Aller au contenu principal

Reproduction
Inséminer soi-même : des éleveurs se forment

L'insémination par l'éleveur se répand dans nos exploitations. Le 19 octobre, les JA proposaient une formation animée par la coopérative XR Repro à un groupe d'agriculteurs du département. 

Le groupe d'éleveurs de Haute-Loire qui participe à la formation IPE, avec leur formateur.

 L'insémination par l'éleveur (IPE) est une pratique qui se développe dans nos exploitations agricoles. D'après l'Idele, "en 2020, ce sont 795 824 inséminations qui ont été réalisées en France par 5 394 éleveurs dans leurs troupeaux, ce qui représente 12% de l’activité insémination animale sur cette année civile". Et la pratique semble séduire avec "une augmentation de plus de 69 000 inséminations par l’éleveur (IPE) par rapport à 2019, soit + 10%". 

Se former à l'IPE

C'est pour répondre à la demande grandissante des éleveurs que les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire ont récemment organisé une formation Vivéa animée par la coopérative XR Repro. La première session se déroulait le 19 octobre à Yssingeaux, à l'abattoir et à la ferme de Lavée. "L'objectif c'est d'apprendre aux éleveurs à inséminer eux-mêmes leurs vaches et de renforcer leurs connaissances sur la reproduction" indique le technicien XR Repro transplantation embryonnaire et formateur de jeunes inséminateurs et d'éleveurs, Damien Jolivet. La formation de deux journées, qui se tiennent à deux semaines d'intervalle, comprend des séances de mise en pratique, avec fouille, entraînement et dissection d'utérus en bouverie à l'abattoir d'Yssingeaux, et des séances théoriques centrées sur la reproduction, sans oublier un entraînement à la décongélation des paillettes. 

Assurer soi-même l'insémination de ses vaches demande beaucoup d'entraînement et un approfondissement des connaissances sur la reproduction. Mais ce n'est pas suffisant : "Il faut que les éleveurs fassent preuve de motivation, de calme, de patience et qu'ils aient l'envie de le faire. Il faut aussi être animalier, et bien connaître son troupeau" explique ce spécialiste de l'insémination.

Quant à la maîtrise du geste, une seule règle : "plus on pratique, plus on va vite. Pour un inséminateur, on dit qu'après 500 inséminations, il est confirmé. Pour un éleveur, il faut compter 1 an d'expérience pour l'être. Mais au final, ce sont les résultats obtenus qui montrent si l'on est confirmé ou pas... Ainsi chez XR Repro, le taux de non-retour s'élève à 65% à 90 jours après l'insémination". 

Donc un chiffre à atteindre voire à dépasser !  

Toutefois comme le rappelle Damien Jolivet "la réussite de l'insémination reste multifactorielle et dépend à la fois de l'environnement, de l'alimentation de la vache et de la pratique du technicien pour la mise en place".

Gagner en autonomie

On pourrait se demander pourquoi tant d'engouement pour l'IPE parmi les éleveurs et en particulier les plus jeunes d'entre eux ? Le 19 octobre, les participants avançaient plusieurs raisons ; la première est financière : "L'IPE permet de faire quelques économies puisqu'on ne paie que la dose et non plus la mise en place et le déplacement de l'inséminateur". Il s'agit aussi de gagner en autonomie sur son élevage et de permettre ainsi à l'éleveur d'intervenir au bon moment. Pour certains, c'est une satisfaction d'acquérir un savoir-faire. Pour d'autres, c'est un plus pour le suivi du troupeau ou encore une suite logique du métier d'éleveur.

Toutefois, l'IPE ne comporte pas que des avantages. "Cette pratique nécessite d'y consacrer du temps et de veiller à une gestion rigoureuse de la cuve à doses (quantité de doses stockées). L'éleveur doit aussi s'équiper de matériels spécifiques à hauteur d'un peu plus de 1000 €. Il revient également à l'éleveur de déclarer les inséminations en temps et en heure auprès de l'EDE. D'autre part, au sein d'une société agricole, si l'un des associés formé à l'IPE, est absent, il faudra faire appel à la coopérative d'insémination. Et XR Repro sera toujours là" indique le formateur.

La coopérative d'insémination reste partenaire 

Quant à la coopérative d'insémination, certes elle perd l'un de ses services (la mise en place) mais elle reste partenaire de son
adhérent : "Notre rôle est d'accompagner les éleveurs dans l'évolution de leurs besoins et de leur métier, tout en restant leur partenaire. Lorsque l'éleveur opte pour l'IPE, XR Repro n'assure plus la mise en place mais reste là en appui et continue à proposer ses services (vente de doses, de consommables et fournitures et de matériels d'insémination, suivi échographie, génotypage...)" indique Damien Jolivet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne