Aller au contenu principal

FERMIERS
Des fermiers à la recherche de lisibilité et de sécurité

Devant l'absence d'évolution du statut du fermage dans la Loi d'avenir, les fermiers ont rappelé leurs demandes à une chaise vide, lors du 66ème Congrès des Fermiers et Métayers à Limoges.

À la tribune avec au centre la présidente Sylvie LeBrun.

Retrouvez dans le journal du vendredi 28 février, les propos de Xavier Beulin, président de la FNSEA et de Thierry Cubizolles, président de la Section Régionale Massif-Central et administrateur SNFM.

 


Alors que la Loi d'Avenir vient d'être votée au Parlement, c'est aussi de l'avenir qu'ont souhaité parler les fermiers lors de leur congrès. Créé il y a près de 70 ans et bien que modifié à plusieurs reprises, le statut du fermage n'offre plus assez de lisibilité et de sécurité aux fermiers. Le visage de l'agriculture et des exploitations change, celui des bailleurs aussi. Des bailleurs qui trouvent la législation compliquée et vers qui la SNFM souhaite mieux communiquer. Si l'information sur le statut du fermage existe, un effort de vulgarisation doit être fait. Mais avant tout, un statut de l'agriculteur doit être défini.
Attendue dans la Loi d'avenir, la définition en est absente, tout comme nombre d'autres éléments concernant le statut du fermage «Nous attendions beaucoup de cette loi, a rappelé Sylvie LeBrun, présidente de la Section Nationale des Fermiers et Métayers. Nous sommes déçus».



Des revendications rappelées



Aussi et malgré l'absence de Stéphane LeFoll en déplacement au Sommet du végétal, les fermiers ont rappelé leurs revendications.

En tête, ils demandent une cessibilité élargie des baux ruraux aux jeunes qui s'installent hors cadre familial, et ce afin de pouvoir transmettre leur exploitation. Ces baux doivent pouvoir être renouvelés par période de 9 ans. Même chose pour les baux de 25 ans. Les fermiers refusent l’insertion de clauses environnementales dans les baux, sauf pour des parcelles déjà concernées par des zonages géographiques. S'agissant du régime déclaratif, la SNFM demande qu'une étude économique de la situation soit réalisée lorsqu'un preneur conteste le congé que lui a donné son bailleur. Les fermiers s'opposent aux conventions pluriannuelles qui dérogent au statut du fermage. La SNFM souhaite que ces conventions ne concernent que des terres qui ont une double utilisation agricole et touristique, que leurs durées soient de 9 ans et puissent être renouvelées. Enfin, elle demande que l'indemnité au preneur sortant (IPS) qui vient indemniser un fermier subissant une reprise, tienne compte de la valeur d'utilisation des bâtiments présents. Beaucoup de demandes qui remettent en cause la possibilité de choix des propriétaires. «Oui, le statut du fermage est bon et nous le défendons, témoigne Josiane Béliard, présidente de la Section Nationale des Propriétaires Ruraux (SNPR). Ajouter de la lisibilité, oui, mais de la perpétuité, non !».

Pour sa part, Stéphane Le Foll s'est adressé aux congressistes au travers d'une vidéo. Il y souligne les points du projet de loi d'avenir confortant le statut des fermiers (objectifs de limitation de la consommation des terres agricoles, contrôle des structures en fin de bail). Sur le bail environnemental, il a déclaré «le débat au Sénat va permettre de trouver le bon compromis».



P. DUMONT

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne