainement, malgré tout, possible de développer encore un peu la production, mais de manière raisonnée». Et de marteler que «rien n'est jamais acquis» et que «le combat se mène tous les jours pour distinguer la production AOP des circuits banalisés». Il ouvre sur les enjeux des années à venir, avec une gestion de l'évolution de la filière en veillant au «maintien de la qualité des animaux qui ne doit pas baisser au prétexte que la demande est forte», à ce que les éleveurs restent mobilisés même si aujourd'hui «le développement important facilite la commercialisation», et à «éviter tous les abus et les dérives liés à une notoriété grandissante».
Le Fin Gras du Mézenc poursuit son ascension, en nombre d'animaux commercialisés, et d'adhérents à l'association (éleveurs, bouchers, grossistes, restaurateurs), au niveau du prix au kilo de carcasse, mais aussi en notoriété. C'est une chance pour le territoire, les éleveurs et les gourmets.

Communication, promotion

Tout au long de la saison et même en marge de ces 4 mois de février à juin, l'association en lien étroit avec la Maison du Fin Gras du Mézenc, ne cesse de faire la promotion de son AOP. Des journées de découverte pour les éleveurs, bouchers et restaurateurs, les pot-au-feu rendez-vous conviviaux, les foires grasses du Béage et des Estables, la Foire des Viandes à Yssingeaux avec le Lycée agricole cette année, la Fête du Fin Gras (une véritable réussite pour l'édition 2018 à Freycenet Lacuche), la boutique et le musée à la Maison du Fin Gras à Chaudeyrolles, communiqués de presse, brochures… sont autant de temps forts qui ponctuent la saison pour se rappeler à la mémoire du consommateur. Avec l'appui du Conseil Régional, une campagne de communication exceptionnelle a été mise en place sur 2018-2020 . Ainsi, cette année, la brochure a été diffusée très largement avec le programme TV distribué par les journaux Dauphiné Libéré (07) et Le Progrès (43), soit à 500 000 exemplaires au lieu de 40 000 les années précédentes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne