Aller au contenu principal

Fin Gras du Mézenc : Le Fin Gras du Mézenc, une démarche territoriale forte

Les assemblées générales de l’association et de la Maison du Fin Gras du Mézenc ont eu lieu le 24 octobre à Fay-sur-Lignon.

Les assemblées générales de l’association et de la Maison du Fin Gras du Mézenc se sont déroulées devant une centaine de personnes.

«Oui la production de Fin gras et sa commercialisation fonctionnent mais ce n’est pas gratuit. Il y a beaucoup de travail de la part des éleveurs. En 1995, nous étions dans cette même salle pour le projet Fin gras et aujourd’hui, 21 ans plus tard, quelle avancée, mais aussi quelle énergie ! On pourrait croire qu’on se fatigue mais il n’en est rien, car nous avons des jeunes qui arrivent. Le renouvellement est assuré et ils prendront tout naturellement place dans notre association» a indiqué le président de l’association Fin gras, Bernard Bonnefoy, lors de l’assemblée générale de l’association.


La recherche de l’excellence

«La singularité, l’authenticité, l’excellence», Bernard Bonnefoy insistait sur ces qualificatifs recherchés pour la production et la commercialisation du Fin gras. C’est pourquoi les éleveurs se soumettent à de nombreux contrôles internes avec notation des animaux en cours d’élevage, en début et fin d’engraissement et contrôles des conditions de production. De même que le calendrier des animations de promotion est conséquent - journée de découverte pour les éleveurs, bouchers et restaurateurs, foires grasses, reportages sur les chaînes nationales et régionales, car le Fin gras, c’est aussi le paysage et le tourisme - et a un coût. Les frais de promotion et de communication représentent le plus gros poste des charges. Mais c’est une nécessité pour l’association qui reçoit par ailleurs, en plus des cotisations des adhérents (éleveurs, bouchers, communes), un certain nombre de subventions qui participent à un résultat positif. Le Pida(1) et le Croq(2) arrivant toutefois à échéance en 2016, des négociations sont en cours avec la Région notamment, pour pouvoir envisager la suite. Une convention devrait être signée, début 2017, avec des objectifs et un nouveau programme d’actions.


Un prix de vente stable

Neuf cent quarante-six animaux ont été déclarés à l’engraissement à l’automne 2015, contre 901 pour la saison précédente, par 91 exploitations. Le responsable Yannick Pochelon expliquait : «On compte cette année sept nouvelles exploitations et on remarque qu’une très grosse partie de nos adhérents sont au maximum de leur production». La production est vendue à 60 % via les grossistes et 40 % chez les bouchers. Il est important de rappeler au consommateur que le Fin gras ne se trouve qu’en boucherie traditionnelle. La moyenne du prix de vente des animaux Fin gras 2016 (prix payé à l’éleveur) est de 5,77 euros par kg de carcasse contre 5,70 en 2015.


La Maison du Fin gras, vitrine de la production

La Maison du Fin gras, à la fois musée, lieu de vente et vecteur d’animations, enregistre cette année encore une baisse de fréquentation. Pour la présidente de l’association, Roselyne Chapelle, «cette baisse est générale sur le site touristique. Ensuite, c’est la conséquence de la diminution des heures et jours d’ouverture à cause de la diminution du temps de travail (fin d’un contrat aidé, NDLR).» Cela dit, le résultat est positif et les changements apportés à la structure (lire encadré) devraient améliorer notablement la fréquentation.Philippe Costet, 1er  vice-président de la Chambre d’agriculture de l’Ardèche saluait le travail de l’association et soulignait : «La grande mobilisation des adhérents. On sent cette coordination des éleveurs pour porter haut le Fin gras du Mézenc. L’Ardèche y contribue et se veut complémentaire.»

Cécile Chanteperdrix

(1) Programme intégré de développement agricole

(2) Contrat régional d’objectifs de filière sous signe d’identification de la qualité et de l’origine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

L'Association Chien de Troupeau 43 présente son événement estival : la finale nationale de chiens de troupeaux sur bovins le 14 août à Chaspuzac.
21 duos maîtres-chiens en compétition le 14 août à Loudes
Les meilleurs duos maîtres - chiens de France s'affronteront à Chaspuzac sur le site de l'aérodrome de Loudes le dimanche 14 août…
Culture dérobée : avoine.
Semis des dérobées d’automne : attendons la pluie !
Pour compenser une partie des déficits fourragers, on peut envisager le semis de dérobées mais si, et seulement si, il pleut…
Sécheresse sur maïs.
Un constat accablant, une situation inquiétante
Une délégation de la Direction départementale des Territoires s'est rendue sur le terrain pour dresser un bilan intermédiaire de…
Tonne à eau dans un pâturage.
FDSEA et JA sont sur le front…
FDSEA et JA suivent la situation au jour le jour et interviennent auprès de l'administration pour trouver des solutions.
Maïs à floraison impacté par la sécheresse.
Les maïs mal fécondés doivent être ensilés
Manque de pluie et températures élevées confrontent de nombreuses parcelles de maïs au stress hydrique et thermique. Les…
Présentation La Route de la Lentille 2022
54 attelages ont rendez-vous ce week-end à St Christophe sur la Route de la Lentille

La 7ème édition de la Route de la Lentille empruntera les chemins du Plateau du Devès, les 5, 6 et 7 août.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne