Aller au contenu principal

Horizon : Les tracteurs pulling, ces «Formule 1» de la terre

Le tracteur pulling, le tracteur quoi ? C’est une discipline mécanique venue de Hollande qui compte de nombreux aficionados en France, prouvant qu’un tracteur ne sert pas seulement à retourner des hectares de terre.

De 1.500 à 3.000 CV, les tracteurs disposent d’une puissance démentielle.

Pour percer les secrets des tracteurs pulling (compre-nez tir de tracteurs, en français), une immersion dans le temple de la discipline s’impose. Direction Bernay en Normandie, qui accueillera le 4 juin une des manches du cham-pionnat de France. Le rassemblement normand, qui soufflera en 2016 sa 33ème bougie, figure parmi les pionniers de ce sport mécanique importé des États-Unis, au début des années 80.Outre-Atlantique, c’est dès les années 1920 que des passionnés ont fait de ces engins des outils de compétition. À l’époque, ils’agissait de concours de traction initiés par des fermiers.Le but ? S'affronter avec leurs tracteurs d'époque. La remorque est minimaliste : un simple traineau de bois sur lequel des commissaires montent tous les 10 mè-tres afin de le lester. Les tracteurs avaient une puissance variant de 10 à 40 cv et la course prenait fin lorsque le moteur, à bout de souffle, calait. Le vainqueur était le concurrent qui parcourait la plus longue distance. Au fil des années, les puissances des tracteurs agricoles augmentent et quelques pilotes commencent à modifier leurs mécaniques...


Des moteurs d’avions, de chars, de bateaux…

Afin de stopper les engins, les remorques spécifiques à la discipline voient le jour. Elles ont recours à un système de poids se déplaçant vers l'avant et exerçant une pression sur un patin plaqué sur la piste. Dès les années 70, toujours aux U.S.A., les premiers «monstres» débarquent sur les pistes... Ils sont équipés de mo-teurs d'avions, de chars, de ba-teaux ou encore de V8 provenant  de l'univers du dragster !Arrivé au début des 70's en Euro-pe sous l'impulsion hollandaise, le Pulling s'expose pour la première fois en France en 1983. À l'époque, les «Tractosaures» affichent des puissances allant de 500 à 1.500 chevaux. Les tractodrômes font le plein de fans et les tribunes s'agrandissent d'année en année.Face au succès grandissant de la discipline, une fédération nationale est créée(1) et un championnat de France voit le jour. Jusque là organisées plutôt dans le Nord de la France, les épreuves du championnat dépasseront cette année le sud de la Loire. C’est à Clermont-Ferrand, dans le cadre du Motor Exhibition des 11 et 12 juin à la Grande Halle d’Auvergne, que le public pourra découvrir ces engins à l’envergure impressionnante.


Un seul essai

Aujourd’hui, même si les tracteurs ont décuplé leur puissance, l’objectif reste le même. La compétition se déroule en deux manches : la qualification et la finale. Un tracteur dispose de un ou deux essais pour se qualifier. Le pilote fait ensuite rugir son moteur pour tirer la remorque et l’amener le plus loin possible. La piste mesurera 80 m de long x 12 m de large ; ce qui représente plus de 360 tonnes de terre. Pour se qualifier, un tracteur doit réaliser une distance minimale de 60 m. On dit alors qu’il réalise un «Full Pull» (FP), cela signifie que le tracteur a réalisé la distance nécessaire pour accéder à la finale. Lors de la finale (pull off), la remorque est lestée afin de donner encore plus d’envergure au spectacle. Les tracteurs(2) ne disposent que d’un seul essai. Le vainqueur est celui qui parcourt la plus grande distance.

Sophie Chatenet


(1) La fédération nationale est basée à Azay-sur-Cher.
(2) À noter que les établissements Dachard et Marchadier, partenaires de la manche auvergnate mettront à disposition des engins agricoles pour l’organisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne