Aller au contenu principal

Herbe
Gérer ses pâturages au plus près des profils de chaque parcelle

Dans le contexte actuel d’augmentation du prix des intrants, rigueur, adaptation et attention sont de mise pour gérer ses pâturages au plus près des profils de chaque parcelle.  

Consignes d'utilisation de l'herbomètre

Cet automne 2021, le prix des céréales avait déjà augmenté suite à des récoltes hétérogènes (conditions météo peu favorables, pluie, incertitude des pays importateurs). Cette augmentation parait aujourd’hui toute relative suite à l’explosion des prix du marché due au conflit en Ukraine. Les prix des céréales ont encore bondi de 100 € ces dernières semaines et les tourteaux n’ont jamais été aussi hauts. Le colza par exemple dépasse les 450 € la tonne contre 260 € il y a 2 ans. Face à cette dérégulation du marché, comment réagir ?


Recentrer ses efforts sur le fourrage vert
S’il y a bien un paramètre que les éleveurs peuvent gérer de façon autonome et sur lesquels ils peuvent influer c’est la gestion de leurs pâtures. Le pâturage a toute son importance pour faire des économies. C’est le fourrage le plus économique du marché et aussi le plus équilibré. Il peut permettre de réduire significativement l’apport de compléments alimentaires, d’être moins dépendant des prix du marché et donc de mieux maîtriser sa conduite d’élevage.
Cette gestion s’avère très technique et méthodique. Elle nécessite de bien connaître ses parcelles, de prêter attention quotidiennement à la pousse de l’herbe. Elle nécessite aussi une veille rigoureuse sur son troupeau.
Haute Loire conseil Elevage rappelle quelques règles de bonnes conduites :
- Favoriser une mise à l’herbe précoce et progressive.
- Conserver les surfaces en herbe proche des bâtiments.
- Bien préserver sa ressource agronomique (éviter le piétinement, le surpâturage, favoriser la repousse rapide)
- Favoriser si possible le pâturage à l’année qui limite la consommation de gasoil et de fertilisants. Les reliquats de bouse et de pissat peuvent être suffisants pour nourrir la prairie.
- Avoir une bonne gestion de l’ingestion : apport suffisant à la pâture et à l’auge pour conserver performances techniques et santé animale.

Quels outils pour aider et accompagner les éleveurs ?
De nombreux outils sont aujourd’hui à la disposition des éleveurs qui souhaitent progresser et avoir une gestion plus contrôlée et maitrisée de leurs pâturages.
Les repères thermiques qui paraissent quotidiennement dans les journaux pour connaître les sommes de températures proches de chez soi (infos prairies). Ces sommes de température vont permettre d’estimer l’avancement des graminées en fonction de la chaleur et de la pluviométrie. Elles sont réalisées grâce aux stations météo du département par le biais des données de météo France.
Les typologies des prairies ont une grande importance. Suivant les espèces présentes, le démarrage en végétation ne se fait pas en même temps. Bien connaître ses parcelles et leurs caractéristiques permettra de se guider plus aisément.
L’herbomètre va permettre de connaître la hauteur d’herbe exacte et ainsi de calculer la biomasse (quantité d’herbe disponible à l’échelle de la parcelle). Avec un tour régulier de ses parcelles, on se rend compte des stocks sur pieds et de la conduite appropriée à adopter. On ne doit jamais descendre en dessous de 5 cm de hauteur d’herbe et dès qu’il y a plus de 15 cm, il faudra alors orienter la parcelle à la récolte. La meilleure situation pour valoriser le potentiel agronomique et les performances animales est de rentrer les animaux à 12/13 cm et de les sortir à 6 cm.


Bien réussir sa mise à l’herbe
A partir de la mi-mars, dès les 250° de sommes de température et une portance des sols adéquate,  la sortie des animaux se précise en fonction des zones d’altitude. Sur notre département et notamment sur l’est où intervient Jérôme Gachet de Haute Loire Conseil Elevage, les éleveurs ont parfois du mal à faire déprimer leur parcelle.
Pourquoi ? Selon lui, il y a une crainte de la part des éleveurs que cette mise à l’herbe précoce ait un impact sur la pousse de l’herbe et le stock récolté en cas de printemps sec. Or, c’est l’inverse qui va se produire, une mise à l’herbe précoce et maîtrisée va uniquement épointer les jeunes pousses et va favoriser la repousse de qualité et le tallage. De plus, les jeunes pousses sont très nourrissantes, riches en protéines et vont donc apporter une meilleure valeur nutritive au bétail. A contrario, une mise à l’herbe tardive va retarder le potentiel de pousse, les valeurs alimentaires et la digestibilité de l’herbe.
L’idéal, toujours d’après Jérôme Gachet, est de sortir les animaux vraiment progressivement, d’abord 1 ou 2h par jour puis 3-4h, pour aller jusqu’à une journée entière. Une sortie progressive sur 15 jours est vraiment recommandée. Cela nécessite bien sûr une forte implication personnelle, du temps, de se rendre disponible pour son troupeau, et d’avoir des parcelles proches des bâtiments.

La clé de la réussite : une sortie progressive
Cette mise à l’herbe progressive va permettre de mieux préparer la flore microbienne du rumen des ruminants. A cette période, continuer le complément des fourrages à l’auge tout en offrant un peu de fourrage vert permet aussi de ne pas sur-solliciter les réserves de l’herbe et de créer un décalage de pousse sur ses parcelles, primordiale pour le reste de la campagne. La pousse de l’herbe est encore timide à cette saison. Maîtriser la transition alimentaire est une phase clé pour conserver des animaux en pleine santé.
Le contexte actuel oblige les éleveurs à être de plus en plus maître de leur exploitation et à s’adapter encore davantage. Cette situation tendue n’est pas sans conséquence sur une filière et un métier qui font déjà face à de nombreuses problématiques et contraintes, (temps de travail important, manque de personnel, investissements importants).
Sachons tirer les leçons de cette crise, qui pourra peut-être permettre de revoir les systèmes d’exploitation mis en place : réduction de certains coûts et investissements pour replacer le travail et l’implication de l’éleveur au centre des préoccupations.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !
L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème…
Les éleveurs constatent un regain d'activité chez les vautours et les corbeaux autour des exploitations. Ici Cédric Lin avec son troupeau de Bizet.
L'agnelage : période critique en présence de vautours et de corbeaux
Les agnelages de printemps attirent les vautours et les corbeaux dans les pâturages. Deux exploitations de Haute-Loire déplorent…
Les fruits et légumes restent des produits clés sur  le marché bio, notamment en magasins spécialisés  et dans la région AuRA.
Les bons résultats des Fruits rouges des Monts du Velay
Regroupant des producteurs de Haute-Loire et d’Ardèche, le GIE Fruits rouges des Monts du Velay affiche de bons résultats sur la…
Annonce légale
Une annonce légale à diffuser ?
Vous souhaitez diffuser une annonce légale dans le département de la Haute-Loire, déposez-la directement sur la Haute Loire…
Étienne Liautaud et Laurent Beraud.
Étienne Liautaud remplace Laurent Beraud à la présidence du groupement
Le groupement des producteurs de Lentilles Vertes du Puy s'est réuni le 6 mai à St Christophe/Dolaison. À l'ordre du jour : bilan…
Narcisse, de Richard Tholance est championne laitière Abondance.
Narcisse, Nikita et Myosotis, les grandes championnes laitières
Le week-end dernier, 23 et 24 avril, la 7ème édition des Journées Laitières de Haute-Loire, organisée par la Chambre d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne