Aller au contenu principal

Des pistes prometteuses pour venir à bout du campagnol terrestre

Si le Ratron® devrait être commercialisé d’ici la fin de l’année, d’autres pistes de recherche sont déployées dans le Massif central pour lutter contre les campagnols. Tour d’horizon.

La mise en place des pièges ou appâts est très gourmande en temps.

L’homologation du Ratron® est intervenue, il y a à peine un mois. Ce produit développé par un laboratoire allemand devrait être mis en marché d’ici la fin de l'année. Élaboré à base de phosphure de zinc, ce produit a donné lieu à des résultats probants sur le campagnol des champs. La molécule utilisée dans les années soixante-dix a bénéficié d’une nouvelle formulation, la rendant moins dangereuse pour celui qui l’applique.
«Fin 2016, des expérimentations dans le Puy-de-Dôme, ont été plutôt concluantes. Contrairement à la bromadiolone, le Ratron® ne présente pas de toxicité secondaire, ce qui préserve la faune non cible», explique Viviane Thevenot, chargée de mission au Sidam (Service interdépartemental du développement agricole du Massif central). Comme tous les autres produits, il doit être appliqué en basse densité, avec une limite règlementaire fixée à 2kg/ha/an. Il n’est pas nécessaire de faire une déclaration préalable d’application.
Du côté du Cantal, la chambre d’agriculture et ses partenaires ont testé la glace carbonique, avec une efficacité très en-deçà des espérances notamment au regard des difficultés de mise en œuvre et du coût. Même déception avec le tourteau de ricin, dont la manipulation reste fastidieuse. Dans ce département, les expérimentations vont se réorienter autour du Ratron®.
Dans le Puy-de-Dôme, deux expérimentations sont en cours avec un décompacteur. «Il est pour le moment trop tôt pour se prononcer sur l’efficacité du dispositif», souligne Viviane Thevenot.
Sur le PNR Aubrac et en Corrèze, des actions collectives sont menées sur trois secteurs. Les 8 et 9 novembre des journées techniques sont organisées sur les communes de Voutezac et de Saint-Privat.


Isoler les causes du déclin
Comme la profession l’avait demandé, plusieurs organismes de recherche sont actuellement mobilisés dans la lutte contre les campagnols. Les scientifiques travaillent ainsi sur quatre protocoles. Des études in-vitro sont menées par une équipe de VetagroSup pour isoler une nouvelle molécule campagnolicide. L’idée est de reformuler les molécules existantes pour diminuer leur impact sur la faune non cible. Les premiers résultats sont plutôt encourageants. Par ailleurs, l’Université Clermont-Auvergne va pouvoir redémarrer, d’ici la fin de l’année, les travaux sur l’immuno-contraception, stoppés au début des années 2000 faute de financements. De son côté, l’INRA a entamé des tests sur les phéromones pour déceler les composés chimiques capables d’attirer les animaux pour mieux les piéger par la suite. Enfin, en lien avec les différents travaux en cours, c’est sur les causes du déclin que les scientifiques sont amenés à se prononcer. Déterminer ce qui fait qu’à un moment donné les populations explosent ou déclinent, constitue tout l’enjeu du travail piloté par VetagroSup. Une personne travaille à temps plein sur ce sujet. Une grosse campagne de prélèvements va être menée au printemps, car c’est à cette période que l’on observe le pic ou le déclin. Niveau de la ressource herbagère, présence de pathogènes, analyse du génome… l’étude se veut exhaustive pour n’écarter aucun facteur du déclin. Ce protocole est basé sur les travaux de recherche réalisés en Franche-Comté, région très impactée par le campagnol. Une thèse sur le sujet est attendue pour la fin de l’année.

Entre pullulation et déclin :
quelles situations dans le Massif central ?

Selon les derniers relevés relayés par le BSV, le département du Cantal est actuellement en basse densité de campagnols terrestres. Quelques foyers frais sont toujours visibles mais la phase de pic est terminée. Les taupes, quant à elles, réinvestissent les parcelles.
En Haute-Loire, les populations sont en phase de croissance.
Dans le Puy-de-Dôme, certaines communes à l’Ouest du département sont en phase de forte densité. Le reste du territoire se situe en phase de basse densité.
Dans l'Allier, la situation vis-à-vis du campagnol terrestre reste calme même si quelques foyers sont apparus ces derniers temps. En Limousin, aussi, la situation sanitaire est actuellement en phase de basse densité. Certaines communes de Haute-Corrèze voient cependant les populations de campagnols augmenter. En Aveyron et en Lozère, pour l’instant, pas de pic relevé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne