Aller au contenu principal

Emploi : Un départ et une installation en douceur avec le contrat de génération

Au Gaec des Beaudors, à Tence, les 4 associés ont accueilli une jeune salariée dans le cadre d’un contrat de génération.

Sophie Delome profite de l’expérience de Gérard Deygas pour préparer son installation.

Un Brevet de Technicienne Agricole option ACSE (Analyse et conduite des systèmes d'exploitation) en poche, une expérience de 5 ans au Service de Remplacement sur le département, à l’arrivée de son petit garçon, Sophie Delolme souhaite avoir une situation professionnelle plus «stable» en terme de planification de son temps de travail. Dans le même temps, son beau-père, Gérard Deygas associé du Gaec des Beaudors à Tence se fait opérer d’une épaule. Dans l’incapacité de travailler sur l’exploitation, il est momentanément remplacé par Sophie.C’est le départ d’un projet qui réunit l’exploitant et la jeune femme dans un contrat de génération. Cette idée leur a été soufflée par leur comptable. «Au sein d’une entreprise, un ancien forme un jeune en vu d’être, à terme, remplacé» c’est comme cela que Sophie définit ce contrat, et dans ces termes, il semble correspondre parfaitement à la situation. En 2013, la réflexion est lancée et en avril 2014, le contrat est signé. Sophie Delolme devient salariée à 80 % au sein du Gaec.


Se former et s’intégrer

Ce qui l’a séduite dans le contrat de génération, c’est l’aspect formation. «J’avais déjà des connaissances agricoles de par mon expérience et ma formation initiale, mais maintenant j’apprends à gérer l’atelier, à m’occuper des animaux…». Il faut dire que Sophie prend le relais sur l’activité porcs. Elle a en charge entre autres, sous l’oeil averti de son «mentor» Gérard, le troupeau de 100 truies en atelier naisseur.De son côté, Gérard Deygas voit dans ce type de contrat, l’occasion de «partir en douceur». Normalement il devrait prendre sa retraite en avril 2016. «Grâce à l’entrée de Sophie, l’activité porcine est maintenue sur l’exploitation. Je partirai plus serein d’autant qu’elle aime cette production». Les autres associés ne sont pas intéressés par cette production, et à 3 seulement, ils n’auraient pas pu garder l’atelier.


Le contrat qui tombe à pic

Le contrat de génération est la formule qui tombait à pic pour ce Gaec qui après un arrêt maladie pour Gérard, s’est lancé dans un investissement pour une unité de méthanisation qui a demandé, dans sa phase d’installation, un grand nombre d’heures de travail. L’arrivée de Sophie a donc été particulièrement appréciée, et l’aide de l’État a permis de prendre en charge une partie des charges sociales liées à l’embauche de la salariée.Grâce à ce contrat, qui portera sur 2 à 3 ans (3 ans mximum), Sophie Delolme prend ses marques petit à petit au sein du Gaec, un gaec familial (deux frères Gérard et Jean-Luc Deygas, Éliane et Jean-Julien respectivement femme et fils de Gérard). C’est un temps d’adaptation pour chacun et d’intégration pour Sophie, qui se fait progressivement. Pendant cette période, Sophie prépare donc son installation définitive. Elle suivra notamment le stage 21 h, puis le stage Gaec.Dans moins d’un an, si tout va bien, le contrat de génération entre Sophie Delolme et Gérard Deygas devrait s’interrompre, Gérard prenant sa retraite et Sophie entrant comme associée de Gaec à sa place. Une transition anticipée, programmée, préparée…


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne