Aller au contenu principal

Elevage > De nouvelles mesures au plan de soutien

Près de 295 millions d’euros supplémentaires au plan de soutien à l’élevage, ont été annoncés par le ministre Stéphane Le Foll le 26 janvier.

Plan de soutien

Pallier aux multiples crises, économiques et sanitaires reste le principal objectif des nouvelles sommes en jeu.

125 millions d’euros seront débloqués pour les secteurs porcins, laitiers et bovins en complément des 700 M€ prévus au plan de soutien initial, dévoilé au mois de septembre dernier, a annoncé le ministre de l’Agriculture, le 26 janvier à Paris. Ce montant de 125 M€ se décline de la manière suivante : 50 M€ de Fonds d’allégement des charges (FAC), 50 M€ de prises en charge de cotisations MSA et 25 M€ pour prolonger l’année blanche jusqu’au 30 juin 2016. Celle-ci sera étendue aux céréaliers des zones intermédiaires et aux producteurs de fruits et légumes. En outre, le ministre a annoncé que les dossiers, qui devaient normalement être clos fin janvier, pourront être finalisés au plus tard au mois de juin, rappelant qu’à l’heure actuelle 35 000 dossiers avaient été retenus.

 

Filière porcine

Concernant la filière porcine, une consommation en berne cumulée à l’embargo russe a précipité la chute des cours. «Cette crise est une crise profonde de marché» souligne Stéphane Le Foll, qui a insisté sur le devoir de responsabilité de chaque acteur. A ce titre, il invite les industriels à se saisir des dispositifs de soutien à leur disposition. Notamment s’agissant des moyens supplémentaires en soutien à l’investissement dans l’abattage-découpe des viandes «qui sont encore loin d’être totalement engagés (12 millions d’euros sur 50 disponibles).» Même constat concernant le stockage privé pour le porc, «seulement 2 000 tonnes de porc stockées en France à ce jour sur un total de 90 000 tonnes stockées dans l’UE, dont la moitié par l’Allemagne et l’Espagne». Stéphane le Foll demandera la remise en place du stockage privé au conseil des ministres de l’Agriculture du 15 février 2016.

 

Indemnisation FCO, sécheresse, étiquetage

Le ministre a annoncé 35 M€ d’indemnisation relatifs à la Fièvre catarrhale ovine (FCO), dont 31 M€ iront directement aux éleveurs du grand bassin allaitant. « Le temps que la vaccination se mette en place ». Les 4 M€ restant seront octroyés aux commerçants en bestiaux affectés par la crise.

Sur le volet «sécheresse de l’été 2015», Stéphane Le Foll a rappelé que 22 départements ont d’ores et déjà été reconnus en «calamités sécheresse». Une mission d’expertise est en cours dans les régions et devra rendre un rapport fin février pour éventuellement qualifier d’autres zones (y compris le Puy-de-Dôme.

Sur la question de l’étiquetage, le ministre a également annoncé, sous la pression de la FNSEA, la proposition d’un décret pour l’étiquetage. En attendant, il encourage les opérateurs à utiliser la mention «Viandes de France» sur les produits transformés.

 

Un fonds pour la filière palmipède

130 M€ seront versés aux éleveurs et accouveurs pour compenser l’impact du «vide sanitaire» appliqué depuis le 18 janvier dans le département du Sud-ouest. Au sujet des contrats commerciaux signés ou en cours, Stéphane Le Foll rappelle «un cas de force majeure » et appelle à la non-sanction si les contrats ne sont pas honorés. Enfin, pour remettre d’aplomb la filière avec des nouveaux critères sanitaires, des investissements seront cofinancés par l’État à hauteur de 220 M€ sur cinq ans.

 

Charlotte Rolle d’après Actuagri

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne