Aller au contenu principal

Lait de montagne
Faire enfin exister le lait de montagne

Hors AOP et IGP, la filière lait de montagne est fragile. Des propositions concrètes autour de trois axes ont vocation à la relancer : appellation commune, cadre fiscal, promotion.

Le député Jean-Pierre Vigier, ici aux côtés du vice-président du Cniel,  Damien Lacombe.

Non, le lait blanc de montagne n’est pas valorisé. Hormis l’initiative Montlait, rien ne le distingue d’un produit de plaine. Pourtant, sa qualité est indéniable (modèle extensif, 80 % d’herbe...) et son coût de production, lié à des contraintes topographiques, plus élevé d’environ 27 %. Deux bonnes raisons qui font que, si l’on veut maintenir une agriculture sur ces territoires de montagne, il est urgent de revaloriser le produit. Cela concerne deux milliards de litres de lait (auxquels s’ajoute un milliard déjà valorisé, notamment en AOP) et 65 000 emplois directs ou induits.

Compétitivité, attractivité et valorisation  

Le Cniel(1), a fait part de son empressement à faire bouger les lignes, lors d’une table ronde organisée sur le Sommet de l’élevage par “France terres de lait”, dont la vocation est justement la création et la répartition de valeur. Damien Lacombe, vice-président de l’interprofession, détache trois sujets : la compétitivité, l’attractivité et la valorisation. Trois thèmes dont un groupe parlementaire transpolitique - conduit par le député altiligérien Jean-Pierre Vigier (LR) et la députée des Alpes Pascale Boyer (LREM) - s’est emparé.  “C’est un sujet d’aménagement du territoire”, affirme l’élu de Haute-Loire, par ailleurs vice-président de l’Anem(2) et qui se désole du nombre décroissant d’exploitations laitières en montagne. Selon lui, pour faire valoir une différenciation, la solution passera nécessairement par le collectif. Son plan : une certification officielle unique sur tous les massifs ; une volonté politique d’exonération fiscale à l’investissement ; une stratégie transversale d’attractivité du métier qui sort des cours de fermes, comme la couverture numérique, le travail du/de la conjoint/e, etc.  En écho avec la loi Egalim 2, Jean-Pierre Vigier précise que “jouer collectif” signifie aussi une redistribution juste et équitable de la plus-value. 

Propositions transpolitiques

Au total, 13 propositions ont été faites. Dans le détail, il préconise à la filière de s’intéresser au label européen STG : Spécialité traditionnelle garantie. Du côté du gouvernement, il soumettra l’idée d’une ZRR (zone de revitalisation rurale) spécialement adaptée aux zones de montagne et un assouplissement pour les entreprises de collecte et de transformation de la règle des minimis (qui prévoit un plafond d’aides). Enfin, pour redonner envie aux jeunes de s’installer, prévoir dans les cursus de formation la spécificité montagne et la revalorisation de l’image.

Trouver une appellation officielle est une bonne solution selon Michel Lacoste, président du Cnaol(3), qui évoque à ce sujet "une dynamique partout constatée, alors même que les produits sont vendus plus chers qu’en conventionnel”. Sur les soutiens ciblés, Jean-Michel Javelle, administrateur Sodiaal et président du Criel Massif central, se remémore les aides à la collecte... qui n’existent plus, "alors que les surcoûts restent les mêmes ". Ce que confirme Didier Thuaire, directeur de la Société fromagère du Livradois qui explique être concurrentiel avec toutes les régions sur les marchés de l’AOP, mais pas lorsqu’il s’agit de transformation de lait blanc. Dominique Barrau, président de l’Association des producteurs de lait de montagne et de la marque Montlait, met en garde : “La GMS s’intéresse de près à la création d’une gamme montagne complète, mais sous une marque distributeur.” Autant dire que, dans cette hypothèse, le risque d’une plus-value qui échappe à la filière est évident. Or, c’est au contraire la diversité des productions que propose la densité de PME qui fait la richesse des territoires, estime Stéphane Joandel, responsable lait de la FRSEA Aura. Mais cela ne vaut que si la montagne abrite encore des élevages... Et d’alerter sur d’autres possibles conséquences dans le cas contraire : “Si on perd l’élevage, ce sera une catastrophe pour la biodiversité, avec le retour de surfaces boisées qui siphonneront les ressources en eau”...  

(1) Centre national interprofessionnel de l'économie laitière. 
(2) Association nationale des élus de la montagne. 
(3) Conseil national des appellations d’origine laitières. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne