Aller au contenu principal

Equins
Éleveurs de chevaux et centres équestres à la peine

Mise à l’arrêt pendant le confinement, la filière équine régionale peine à redémarrer. Le point avec son représentant à la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, Jacques Talagrand.

chevaux comtois au pâturage

Les activités équines régionales sont frappées de plein fouet depuis le début de la crise sanitaire. Pour les élevages de chevaux, le confinement a eu des répercussions sur les saillies des juments. La circulation des personnes a été interrompue pendant la période, voire très limitée, pour autant " il y avait quand même des possibilités de se déplacer pour certaines activités, explique Jacques Talagrand. Résultat : un tiers des juments n’ont pas été saillies ce printemps ". Autre conséquence de la crise : l’arrêt net des ventes de chevaux. " Pour les éleveurs, il faut avoir les reins solides ", commente le représentant de la filière équine à la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes et membre du conseil d’administration à la FNC (éleveurs de chevaux, FNSEA). Les ventes de chevaux de loisirs ont repris dernièrement, annonce l’éleveur installé en Ardèche. " On sent un besoin de chevaux de loisirs plus important que d’habitude. Mais combien de temps cela va durer ? Il est vrai qu’il y a eu moins de saillies ces dernières années ", analyse-t-il. Il voit également naitre un mouvement de société, où des personnes cherchent à investir dans des activités nature. L’élevage de chevaux de compétition risque, en revanche, de " souffrir dans les mois qui viennent ", les grands rendez-vous équestres s’annulant les uns après les autres.
De 25 à 30 % de perte
En ce qui concerne les centres équestres, ils ont été durement affectés par la fermeture administrative qu’ils ont dû appliquer de mi-mars à mi-mai. En plus, " tous n’ont pas pu rouvrir au 15 mai, témoigne Jacques Talagrand. Il fallait que les cavaliers soient autonomes pour que les activités puissent reprendre. Or dans le tourisme équestre, ça ne se passe pas comme ça. " Beaucoup de ces centres orientés sur les activités équestres de tourisme n’ont rouvert que fin juin, accusant trois mois de manque à gagner et une perte de chiffre d’affaires estimée, pour l’instant, entre - 25 % et - 30 % depuis le début de l’année.
La reprise des activités a été timide au début de l’été, avant un emballement en juillet et surtout en août. " On s’est fait envahir. Les gens avaient vraiment besoin de partir en vacances, beaucoup de touristes sont restés en France, on a eu une clientèle nouvelle et au mois d’août, on n’arrivait plus à satisfaire la demande ", se désole l’éleveur. Retour au calme ensuite, avec une rentrée sportive qui démarre de nouveau " timidement ". " On s’attend à de nouvelles pertes de chiffre d’affaires cet automne, même s’il est difficile de les quantifier pour l’instant. "
"Jamais on n’a été autant aidés"
Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour venir en aide aux acteurs de la filière équine. Au niveau national, l’aide de l’IFCE (Institut français du cheval et de l’équitation) permet de percevoir 100 euros par cheval ou poney de travail, plafonné à 36 animaux. La Région Auvergne-Rhône-Alpes accorde une aide exceptionnelle forfaitaire en investissement de 2000 euros par centre équestre ayant connu une perte de chiffre d’affaires. Environ 2 000 euros sont également apportés dans le cadre de soutiens aux activités d’agritourisme. " Jamais on n’a été autant aidés ", reconnait Jacques Talagrand. Ces aides vont permettre de soutenir des clubs en manque de trésorerie, mais elles ne vont combler que " 15 à 20 % du trou ", estime-t-il.

 

La Région aide la filière face aux intrusions
Lors de la Commission Permanente du 16 octobre, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a voté le financement de l’achat de caméras de surveillance afin de lutter contre les actes de malveillance constatés depuis quelques mois dans les élevages, centres équestres et autres structures propriétaires de chevaux.
L’enveloppe totale s’élève à 100 000 euros " pour un taux de subvention de 50 % avec un plafond de dépense de 1000 € en crédit d’investissement. Le bénéficiaire de l’aide co-finance l’investissement sur ses propres fonds, pour un montant équivalent à la moitié de la dépense ", explique la Région dans un communiqué. Le dispositif est ouvert jusqu’au 4 décembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Petit veau dans une case paillée
2020 : une année catastrophique
Les cours des petits veaux de lait s'effondrent depuis déjà plusieurs années. Le point avec les opérateurs de la filière en Haute…
jeune garçon à la traite d'une montbéliarde
Affaires qui marchent cherchent repreneurs
Les chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture…
Prairie du Mézenc ravagée par les campagnols terrestres, et pâturées par des génisses.
Le syndicalisme organise une cellule de crise avec toutes les organisations professionnelles
FDSEA et JA ont réuni les représentants de l'administration et des OPA départementales, à St Front au cœur du secteur fortement…
Brebis BMC en bergerie
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne