Aller au contenu principal

En vidéo > Lentille Verte du Puy : Quel itinéraire cultural pour mieux maîtriser les adventices ?

La Commission technique présidée par Didier Chapel s’est rendue à St Martin de Fugères pour faire le point sur les essais en place.

Pour évaluer la présence d’adventices, on fait un comptage au mètre carré.

Définir un programme technique, le valider, suivre sa mise en place et en synthétiser les résultas, voilà le rôle de la commission technique de l'ODG (Organisme de Défense et de Gestion) de la Lentille Verte du Puy. Composée de 5 agriculteurs et de 5 technico-commerciaux des entreprises locales d'agro-fournitures, cette commission suivie par Bernard Daudet technicien, se rend régulièrement sur le terrain pour travailler et faire des observations sur les essais en place. Ils étaient donc réunis le 4 juin dernier au Cros de St Martin de Fugères sur une parcelle de Philippe Gire conduite en agriculture biologique. Ils se sont ensuite rendus à Costaros sur une parcelle en agriculture conventionnelle.
Ici à St Martin, «l'essai a pour objectif de trouver des solutions pour maîtriser les adventices, pour améliorer les performances de l'itinéraire technique tout en respectant les engagements liés à l'AOP (Appellation d'Origine Protégée) et en collant à la réglementation qui bouge tout le temps» nous dit Bernard Daudet.

Agrir au bon moment avec le bon outil
En bio bien évidemment, mais aussi en agriculture conventionnelle, il importe de bien raisonner les interventions sur la culture : agir au bon moment, avec le bon outil...
Ainsi, cette parcelle a été divisée en 7 pour suivre 7 protocoles différents. On peut donc y voir un essai avec différentes densités de semis 72kg/ha, 87 kg/ha ou 101 kg/ha, avec différentes date de semis, avec ou sans faux-semis, avec passages de herse étrille ou/et bineuse... Plusieurs itinéraires culturaux ont été expérimentés avec des protocoles bien définis. On note aussi un essai avec de la cameline en sur-semis ; un essai réalisé avec un agriculteur voisin de Philippe Gire, Pierre Gibert qui expérimente chez lui cette technique depuis quelques années.
Ce jeudi sur le terrain, chacun s'attachait à mesurer à l'oeil mais aussi en comptant les plantes, la présence ou non d'adventices. Mais attention, cette mesure se fait le jour J, et il faudra encore attendre la récolte pour avoir des résultats complets et pouvoir en tirer quelques conclusions.
Toutes ces initiatives suivies par Bernard Daudet et la commission ont pour finalité de réduire le désherbage sur les Lentilles dans une démarche d'agriculture raisonnée.


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne