Aller au contenu principal

FDSEA-JA : Une année qui s’annonce difficile mais des perspectives positives à plus long terme

En ce début d’année, les deux syndicats agricoles font état de perspectives plutôt moroses pour le monde agricole. Prix des produits toujours insuffisants, FCO..., le sort s’acharne.

Anthony Fayolle, président des JA et Yannick Fialip, président de la FDSEA, ont présenté leurs voeux devant la presse locale.

Le 8 janvier, les présidents de la FDSEA et des JA, Yannick Fialip et Anthony Fayolle, ont présenté leurs traditionnels voeux de nouvelle année devant la presse locale au Puy. À cette occasion ils ont évoqué les perspectives agricoles pour 2016 qui, selon eux, «s’avèrent moroses et assez négatives».Le premier point de préoccupation concerne les prix agricoles : «Nous n’avons pas réussi à faire augmenter suffisamment le prix des produits. En lait, nous sommes à 300 €/tonne ; les prix ne remontent pas sous l’effet de l’arrêt des quotas en Europe, d’un excès de lait sur le marché mondial et d’une demande mondiale peu dynamique. En viande, les prix sont très bas» indique le président de la FDSEA.«En viande bovine, se pose un problème de filière avec une distorsion de concurrence entre acteurs qui conduit à un prix aux producteurs mal valorisé ;  à ce problème de filière s’est ajoutée la FCO qui a provoqué une baisse des prix des bovins mâles» précise Antho-ny Fayolle.


Inquiétude pour l’élevage

«Nous sommes inquiets pour l’élevage en général car aucun secteur ne tire son épingle du jeu. En porc, certains producteurs sont au bord de la faillite avec des cours à 1,10 €/kg ; les éleveurs ovins connaissent une forte baisse des prix depuis le début de l’année, quant aux céréales, les prix sont bas» ont-ils expliqué.Conséquences : les filières agricoles de Haute-Loire sont en grande difficulté. «25% des exploitations agricoles sont en grande difficulté financière et auront du mal à terminer l’année ; ces dernières opteront, dans le meilleur des cas, pour un réaménagement de leur dette ou bien pour une cessation d’activité. Les exploitations qui passent la crise dans de meilleures conditions (les 75% d’exploitations restantes) se posent quant à elles des questions d’existence» ajoute Yannick Fialip. Dans ce contexte difficile, la profession agricole se sent délaissée.


Le gouvernement dans le collimateur

Les deux syndicats sont en colère contre le gouvernement. «Dans le cadre du plan de soutien, le gouvernement avait annoncé une somme de 600 millions d’euros (à l’échelle de la France), sauf que ce même gouvernement a repris 255 millions sur le fonds des calamités agricoles !» s’indignent les responsables. Cette décision a eu un impact direct sur le dossier sécheresse présenté par la Haute-Loire. «Notre dossier a été retoqué au niveau national avec des taux de perte divisés par deux. Mais heureusement, nous avons obtenu un réexamen de notre dossier fin janvier. Obtenir satisfaction sur ce dossier donnerait quelques perspectives aux agriculteurs du département» souligne le président de la FDSEA.Si la situation n’évolue pas, Antony Fayolle prédit d’importants changements au niveau des exploitations et de l’agriculture elle-même, avec le glissement d’une agriculture «économique, qui produit» à une agriculture de loisirs...Pour terminer sur une note positive, les responsables professionnels ont fait voeu d’une année 2016 plus favorable, en particulier sur les plans climatique et sanitaire.


A long terme

Et pour redonner le moral au monde agricole, Yannick Fialip a fait part de perspectives favorables à long terme avec une population mondiale qui augmente et un département qui a, avec certitude, un rôle à jouer sur les marchés au niveau français, européen et mondial.


Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Samuel Vandaele, président de jeunes Agriculteurs.
« Pour une agriculture jeune, dynamique et durable »
Jeunes Agriculteurs vient de publier son rapport d’orientation pour l’année 2021. Un document orienté principalement en direction…
Lot d'agneaux à la vente au marché couvert de Saugues.
La procédure de télédéclaration des aides animales pour la campagne 2021 est ouverte
Depuis le 1er janvier, les agriculteurs peuvent procéder sur le site Telepac (www.telepac.agriculture.gouv.fr) à leurs demandes d…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne