Aller au contenu principal

Dossier Retraite
Des mesures qui vont dans le bon sens mais qui n’arrivent pas assez vite

Interview > Jean-Claude Chalencon, président de la Section Régionale des Anciens Exploitants Auvergne-Limousin, livre son opinion sur les mesures du projet de loi concernant la réforme des retraites.

Jean-Claude Chalencon, président de la SRAE.

Retrouvez le dossier complet dans la Haute-Loire Paysanne du vendredi 29 novembre 2013.


Le projet de loi sur la réforme des retraites introduit-il de réelles avancées pour les anciens exploitants agricoles ?
Jean-Claude Chalencon : Oui, bien sûr ce projet représente une réelle avancée et les financements consacrés à la revalorisation des pensions des anciens exploitants sont tout de même importants.
Commençons par l’attribution de points gratuits de RCO pour les conjoints et aides familiaux en retraite. 550 000 personnes devraient bénéficier de cette mesure qui devraient représenter un gain moyen supplémentaire de 30 euros par mois. Cette mesure qui va coûter cher (160 millions d’euros en 2014, 156 M. en 2015, 153M. en 2016 et 151 M. en 2017) devrait démarrer en 2014.
Le projet prévoit de porter à 75% du SMIC le montant total des retraites des non salariés agricoles pour une carrière complète. On peut regretter que cette mesure ne démarre qu’en 2015 ; date à laquelle le montant serait porté à 73% du SMIC, 74% en 2016 et 75 % en 2017.
Cette mesure est une bonne chose, mais de notre côté, on aurait aimé atteindre 85% du SMIC dans les 5 ans, comme nous l’avions demandé dans notre pétition en 2012. Nous n’atteindrons pas ce montant.
Pour pouvoir bénéficier d’une pension minimale, le projet de loi prévoit la suppression de la condition des 17,5 ans de carrière agricole à partir du 1er janvier 2014 ; c’est une bonne mesure qui nous met sur un pied d’égalité avec le régime général. Toutefois, on peut juste regretter que cette mesure ne soit pas rétroactive ; elle ne concernera que ceux qui entrent en retraite à compter de janvier 2014.
Une autre mesure s’avère intéressante pour le conjoint survivant d’un exploitant décédé en cours d’activité qui pourra bénéficier de la pension de réversion.
L’extension du dispositif des droits combinés à la RCO est également importante ; si le chef d’exploitation décède, son épouse peut reprendre l’exploitation et peut aussi reprendre le nombre de point RCO de son époux.
Enfin, la question de la prise en compte des périodes d’invalidité  pour la retraite proportionnelle a été réglée en 2013.

Que reprochez-vous à ce projet de loi ?
J.C Chalencon : Le principal risque c’est qu’une très légère revalorisation des retraites de certains anciens exploitants risque de les faire changer de tranche fiscale ; ils seront alors redevables de la CSG à 6,10 %, du RDS à 0,5% et de la taxe Casa à 0,30%. Au final, certains retraités risquent donc de toucher moins en  bénéficiant d’une revalorisation ! C’est l’effet pervers de la réforme.
Le financement du projet de loi repose sur les actifs de la profession agricole. Sur ce point, François Hollande n’a pas tenu sa promesse car il n’a pas fait appel à la solidarité nationale pour financer ce projet.

Quelles sont vos attentes en matière de ce projet de loi ?
JC.Chalencon : Nous sommes un peu déçus du manque de rapidité dans la mise en place de cette réforme. Les mesures auraient pu toute démarrer en 2014...
Par ailleurs, nous n’acceptons pas   les deux mesures que le gouvernement projette d’appliquer et qui pénalisent tous les retraités français : le report de la revalorisation des retraites au mois d’octobre au lieu d’avril et la fiscalisation de la majoration de 10% des pensions pour les retraités qui ont eu trois enfants ou plus.


Propos recueillis par Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne