Aller au contenu principal

Fourrages
Des récoltes correctes en quantité mais pas toutes de qualité

Les agriculteurs qui ont récolté à temps, autour du 14 mai, ont obtenu une première coupe de qualité. C'est le premier bilan de récolte d'herbe dressé par Régine Tendille et Patrice Mounier techniciens spécialisés à la Chambre d'Agriculture. Retrouvez par ailleurs les bulletins d'information hebdomadaires sur le site de la Chambre www.haute-loire.chambagri.fr

Cette année, la météo joue avec vos nerfs, aussi tenez-vous prêts pour récolter le maïs fourrage dès que le stade le permet.
En ce début septembre, l’heure est venue de dresser le bilan des récoltes d’herbe avec l’équipe fourrages de la Chambre d’Agriculture de Haute-loire Régine Tendille et Patrice Mounier.
Cette année, ceux qui ont réussi à récolter tôt, c’est à dire autour du 14 mai, ont obtenu une première et une deuxième coupe de bonne qualité. Les rendements affichés par les fermes du réseau de références sont plutôt bons avec 3,5 tonnes de MS rendus silo pour l’ensilage en première coupe et 2 tonnes pour la seconde coupe.

Des problèmes de qualité dans les récoltes tardives
Les agriculteurs qui ont raté ce créneau du 14 mai, ont été gênés par l’épisode orageux survenu autour du 20 mai sur l’ensemble du département. Durant ces quelques jours, des quantités d’eau importantes sont tombées (15 mm par jour pendant 3 jours en moyenne sur le département soit plus de 50 mm en 3 jours).
Les récoltes ont été repoussées début juin sur des sols détrempés, le stade de l’herbe était dépassé, ce qui a forcément nui à la qualité. En revanche ces récoltes tardives étaient plutôt volumineuses (4,5 tonnes de MS rendus silo).
D’après Régine Tendille et Patrice Mounier : «Les agriculteurs concernés par ces premières coupes tardives, de moins bonne qualité, vont avoir besoin de plus de concentrés pour équilibrer les rations».
Les récoltes de deuxième coupe ont en revanche été meilleure en qualité.
Une troisième coupe d’herbe pourrait être envisagée à l’heure actuelle ; Une source d’azote supplémentaire à ne pas négliger mais attention, il faut surtout veiller à ce que la récolte s’effectue dans des conditions sèches !

Maïs fourrager : la récolte démarre
La récolte du maïs fourrager a démarré dans le secteur de Brioude. Après un démarrage lent avec des semis réalisés en période froide et humide et une levée difficile, les conditions climatiques se sont nettement améliorées favorisant la pousse de la plante. L’épisode chaud du mois d’août a même entraîné le rattrapage du retard de ce printemps (consultez le bulletin info maïs en fin de journal). Cette année, les rendements et la qualité devraient être au rendez-vous. L’équipe fourrages de la Chambre d’Agriculture met toutefois en garde les agriculteurs sur la nécessité de surveiller la mâturité du grain (viser les 30% de MS).

L’azote va coûter cher
Cette année, il y aura de l’énergie dans les rations (grâce aux céréales et au maïs), toutefois ce qui va manquer c’est l’azote. Pour équilibrer les rations, les éleveurs devront introduire du tourteau.
Et ils n’auront pas d’autres solutions que de l’acheter.
Or, depuis l’automne dernier, les cours des matières premières agricoles sont en hausse constante.
«Le soja (25 tonnes rendues) se vend environ 600 euros/tonne contre 280 € l’an dernier à la même époque, le colza se vend 360 €/t, le maïs grain 275 €/t, le blé 270 €/t et l’orge 260 €/t» indique Patrice Mounier.
Pour limiter au maximum le recours à l’achat de matières premières, l’équipe fourrages conseille de profiter des repousses d’automne pour faire pâturer les animaux. Il faudra tout de même avoir recours aux tourteaux pour équilibrer les rations.

Céréales à paille

2012 est une bonne année pour les céréales à paille (blé, orge, triticale) en Haute-Loire.
Dans le brivadois, les rendements sont meilleurs que l’an dernier. Sur la zone du Velay volcanique, les rendements des céréales sont comparables à ceux de 2011.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne