Aller au contenu principal

Crise laitière
FDSEA et JA réunissent leurs adhérents

La FDSEA et les JA 43 organisent 4 réunions d'informations et d'échanges sur le département. À Yssingeaux, Langeac, Polignac et Craponne, tous les adhérents sont invités à venir exprimer leurs inquiétudes et leurs attentes. Les responsables professionnels seront là pour les informer sur la situation réelle de la filière laitière sur le plan national et international, et pour débattre de la position du syndicalisme majoritaire et de ses pistes de réflexion et de travail. Transparence et vérité seront les ingrédients de ces rencontres, selon Gilbert Guignand et Jean-Julien Deygas.

Gilbert Guignand : ""Aujourd'hui, on dit Non à la grève du lait"

La FDSEA et les JA organisent fin septembre, 4 réunions d’informations pour leurs adhérents. Pourquoi ?
Gilbert Guignand : Ces 4 réunions sont programmées afin d’informer nos adhérents sur la situation critique dans laquelle se trouve la production laitière, de faire le point sur les marchés des produits laitiers et sur les perspectives. Ce sera aussi pour nous l’occasion de dire tout le travail qui a été fait par les sections départementale, régionale et nationale, en vue de redresser la barre, et tout le travail qui reste à faire pour essayer de sortir de cette crise.
À ces réunions sont invités tous les adhérents de la FDSEA et des JA qui veulent nous poser des questions et débattre avec nous de la situation actuelle. Pour leur répondre, je serais bien sûr présent ainsi que Jean-Julien Deygas président des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, Yannick Fialip président de la section laitière de la FDSEA 43 et de la section régionale Auvergne, et les membres des bureaux de la FDSEA et des JA.
Notons que ces 4 réunions seront suivies, dans les mois d’octobre et novembre, d’une quinzaine d’autres rencontres avec les agriculteurs de Haute-Loire pour faire le point sur tous les dossiers agricoles d’actualité, et sur toutes les productions.
Et au niveau de la FNSEA, y a-t-il des échéances prévues ?
Sur le plan national, à l’appel de la FNSEA, une grande manifestation est prévue fin octobre. Elle vise à demander au Gouvernement la tenue d’une conférence sur le revenu comme l’an dernier. Souvenons-nous, c’est cette conférence qui a conduit l’an dernier au plan Barnier. Par ailleurs, nous continuons à sensibiliser les pouvoirs publics sur les difficultés que rencontrent les agriculteurs, et pas seulement dans la production laitière.

Revenons à ces réunions sur la problématique laitière. Quels sont les thèmes qui vont être abordés ?
G.G. : On va d’abord refaire le point sur la situation actuelle en revenant sur l’historique et sur les éléments qui ont amené le prix du lait à ce niveau. On va donc expliquer toute la problématique laitière dans son contexte national, international et, local, afin d’apporter un peu de transparence dans ce dossier complexe.
Le deuxième point portera sur les demandes de la profession à plus ou moins court terme, telles que les a présentées Yannick Fialip dans l’article paru en page 3 de la Haute-Loire Paysanne de la semaine dernière.
Enfin, on abordera, avec les éléments dont on dispose et le peu de visibilité que l’on a, l’avenir de la filière laitière dans son ensemble et plus particulièrement en Haute-Loire. On s’attardera notamment sur la mise en place de la contractualisation et sur les moyens à mettre en oeuvre pour que tous les producteurs soient collectés.

Et concernant la grève du lait, sujet sur toutes les lèvres en ce moment ?
G.G. : On répondra à toutes les questions lors de ces réunions. Néanmoins, je dirais que tant qu’il n’y a pas de mot d’ordre national et que les bretons ne se sont pas engagés, nous ne voulons pas que les producteurs de Haute-Loire courent à leur perte. Aujourd’hui, on dit Non à la grève du lait.

Et que répondre à ceux qui disent que la FDSEA ne fait rien ?
G.G. : La démagogie n’a jamais été la ligne de conduite de la FDSEA et des JA. On sera là, (NDLR : à ces 4 réunions) pour dire toute la vérité à nos adhérents, mais pas pour faire des promesses que l’on serait incapable de tenir.

Dates et lieux

4 réunions sont programmées sur le département :

• jeudi 24 septembre, à 21 h salle polyvalente à Costaros.

• mercredi 30 septembre, à 21 h, salle polyvalente de Polignac.

• jeudi 1er octobre, à 21 h salle Jean Jaurès à Langeac.

• vendredi 2 octobre à 21 h, à l’amphithéâtre du LEGTA d’Yssingeaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Un congrès dans le respect des règles sanitaires !
FNSEA : Un « virage historique » pour un « choix responsable »
La deuxième partie de l’Assemblée générale de la FNSEA s’est tenue le jeudi 10 septembre à Villejuif (Val-de-Marne). L’occasion…
Responsables professionnels et élus ont apprécié la visite du Préfet, venu 4 jours après son arrivée.
Nouveau Préfet : Première visite de terrain pour l’agriculture
Le 3 septembre le nouveau Préfet de Haute-Loire Eric Etienne s’est rendu sur le Gaec des Pierres Rouges à Lesbineyre, sur la…
Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.
Une solution pour une installation
À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.
Julien Raveyre, responsable section bovine de la FDSEA et vice-président des JA Aura.
« Nous sommes la seule profession où l’on fixe le prix pour nous, les vendeurs ! »
Julien Raveyre responsable section bovine Haute Loire et vice-président JA AURA, fait le point sur l’évolution des prix en…
Le Gepva et sa filiale SAS Porcs Velay Auvergne étaient en AG à Coubon le 11 septembre.
GEPVA : Assurer la mise aux normes des élevages et renouveler les générations d'éleveurs
Le Groupement des Eleveurs de Porcs Velay-Auvergne (Gepva) et sa filiale SAS Porc Velay Auvergne (PVA) étaient en assemblée…
Le plan protéines sera doté de 100 millions d’euros avec pour objectif principal de réduire les importations de soja
Plan de relance : Le gouvernement donne la priorité à la conversion écologique
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 Md d’euros. Il sera principalement affecté à la conversion vers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne