Aller au contenu principal

Bâtiments
Fonctionnels, accessibles, intégrés, trio gagnant en montagne

Les responsables professionnels du secteur Mézenc-Meygal ont emmener le Directeur Départemental des Territoires visiter quelques bâtiments récents. L'objectif de cette immersion ; montrer les contraintes et spécificités des constructions dans une zone de montagne.

Montrer les contraintes et les spécificités qui s’appliquent à la construction de bâtiments sur le secteur Mézenc-Meygal, tel était l’objectif de la journée de vendredi 13 mai organisée par les responsables professionnels du secteur et avec pour témoin Bruno Locqueville Directeur Départemental des Territoires.
Thierry Chalendard président de l’Antenne Chambre d’Agriculture explique : «Pour construire un bâtiment agricole, nous devons tenir compte d’un certain nombre de critères techniques, environnementaux économiques incontournables. Et sur ce secteur en altitude, nous avons des spécificités propres qu’il nous a paru important de mettre en évidence afin de bien faire comprendre au DDT, que les agriculteurs ne choisissent pas à la légère le lieu d’implantation ou les matériaux de leur bâtiment».
Dans un premier temps les responsables professionnels ont présenté le secteur et ses 3 cantons à M. Locqueville, mettant en avant l’altitude, la déprise, les conditions hivernales, les différents types de production…
Ils se sont ensuite rendus sur 4 exploitations ayant toutes récemment investi dans un bâtiment agricole. Ils sont donc allés sur deux exploitations en bovins viande à Moudeyres chez Alain Issartel, puis à St Front chez Guy Exbrayat. Ensuite ils sont allés à Fay sur Lignon et enfin aux Vastres.

Des constructions réfléchies

Sur chacune de ces visites, les agriculteurs ont expliqué les raisons qui les ont poussés à choisir le lieu d’implantation, le type de bâtiment, la capacité, les matériaux… Tout a été décortiqué, des choix initiaux jusqu’à l’aboutissement, puisqu’ils se sont parfois heurtés à des refus les conduisant à revoir leurs projets. Refus qu’ils ont quelquefois eu du mal à comprendre…
Ainsi, au fil des visites, le groupe a abordé les problèmes environnementaux avec l’intégration des bâtiments dans le paysage. On a donc parlé du type de construction avec 2 corps de bâtiments accolés. Jean Paul Nicolas explique : «Deux hauteurs permettent de casser la structure. Le  bâtiment fourrage est le plus haut. Il est généralement placé au nord servant ainsi d’abri pour la partie réservée aux animaux qui elle profitera davantage de l’ensoleillement. Deux corps de bâtiments permettent aussi de mieux adapter les structures aux besoins, notamment en terme d’isolation ou de ventilation».
L’emplacement du bâtiment est très important sur un secteur en altitude. La neige, le vent sont des paramètres qui influent directement. Il faut veiller à ce que les accès soient faciles à dégager pour permettre à l’inséminateur, au vétérinaire, au collecteur de lait, au livreur d’aliments… d’arriver jusqu’à la porte. Sur ce thème, Raymond Gagne éleveur laitier et par ailleurs Maire de Moudeyres et en charge du déneigement sur sa commune, insiste sur l’accessibilité : «Si l’inséminateur ne peut venir en temps et en heure, si le laitier est bloqué plusieurs jours, si les produits finis ne peuvent pas quitter l’étable… les conséquences économiques peuvent être désastreuses sur une exploitation».
Les agriculteurs ont également montré qu’ils étaient soucieux de l’intégration paysagère de leurs bâtiments. Le choix des matériaux, des couleurs, les aménagements extérieurs sont des critères sur lesquels ils portent leur attention.
Enfin à travers les différents témoignages, le DDT a, à plusieurs reprises, été interpellé sur l’importance de maintenir un certain nombre d’agriculteurs pour garder des paysages ouverts. «Comment ferons-nous quand il n’y aura plus que 3 ou 4 agriculteurs par commune ?» s’interroge Alain, pour qui l’isolement peut être un réel problème dans les années à venir. Dominique Chalendard souligne que sur certaines communes du secteur comme Champclause, ou Les Vastres… la trop faible densité de population et la quasi absence d’agriculteurs commence à poser problème.
Voilà pourquoi les responsables professionnels insistent sur la nécessité de permettre aux exploitants de construire des bâtiments en adéquation avec les contraintes et les spécificités locales afin d’améliorer les conditions de travail et de garder une agriculture vivante.

L’agriculture sur le secteur Mézenc-Meygal

Le Comité de Développement Agricole  Mézenc-Meygal compte 25 communes et couvre 3 cantons : Fay sur Lignon, St Julien Chapteuil et Le Monastier. L’altitude varie entre 800 et 1500 m (terres exploitées) et la densité de population est très variable de 6 à 80 hab/km2, avec des zones très peu peuplées notamment sur Chaudeyrolles, Les Vastres ou encore Salettes. Entre les 2 recensements de 1988 et 2000, le secteur a perdu 29 % de ses exploitations, et entre 2000 et 2008, 13 % encore. Sur les 3 cantons, avec moins d’exploitations et moins d’unité de main d’oeuvre, on fait, aujourd’hui, la même production laitière et de viande que dans les années 80.
La surface moyenne des exploitations professionnelles est de 61 ha pour St Julien, 72 pour Le Monastier et 64 pour Fay.
Avec 200 exploitations et 6 150 vaches laitières pour 26 millions de litres de lait, le secteur Mezenc-Meygal c’est 9% des livreurs de lait pour 7% de la production altiligérienne. On produit environ 1 000 litres de lait par ha de SAU (moyenne départementale aux alentours de 1 600). On dénombre également 5 800 vaches allaitantes, 11 200 ovins sur 86 exploitations, et 10 élevages porcins naisseurs-engraisseurs.
On note également le développement du nombre d’exploitations qui transforment à la ferme, et des initiatives intéressantes comme la pomme de terre bio sous marque Gerzenc, ou encore l’AOC Fin Gras du Mézenc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne