Aller au contenu principal

Fin Gras du Mézenc : Une saison 2015 marquée par une forte progression de la production

Lundi 2 février, l’association Fin Gras du Mézenc ouvrait officiellement la saison de commercialisation de cette viande AOP. La saison a été lancée en Ardèche.

Producteurs, bouchers et restaurateurs ont célébré le lancement de la saison Fin Gras 2015.

C’est sous la neige et au coeur de la montagne ardéchoise que le lancement de la saison Fin Gras du Mézenc 2015 s’est déroulée le 2 février dernier.
Cette année, l’association Fin Gras du Mézenc avait choisi le village de Sagnes et Goudoulet comme décor ; une commune de la zone AOC qui compte 4 producteurs engagés dans l’appellation et un restaurateur adhérent, Jean-François Chanéac.
Après un week-end à la météo exécrable, une quarantaine d’éleveurs de l’association était au rendez-vous pour célébrer le lancement de la saison 2015. Quelques bouchers et restaurateurs avaient eux aussi bravé les congères pour rejoindre leurs collègues éleveurs.

Près de 800 génisses et boeufs
La saison 2015 sera marquée par une nette progression de la production ; 788 génisses et boeufs sont prévus pour l’abattage entre le 1er février et le 31 mai ; Yannick Pochelon, technicien de l’association Fin Gras du Mézenc souligne que «ce chiffre de production devrait être un peu inférieur (entre 10 et 20 bêtes en moins) en raison des éventuels déclassements en vif ou à l’abattoir en cours de saison, ou autre réorientation des animaux pour diverses raisons». Si l’on compare ce chiffre prévisionnel (788) à celui de 2014 (656 boeufs et génisses), on comptabilise 100 bêtes supplémentaires, soit une progression de +15% de la production.
Ce sont donc près de 800 génisses et boeufs engraissés dans 83 exploitations (contre 73 en 2014) qui seront commercialisés cette année.
Au cours de cette saison, la viande AOP Fin Gras du Mézenc sera commercialisée dans 93 points de vente soit 83 boucheries engagées à la saison et 10 en occasionnel. Elle sera aussi proposée et valorisée au sein des menus de 28 restaurants adhérents de l’association. La saison s’annonce donc plutôt belle pour cette viande d’exception.
Pour célébrer l’ouverture de la saison 2015, deux exploitations agricoles engagées dans la démarche Fin Gras du Mézenc avaient ouvert leurs portes à Sagnes-et-Goudoulet.

Deux visites d’exploitations
André Jouffre fut le premier à ouvrir son exploitation à la visite. Cet éleveur produit du lait et détient un troupeau allaitant en guise de complément. Pour cette saison, André Jouffre et son fils Anthony engraissent 7 génisses en AOP, soit issues croisées (vaches montbéliardes et taureau Charolais), soit limousines (issues du troupeau allaitant) ; ces génisses sont généralement commercialisées auprès d’un grossiste à Aubenas.
L’après midi, c’était au tour de Denis Méjean d’accueillir producteurs et bouchers. Double actif, Denis Méjean exploite une ferme de taille modeste, ce qui lui permet de se consacrer à son autre emploi qu’il occupe à mi-temps. Il élève des charolaises et engraisse 4 génisses Fin Gras pour cette saison 2015.
Entre ces deux visites, les participants se sont retrouvés à la salle polyvalente de Sagnes-et-Goudoulet où ils ont pu échanger et se restaurer autour d’un casse-croûte campagnard. La convention annuelle de partenariat avec le Crédit Agricole a été signée par l’association ; à travers ce partenariat, les caisses régionales Sud Rhône-Alpes et Loire Haute-Loire soutiennent conjointement la démarche.
Parallèlement aux producteurs, bouchers et restaurateurs qui, à leur niveau, font tous vivre le Fin Gras du Mézenc, la Maison du Fin Gras du Mézenc entame elle aussi une nouvelle saison avec enthousiame. Depuis son ouverture il y a 6 ans, plusieurs milliers de visiteurs ont découvert ou redécouvert le Fin Gras du Mézenc. Cette année, la Maison du Fin Gras réserve plusieurs nouveautés à ne pas manquer. Un tout nouveau guidage audio sera mis en place dès ce printemps au sein de l’espace muséographique.
Autres nouveautés 2015, la maison du Fin Gras prévoit d’organiser une balade «Entre nature et gourmandise» pour découvrir  produits locaux et agriculture du Mézenc. Enfin, cet été, Chaudeyrolles accueillera une exposition temporaire «Chaudeyrolles entre hier et aujourd’hui» montrant l’évolution de la vie de ce village du Mézenc.
Et surtout n’oubliez pas de noter les grands rendez-vous de la saison 2015...


Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne