Aller au contenu principal

Emploi : «Nos métiers, nos compétences évoluent, nous devons les accompagner…»

La commission emploi décentralisée de la FNSEA a tenu une table ronde sur les coûts salariaux à l’échelle européenne, les charges sociales ou encore les métiers agricoles de demain.

Une table ronde sur les écarts de compétitivité et le coût du travail et plus largement sur l’emploi en agriculture.

Réalisé en 2015, le rapport Dedinger et Besson consacré aux écarts de compétitivité et au coût du travail aborde largement la question de l’emploi agricole. Morgan Oyaux, sous-directeur Emploi et relations sociales à la FNSEA en a rappelé les grandes lignes en guise d’introduction au débat organisé lors de la commission emploi du 23 juin à Bordeaux.Les constats ne sont pas nouveaux. Parmi ceux-ci, on retrouve la contribution positive de l’agriculture française à la balance commerciale et la grande différence existant en matière de coût salarial et de charges sociales. Si la tendance est au rapprochement entre ces coûts, des différences subsistent. Autres éléments importants concernant l’agriculture : le nombre d’emplois saisonniers et la difficulté de recrutement pour certains métiers agricoles.Invité à ouvrir le débat, Jérôme Volle, président de la commission emploi à la FNSEA, a souligné que le différentiel entre les coûts salariaux en Europe conduisait à une forte concurrence entre produits ; leurs prix, intimement liés aux coûts salariaux, devenant très disparates. «Le rapport Dedinger montre aussi combien l’agriculture participe financièrement à l’économie via les charges sociales, a-t-il poursuivi. Il faut en parler. Si nous sommes aidés c’est aussi parce que nous cotisons !».Si l’aide existe, c’est aussi parce que les structures agricoles sont des TPE a précisé Anne Mercier-Beulin, membre de la commission emploi et vice-présidente de la FDSEA45. «Nous avons d’ailleurs des problématiques similaires aux vôtres», a ajouté Jean-Michel Pottier, vice-président de la CGPME. Pour ce dernier, comme pour Jean-Pierre Mabillon, représentant la FGTA-FO, des aides plus directes seraient préférables à des allègements.


Les règles sociales de l’Europe en question

À la question «quid de l’harmonisation des règles sociales», le vice-président de la CGPME a résumé sa vision par ces mots : «Nous n’avons pas fait d’harmonisation fiscale, nous avons fait l’euro. Nous n’avons pas fait d’harmonisation sociale, nous avons fait le travailleur détaché…». Pour Jérôme Volle, la simplification est nécessaire mais elle doit se faire en profondeur. «Aujourd’hui, nous sommes face à un risque de délocalisation, a-t-il expliqué. Nos exploitations ne peuvent partir ailleurs mais les produits eux, peuvent arriver de l’extérieur». Le responsable a poursuivi en rappelant que la FNSEA est favorable à la TVA sociale.Le statut d’auto-entrepreneur a également été abordé. S’il est aujourd’hui de plus en plus pris en compte, la CGPME venant notamment d’intégrer une fédération d’auto-entrepreneurs, il reste pour beaucoup une source d’inégalités. Pour Jean-Pierre Mabillon, ce statut crée de la concurrence au sein des métiers, les conditions d’accès étant différentes selon les statuts.  Dans les années à venir, il sera aussi essentiel de suivre l’évolution des métiers.  Pour Jérôme Volle, certaines évolutions sont déjà connues : intégration des nouvelles technologies, évolution dans l’organisation du travail. «Nous nous adaptons déjà, a ajouté Anne Mercier-Beulin. Regardez les groupements d’employeurs, l’agritourisme…».Le vice-président de la CGPME voit quant à lui dans ce changement une source d’élévation du niveau de compétence. Sur la question du revenu universel, posée par un spectateur de la table-ronde, Jean-Michel Pottier a déclaré craindre une perte de la valeur travail. Les autres intervenants ont nuancé le propos même s’il faut garder ce risque à l’œil. En conclusion, tous ont souligné l’importance d’avoir un discours positif, de maintenir le dialogue social. «Nos métiers évoluent, nos compétences évoluent, nous devons les accompagner avec les outils issus du paritarisme» a conclu Jérôme Volle, ajoutant également à l’attention de Jean-Michel Pottier, qu’il faut aussi poursuivre les partenariats existants. Henri Biès-Péré, président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine a rajouté que ce dialogue existait, la FNSEA ayant a coeur d’être toujours présente à la table des discussions.

P. Dumont

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne