Aller au contenu principal

Fruits rouges : Plus de 1 000 tonnes de fruits rouges des Monts du Velay commercialisées en 2015

Le GIE des producteurs de Fruits Rouges des Monts du Velay tenait son assemblée générale annuelle le 19 avril au Mazet St Voy.

«Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 630 tonnes de fruits commercialisés en 2013, plus de 1000 tonnes en 2015» souligne Éric Pauchon le président du GIE des producteurs de Fruits Rouges des Monts du Velay, en assemblée générale mardi 19 avril au Mazet St Voy. «Globalement, la production de fruits rouges de notre GIE se porte bien, on le constate depuis 2 à 3 ans…», insiste-t-il. Depuis deux ans, le GIE s’est orienté sur une véritable stratégie d'entreprise plus qu'une stratégie filière. En effet, bien que modeste, cet outil économique est «d'une grande efficacité», et peut encore se développer. «Mais au GIE des producteurs de Fruits Rouges des Monts du Velay développement rime avec bénéfice à l’adhérent et c'est cet équilibre qu'il faut et faudra préserver» insite le président.Le développement de la fraise en jardins suspendus (avec la variété Cijosée), la production biologique, la diversité des productions de fruits rouges sont la parfaite illustration de cette orientation, puisque «la valeur ajoutée que l'on pourra  dégager  sur une production sera toujours gage de réussite et de piste de développement pour vous, adhérents». Actuellement, le GIE met en place un gros travail sur la framboise haut de gamme. Cela va de la production de plants jusqu'à la mise en avant dans la barquette en passant par des itinéraires techniques adaptés en fonction des variétés.

Au GIE des producteurs de Fruits Rouges des Monts du Velay, on ne reste jamais statique ni les deux pieds dans le même sabot. Éric Pauchon comme l’ensemble des producteurs le sait bien : «On a souvent coutume de dire qu'il faut s'adapter au marché,  jadis oui, mais dans un marché de plus en plus concurrentiel, cela ne suffit pas, c'est aussi à nous d'apporter des idées nouvelles, des présentations différentes, un packaging moderne ou novateur, en fait c'est à nous de créer la demande».En regardant le bilan des dernières années, le président se veut optimiste mais néanmoins réaliste : «je suis convaincu que les orientations commerciales et techniques prises ces dernières années ont été primordiales pour le GIE et ses adhérents. Désormais, le plus dur reste à venir, il nous faut maintenir notre potentiel voire le développer, et au vu des nouveaux projets, des installations de jeunes, des nouveaux adhérents sur l'Ardèche, d'une équipe commerciale et technique dynamique, nous avons toutes les cartes en main pour tenir nos objectifs».

Suzanne Marion d’après communiqué

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Yannick et Frédéric Salgues sont inquiets pour la santé de leur troupeau.
Des vaches perturbées et des éleveurs inquiets… à Mazeyrat d'Allier, l'antenne 4G est visée
À Mazeyrat d'Allier, les associés du Gaec du Coupet sont démunis face à leur troupeau en détresse, victime, selon eux, des…
Vache abondance
SODIAAL et déclassage du lait biologique : à quand la fin de la mascarade ?
JA Aura réagit face à l'annonce de la coopérative laitière Sodiaal sur le prix du lait bio. Tribune….
Les organisateurs de l'événement avec Julien Michel et ses animaux qui participeront à la journée allaitante  à St Paulien.
Journée allaitante, rendez-vous le dimanche 19 septembre à Saint-Paulien
Dimanche 19 septembre, les plus beaux animaux allaitants du département ont rendez-vous à la halle du Chomeil de St Paulien. Une…
Fabrice Bouquet et Anne Rogues, passage de relais à la direction de la FDSEA
Anne Rogues est la nouvelle directrice de la FDSEA
Le directeur Fabrice Bouquet a quitté son poste, le 1er septembre 2021, après 4 années passées à la direction du syndicat…
Paysages du brivadois, Paysas Bas
La profession demande un délai d'un an pour les nouvelles zones vulnérables
FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire dénoncent une trop rapide mise en application des programmes d'actions pour les…
Troupeau charolais s'abreuve au pré
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !
Le Conseil régional prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Dépôt de dossier jusqu’au 6 octobre
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne